Rencontre insolite avec un chevreuil… stone !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

C’était lors d’une balade la semaine dernière ! Ce matin-là, il tombait une neige lourde… la dernière sans doute en cette fin d’avril où les floraisons étaient déjà bien avancées : les orchis notamment (morio et mascula) étaient fidèlement au rendez-vous !

Photo : JLS

Photo : JLS

C’est en plein milieu d’un pré, dans un petit ru, que je le vis : un jeune brocard, immobile, qui ne prêtait pas la moindre attention à mon approche d’abord prudente et silencieuse puis, conscient qu’il se passait quelque chose d’anormal, plus rapide et directe !

Un chevreuil qui ne fuit pas en présence d’un humain, voilà qui est pour le moins insolite et troublant ! En fait, il ne semblait ni me voir ni m’entendre : rien d’ailleurs ne semblait exister autour de lui…

Après quelques photos rapprochées -l'occasion était trop belle-, je me mis à examiner l’animal : pas de blessure apparente, pas de trace de sang non plus… juste ce regard lointain, vide et perdu et cette position figée, les quatre pattes dans l’eau du ruisseau ! L’absence de toute réaction hormis de temps à autre l’échine parcourue d’un frisson, était réellement déconcertante : je pensais à un choc, peut-être un traumatisme crânien…

Ne sachant pas vraiment quelle attitude adopter et, surtout, que faire en pareille circonstance, je décidais pour commencer de le sortir du fossé dans lequel il se trouvait ! Ceci fait, je le fis avancer de quelques pas en le poussant délicatement à l’arrière-train et en l'encourageant de la voix : la démarche, bien qu’hésitante, montrait clairement qu’il n’y avait pas de fracture ou autre blessure aux membres !

Comme nous étions en zone largement découverte, je décidais de mettre l’apathique animal à l’abri des regards qui ne sont pas toujours tous bienveillants : la forêt était à quelque 200 mètres ! Le poussant, le guidant de mon mieux, nous y arrivâmes après un bon quart d’heure d’effort conjoint…

Même si son état m’inquiétait considérablement, il me semblait malgré tout mieux là et, surtout, nettement moins vulnérable ! A regret, je l’abandonnais ainsi, profondément troublé par cette rencontre décidément très curieuse !

Retourné sur place le lendemain à l’aube, il n’y avait plus la moindre trace du chevreuil en question : ne demeuraient que mes interrogations… Perplexe, je contactais quelques naturalistes à qui je fis part de cette aventure peu commune !

Chevreuil ivre…

En recoupant les divers avis recueillis, j’en arrivais à la conclusion suivante : mon chevreuil était tout bonnement ivre ! Bourré !

En effet, à l'arrivée du printemps, les cervidés se gavent de bourgeons gorgés de sève. En fermentant dans l'estomac, ceux-ci produisent le même effet que l'alcool : ils tournent la tête, désorientent les consommateurs…

Même résultat en interrogeant M. Google : "Raison de ce comportement ? Un bourgeon dont le chevreuil est très friand. Ceux de la bourdaine en particulier peuvent contenir un alcaloïde qui a cet effet psychotrope sur les chevreuils. En général, le comportement 'aberrant' ne dure pas très longtemps… ".

Vaguement rassuré, je me dis que, finalement, c’est un moindre mal et 'mon' brocard, une fois récupéré ses esprits, est probablement reparti… avec, allez savoir, peut-être une bonne gueule de bois !

Photos : Jean-Louis Schmitt
Photos : Jean-Louis SchmittPhotos : Jean-Louis Schmitt

Photos : Jean-Louis Schmitt

Publié dans Le miracle du matin

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
J'avais entendu parlé de ce genre de phénomè mais je ne sais plus ou peut-être dans mes archives de la hullotte...?
En tout cas bravo pour ta présence d'esprit Jean-Louis...je reconnais bien là ton côté bon samaritain que tu avais déjà jadis.
Et puis tu y as gagné une très belle série d'images de ce jeune prostré sous l'empire des vapeurs intérieures d'alcool.
Encore bravo.
Répondre
M
Etonnant.
Nous avons été touchés par ce recit et avons appris quelque chose que nous ignorions.
Rencontre insolite et rare de ta part jean louis. Cest une chance d'habiter un lieu aussi rural et a l'abri de l'urbanisation
Heureusement que cette bête n'a pas rencontré un chasseur, mais un amoureureux de la nature !
Les chasseurs n'ont malheureusement pas tes capacites cognitives.
Répondre
D
Si même les animaux se mettent à "picoler"...

Imaginez un peu la collision
Entre un chevreuil ayant abusé de bourgeons
et le véhicule d'un chasseur à son troisième litron
Lequel des deux remplira la déclaration

Le chevreuil non initié à l'écriture
Ou le chasseur ayant dépassé la mesure
Aucun dans cet état je vous le jure
Ne parviendra à apposer sa signature ...
Répondre
C
Un chevreuil ivre maintenant !
Non mais, faudrait qu'ils arrêtent l’anthropomorphisme les animaux...
Répondre