L’étonnante stratégie du Lézard pour échapper aux prédateurs !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Qui n’a jamais croisé le chemin d’un lézard à la queue amputée ? C’est une scène relativement courante dont voici l’explication ! Exemple d’une remarquable adaptation du monde animal à son environnement…

Lézards des murailles. Photo : JLS

Lézards des murailles. Photo : JLS

L’autotomie –c’est ainsi que se nomme ce phénomène pour le moins insolite- est la capacité dont disposent certains animaux comme les lézards, de perdre volontairement une partie de leur corps : il s’agit en fait d’un réflexe nerveux spécifique de l'animal qui agit sur un muscle particulier !

 

« Il s'agit d'une stratégie de défense consistant à abandonner volontairement une partie non vitale de son corps (en général la queue, mais parfois un membre, de la peau…) afin d'échapper à un prédateur. La perte se produit soit lorsque la partie du corps est déjà prise par le prédateur (il s'agit alors de se libérer pour fuir) soit avant une attaque afin de créer une diversion (autotomie). En général le membre abandonné reste agité de mouvements réflexes grâce aux ganglions nerveux présents, et ce jusqu'à plus d'une heure, donnant une illusion de vie et occupant le prédateur » (Source : Wikipédia).

 

Le cas des lézards est probablement le plus connu. Mais, d’autres invertébrés ont les mêmes prédispositions de même que certains insectes et reptiles (comme les mygales, les sauterelles, les phasmes, les salamandres, les orvets…). Parmi les crustacés, les crabes, homards et autres crevettes sont capables de se séparer mécaniquement de leur membre ou de le sectionner eux-mêmes en cas de capture à l’aide de leurs pinces…

 

Certains rongeurs (souris à abajoues, octodons degus, chinchillas, gerbilles de Mongolie, lérots, muscardins) sont également capables de perdre une partie de leur queue, ou de la peau qui recouvre celle-ci ! La souris épineuse africaine aux poils piquants, du genre Acomys, régénère très rapidement sa peau, sans trace de tissu cicatriciel, lorsqu’elle est agrippée par ses prédateurs.

Lézard ayant « perdu » une partie de sa queue... Photo : JLS

Lézard ayant « perdu » une partie de sa queue... Photo : JLS

Mais, revenons à notre lézard. Pas de doute : celui-ci l’a échappé belle ! Sa queue a pu se détacher aux tiers de sa longueur, par contraction des muscles, car ses vertèbres ne sont pas attachées les unes aux autres. Après arrachage, le morceau de queue s'agite en tous sens ce qui occupe un bref instant le prédateur, laissant au lézard le temps de fuir… Fort heureusement pour l’infortuné, la queue repousse ! Elle sera certes moins belle mais, c’est toujours ça ! Mais, attention : cette autotomie n’est généralement réalisable qu’une seule fois : mieux vaut donc éviter les embûches et rester prudent…

Photo : JLS

Photo : JLS

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lerouge 22/05/2018 20:12

Ma mésange m'a quittée.

Ma mésange m'a quittée en cette belle matinée ensoleillée du dimanche de Pentecôte

Nous entretenions depuis environ un an des rapports intenses, elle m'appelait par de petits sifflets brefs que je m'efforçais d'imiter en faisant avec ma langue un genre de chilet qui nous permettait de converser, des qu'elle m'apercevait elle venait se poser dans le grand tilleul, ou sur le noisetier tortueux où j'avais installé mangeoire et boules de graisse. Je faisais de même lorsque j'étais dans le jardin, et elle ne manquait jamais d'arriver pour dialoguer.

Des mésanges, nous en avons eu beaucoup cette année ainsi que des chardonnerets et, de gros moineaux de terre, mais celle là était particulière, effrontée et, grosse croqueuse de pommes, mais exclusivement des pommes Fuji, elle ignorait les autres variétés, la majorité des autres sont parti courant mars, suivi des chardonnerets, Elle, elle était restée car je pense qu'elle avait sa couvée à proximité, car elle faisait des ravitaillements incessants entre les mangeoires et dans les végétaux où elle devait trouver toutes sortes d'insectes pour nourrir son ou ses petits. Elle avait beaucoup maigri suite à ses ravitaillements, alors qu'à la fin de l'hiver, elle était bien remplumée.

Elle est venu se poser comme une plume sur l'eau, dans le grand bassin, à proximité des cascades, la où elle venait se baigner durant l'hiver avec tous ces congénères dans une eau bien glacée .

Ma mésange m'a quittée rejoindre son paradis,
Inutile de siffler pour tenter de la rappeler,
Ma mésange m'a quittée en cette belle matinée ensoleillée du dimanche de Pentecôte.

Jpl 25/05/2018 20:47

Heu…et bien oui, c’est un peu difficile à avouer mais je doit avouer qu’il m’arrive aussi de « discuter »avec les mésanges et aussi rouge gorge. Trouvant un peu répétitifs et monotones les « Ti-tout, Ti-tout, ti-tou « des mésanges je me suis mis cette année à essayer de répondre à l’une d’entre elles en imitant très imparfaitement son chant et , surprise, elle m’a répondu plusieurs fois avec le même langage auquel je répondais de la même manière, puis s’est mise à ajouter une note, puis deux, trois, et c’est devenu plus complexe à reproduire. Cette discussion s’est renouvelé de jour en jour jusqu’à ce que je préfère arrêter en raison de l’arrivée des petits.

Jean-Louis 23/05/2018 05:57

Une bien triste histoire...

Gomez Victoria - Lynn 22/05/2018 19:01

coucou , j'ignorais que ça ne repoussait qu'une fois ; comme tu es végétarien ( végétalien ) tu dois connaître la B12 ; la spiruline se serait pas assimilable apparemment ; j'ai lu sur science et vie de juin

kimcat 22/05/2018 17:36

Merci pour cet article très intéressant
Bonne soirée Jean-Louis

domi 22/05/2018 11:03

Heu... oeufs... huevos... c'est comme ça qu'on dit au Mex ;-))

Jacky 22/05/2018 08:39

Merci d'avoir pensé à moi JL. La nature est source de leçons. Domi pose une bonne question. Je m'étonne que tous les nombreux intervenants de ton article de hier sur les animaux en batterie ne réagissent pas. Tu écris" l'autotomie est une stratégie de défense consistant à abandonner une partie non vitale afin d'échapper à un prédateur"; Il faut refuser certaines habitudes pour échapper à cette sociéte de consommation. Le lézard a tout compris.

domi 22/05/2018 06:10

Oui c'est intéressant mais sommes nous prêts messieurs à un tel sacrifice ? ;-)

Jean-Louis 22/05/2018 07:37

Heu...

Jean-Louis 22/05/2018 05:47

Voilà un sujet qui devrait plaire à l'ami Jacky, un "curieux" insatiable des choses de la nature...Gageons que d'autres lecteurs trouveront quelque intérêt dans la présente publication !