Sombre avenir pour le nain roux

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Généralement plutôt solitaire, le rongeur à la magnifique queue en panache ne va pas tarder à être en effervescence : c’est que, pour l’écureuil roux, la saison des amours débute parfois dès le mois de décembre…

L’Écureuil roux ne défend pas de territoire. Il fréquente un secteur appelé domaine vital où les individus cohabitent. Photo : © Claudie Stenger

L’Écureuil roux ne défend pas de territoire. Il fréquente un secteur appelé domaine vital où les individus cohabitent. Photo : © Claudie Stenger

Omnivore opportuniste, l’Écureuil roux adapte son alimentation aux disponibilités en nourriture, l’alimentation constituant 60 à 80% de son activité selon les saisons. Au cours de l’automne et en hiver, il se nourrit principalement de fruits d’arbres : graines de conifères, faînes, châtaignes, glands, noisettes, noix…, mais aussi de champignons, de l’écorce des arbres et de bourgeons. Au printemps et en été, son régime est diversifié : baies, fleurs, jeunes pousses d’arbres, fruits à pulpe (cerise par exemple), invertébrés (insectes, escargots), et occasionnellement œufs et oisillons.

 

En automne, l'Ecureuil roux constitue des réserves afin de profiter sur une plus longue période de l'abondance en nourriture. Il enterre ainsi des fruits d’arbres (glands, faînes, noisettes, noix, cônes) au hasard de ses déplacements. Il stocke également des champignons, séchés au préalable. Il redécouvre ses réserves au cours de l’hiver, lors de la recherche de nourriture. Certaines d'entre elles ne sont pas utilisées ou non retrouvées. Ainsi, comme le Geai des chênes et le Mulot sylvestre, il participe à la régénération naturelle des peuplements forestiers. (1)

 

Dès le mois de décembre, on peut assister à de furieuses courses-poursuites dans les arbres : c’est la saison des amours qui, chez les écureuils, déclenche une agitation inhabituelle ! Mâles et femelles se retrouvent et se poursuivent frénétiquement dans la sylve ! Jeux qui se termineront, si tout va bien, par des accouplements qui se traduiront, au printemps, par une portée unique de 3 à 4 petits…

L'écureuil peut vivre jusqu'à 7-8 ans mais il a du mal à atteindre cette longévité car il ne manque pas de prédateurs : la martre, les rapaces, les chiens, notamment mais aussi la circulation automobile qui fait de véritables ravages. Il est également régulièrement intoxiqué par les polluants très concentrés dans les champignons. La destruction de son habitat naturel (forêts et bois) contribue d’autre part grandement à sa raréfaction… Enfin, autre menace : l’invasion en Europe de l’écureuil gris d’Amérique localement considéré comme « espèce invasive ». Bref, si, comme notre ami Claudie, vous avez la chance de pouvoir admirer un joli petit écureuil roux, profitez-en…

 

  1. Source : Les écureuils en France
L’écureuil roux (Sciurus vulgaris) ne pratique pas d’hibernation complète : il visite ses cachettes pour y prendre sa nourriture. En cas de mauvais temps, il peut tenir plusieurs jours sans sortir de son nid douillet... Photos : © Claudie Stenger
L’écureuil roux (Sciurus vulgaris) ne pratique pas d’hibernation complète : il visite ses cachettes pour y prendre sa nourriture. En cas de mauvais temps, il peut tenir plusieurs jours sans sortir de son nid douillet... Photos : © Claudie StengerL’écureuil roux (Sciurus vulgaris) ne pratique pas d’hibernation complète : il visite ses cachettes pour y prendre sa nourriture. En cas de mauvais temps, il peut tenir plusieurs jours sans sortir de son nid douillet... Photos : © Claudie Stenger
L’écureuil roux (Sciurus vulgaris) ne pratique pas d’hibernation complète : il visite ses cachettes pour y prendre sa nourriture. En cas de mauvais temps, il peut tenir plusieurs jours sans sortir de son nid douillet... Photos : © Claudie StengerL’écureuil roux (Sciurus vulgaris) ne pratique pas d’hibernation complète : il visite ses cachettes pour y prendre sa nourriture. En cas de mauvais temps, il peut tenir plusieurs jours sans sortir de son nid douillet... Photos : © Claudie Stenger

L’écureuil roux (Sciurus vulgaris) ne pratique pas d’hibernation complète : il visite ses cachettes pour y prendre sa nourriture. En cas de mauvais temps, il peut tenir plusieurs jours sans sortir de son nid douillet... Photos : © Claudie Stenger

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Portrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
J'ai l'occasion de recevoir presqu'en permanence la visite des écureuils européens depuis longtemps puisque ma maison est entourée de pins avec accessoirement des charmes et surtout des noisetiers qui les agitent beaucoup à certains moments. Contrairement aux oiseaux dont le nombre a beaucoup diminué au cours du temps, je n'ai pas l'impression que leur nombre ait beaucoup varié depuis plus de 40 ans. Le domaine étant peu habité hors saison, les chats sont peu nombreux et les autres prédateurs, y compris les chasseurs, ne semblent pas très dangereux d'autant que nous sommes contigus à un domaine départemental protégé qui vient d'être classé grand site. En cas de froid j'installe des boules de graisse, qu'ils ne dédaignent pas, mais normalement ils se débrouillent très bien avec les pommes de pin, noisettes et autre akènes. Et je les vois plus facilement quand les feuilles sont tombées donc maintenant. Ils restent beaucoup plus sauvages que leurs cousins nous-américains que, comme Domi, je fréquente beaucoup dans les parcs de Mexico. Ceux-ci très curieux s'approchent très près et n'hésiteraient sans doute pas à mordre ma main si j'insistais !
Répondre
S
J'ignorai qu'il était menacé à ce point!! raison de plus pour le protéger et encore profiter de lui.Superbe article Jean-Louis.Merci à toi.
Répondre
B
Belles photos et article pertinent !
Répondre
Z
La disparition de cet adorable roux doudou programmée aussi ! Quelle triste nouvelle!
Merci pour ces jolies photos .
Répondre
C
Voilà un petit animal au capital à forte sympathie ! Cette belle et riche présentation me comble : les photos sont splendides et, comme d’habitude, on apprend bien des choses… Merci !
Répondre
K
Ils sont si beaux ces petits écureuils roux qui se font rares hélas.
c'est bien triste...
Répondre
J
Ayant la chance d’en avoir dans le jardin, j’ai effectivement pu voir les délirantes courses dans les arbres dont ils sont capables, aussi bien les adultes que les petits à peine dégourdis mais qui ont une adresse incroyable pour sauter de branche en branche. Pourvu que ça dure!
Répondre
J
J'en vois souvent qui traversent la route. C'est aux mêmes endroits. J'en frémis à chaque fois.La circulation automobile fait des ravages.
Répondre
D
le savoir menacé m'attriste ; mais j'ai remarqué qu'en Amérique, l'écureuil abonde dans les parcs
Répondre
M
Comme j'ai pu le constater dans mon jardin et principalement dans les hauts arbres où ils aiment à se poursuivre en poussant des petits cris joyeux, les écureuils noirs ou gris d'Amérique ne sont pas seulement prédateurs des roux, mais prédateurs sexuels : ils ne sont pas rares aujourd'hui les écureuils roux à queue noire ou... Inversement !
Répondre
J
Merci à Claudie Stenger pour ses magnifiques photos qui m'ont donné envie de consacrer un nouvel article à l’irrésistible "nain roux"...
Répondre