Des singes forcés d'inhaler des gaz d'échappement : Volkswagen présente ses excuses pour son test

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Lors d'un test visant à prouver la non-nocivité des gaz d'échappement d'un de ses modèles diesel, Volkswagen a exposé des singes aux émanations, selon des révélations du New York Times. Le géant automobile a présenté ses excuses.

 

Dans un article publié le 25 janvier 2018, des journalistes du New York Times ont révélé que des macaques avaient été contraints d’inhaler des gaz d’échappement d’une Volkswagen Coccinelle diesel dans une pièce hermétique, dans le cadre d’une expérience financée par le géant de l’automobile allemand en 2014. Accroupis devant des dessins animés censés les distraire, les singes ont servi de cobayes dans un laboratoire américain. L'objectif de Volkswagen était de prouver que les véhicules diesel disposant des dernières technologies étaient plus beaucoup plus propres que les anciens modèles.

Cerise sur le gâteau, toujours selon le New York Times : la voiture soumise au test avait été modifiée afin de masquer leur niveau réel de pollution. Face à ces révélations, la compagnie a réagi via un communiqué cité par l'agence Bloomberg le 28 janvier : «Nous estimons que cette méthode scientifique était une erreur et nous présentons nos excuses pour celle-ci».

 

Fin 2015, le groupe Volkswagen avait reconnu avoir équipé au cours des années précédentes 11 millions de ses voitures diesel, dont environ 600 000 aux Etats-Unis, d'un logiciel faussant le résultat des tests anti-pollution et dissimulant des émissions dépassant jusqu'à 40 fois les normes autorisées : le fameux «dieselgate». Le département américain de la Justice ainsi que l’agence de l’Environnement américaine avaient par conséquent réclamé au constructeur allemand un dédommagement d’un montant de 20 milliards de dollars. En réponse, la direction du groupe avait présenté ses excuses et indemnisé les propriétaires des véhicules concernés par cette fraude…

 

RT France (28 janv. 2018)

 

Suite du scandale : Volkswagen aurait aussi conduit des tests sur des humains, le gouvernement allemand condamne

 

Lire aussi l’article de One Voice : https://one-voice.fr/fr/blog/derriere-le-dieselgate-le-scandale-de-lexperimentation-animale.html

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Il y a BMW aussi, et plein d'autres. Mais personnes en parle.
Répondre
S
En plus d 'être des menteurs et des voleurs, il les cumulent...
Répondre
J
Aux dernières nouvelles, la direction de Volkswagen a promis lundi soir de tirer les « conséquences » internes à l’encontre de ceux qui ont permis de tester des émissions polluantes sur des singes ou des humains, dernier scandale en date visant le géant allemand de l’automobile. Elle a annoncé suspendre son lobbyiste en chef, Thomas Steg, pour le rôle qu’il a joué, de son propre aveu, dans l’organisation des tests d’émissions polluantes sur des singes. Selon le patron de Volkswagen, Matthias Müller, M. Steg, qui avait la charge des relations publiques et institutionnelles du groupe automobile après avoir été autrefois porte-parole du chancelier social-démocrate Gerhard Schröder, a demandé à « assumer la responsabilité totale » de ce nouveau scandale. Dans le quotidien allemand Bild, Thomas Steg a admis avoir été informé des essais destinés à étudier les effets de la pollution des moteurs diesel Volkswagen, truqués à l’époque pour paraître moins polluants. Mais il a affirmé avoir empêché que ces tests soient réalisés sur des humains, via l’EUGT, un organisme de recherche financé par Volkswagen, ses concurrents Daimler, BMW et l’équipementier Bosch : « Avec le recul, cette étude n’aurait jamais dû avoir lieu, qu’il s’agisse d’hommes ou de singes. Ce qui s’est passé n’aurait jamais dû arriver, je le regrette vraiment. »…
Répondre
J
Je ne risque pas d’acheter une voiture de cette marque qu’il faut je pense boycotter. Malheureusement je crois qu’ils sont loins d’etre dans le rouge côté bénéfices et je me trompe peut être mais la médiatisation de ces affaires est bien faible par rapport aux effets toxiques de leurs produits.
On a tout de même un tout petit groupe de décideurs qui ont décidé de mentir à leurs clients et même leurs non clients en les polluant volontairement par logiciel interposé...ça c’est une forme de criminalité.
Faire inhaler des gaz d’échappement à des singes en forme d’expérimentation me fait très peur car outre les sévices aux animaux, et j’espère qu’il y aura des dépôts de plaintes, me laisse entrevoir à quel point le mental de ces mêmes décideurs est du côté obscur. Cela donne la nausée, jusqu’ou sont-ils prêts à aller contre la planète et qui sont les complices?
Répondre
C
c'est une horreur
Répondre
D
Cela appelle plusieurs réflexions. D'abord quand on regarde le visage du singe, on ne peut y voir qu'un regard quasiment humain. D'autre part j'ai entendu à la télé que des humains avaient aussi été utilisés comme cobayes. Scandaleux. Troisièmement cela fait suite à une autre affaire concernant aussi le géant allemand.
C'est trop ! Perso je n'achèterai plus jamais une VW, d'autant plus que les tests visaient à prouver que les gaz d'échappement étaient peu nocifs alors que c'est difficilement imaginable, à moins d'utiliser de l'hydrogène qui brûlant dans l'oxygène ne produit que de la vapeur d'eau.. Mais puisque la firme pense que ses gaz ne sont que peu ou pas toxiques, je préconise que la prochaine fois, le PDG et ses principaux cadres se mettent en boulot et servent aussi de cobayes...Prenez en une bonne bouffé à la sortie du pot d'échappement et vous verrez
Répondre
J
Horrible
Répondre
J
Encore une horreur absolue avec des singes en première ligne, gazés alors même que les effets toxiques de ces particules fines issues des pots d’échappements sont par ailleurs largement connus !
Que cherchaient à prouver ces ‘’savants’’ sans la moindre once de conscience ?
Alors que les macaques, animaux biologiquement très proches de l’être humain, sont naturellement portés à l’empathie envers leurs congénères, l’humain a, quant à lui, fait preuve une fois de plus, de son total et cruel manque… d’humanité !
C’est affligeant et c’est bien peu dire !
Répondre