Le petit zébu sauvé d’un funeste destin

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Eowyn est une petite femelle zébu qui était destinée à partir à l'abattoir pour sa viande : le refuge de Séverine et de Bruno, « La Petite Bohème » que j’ai déjà eu le plaisir de vous présenter ici, l’a prise en charge ! Voici sa belle histoire résumée par Séverine…

Eowyn fait connaissance avec… les caresses ! Photo : Refuge La Petite Bohème (Cliquez pour agrandir)

Eowyn fait connaissance avec… les caresses ! Photo : Refuge La Petite Bohème (Cliquez pour agrandir)

« Nous avons acheté le veau zébu pour le sauver. Eowyn était très sauvage, ne se laissait pas approcher, cherchait à charger ou se jetait contre les murs et les barrières dès que l'on faisait un pas vers elle. En fait, tout, absolument tout l'effrayait, elle qui était née et vivait à l'état quasi-sauvage dans un troupeau….

Nous l'avons mise à l'écurie avec Poésie, la petite vache aveugle et épileptique, les premiers jours, puis petit à petit, nous l'avons habituée à notre présence en lui parlant, en caressant Poésie devant elle.

Jour après jour, nous l'avons apprivoisée, avec patience. Peu à peu, elle s'apaisait en notre présence et a compris qu'elle était en sécurité. Yoko, la jument qui a adopté et allaité Poésie, veillait également avec tendresse sur Eowyn.

Puis, nous avons habitué Eowyn au collier, à l'attache et à être touchée : chaque jour, nous passions un moment de plus en plus long avec elle.

Moment de complicité entre Eowyn et Poésie. Photo : Refuge La Petite Bohème (Cliquez pour agrandir)

Moment de complicité entre Eowyn et Poésie. Photo : Refuge La Petite Bohème (Cliquez pour agrandir)

Enfin, le grand jour est venu : c’est la sortie d’Eowyn de l'écurie. Poésie l'accompagne, elle semble ravie d'avoir une sœur d'adoption. Nous laissons volontairement traîner la longe d'Eowyn pendant quelques temps afin qu'elle s'habitue à ne pas paniquer lorsque quelque chose la freine ou la bloque…

Eowyn explore son nouvel univers, près de Poésie pendant que les juments veillent sur elles deux. Shambhala, la frisonne, nous fait comprendre qu'elle veut adopter Eowyn qui a 7 mois. Elle passe de plus en plus de temps avec elle, la lèche et la rassure avec enthousiasme.

Nous avons aménagé un petit pré attenant à la cour pour les deux mamans et leurs petits veaux : nous les y accompagnons régulièrement afin que Poésie, qui est aveugle, retienne comment y aller et crée ses propres repères. Au bout de quelques jours, Eowyn parvient, aidée des juments, à guider Poésie jusqu'à la pâture...  La petite famille savoure l'herbe et des moments de complicité. Il arrive qu'Eowyn tète la jument Shambhala en se plaçant derrière elle, vers la queue, bien que Shambhala n'ait pas de lait.

Comme l'on dit: "Sauver une vie ne change pas le monde, mais pour cette vie, cela change tout...". »

Séverine Hundzinger

Le petit zébu sauvé d’un funeste destin
Le petit zébu sauvé d’un funeste destinLe petit zébu sauvé d’un funeste destin
Le petit zébu sauvé d’un funeste destinLe petit zébu sauvé d’un funeste destin
Le refuge du bonheur... Photos : Refuge La Petite Bohème (Cliquez pour agrandir)Le refuge du bonheur... Photos : Refuge La Petite Bohème (Cliquez pour agrandir)
Le refuge du bonheur... Photos : Refuge La Petite Bohème (Cliquez pour agrandir)
Le refuge du bonheur... Photos : Refuge La Petite Bohème (Cliquez pour agrandir)Le refuge du bonheur... Photos : Refuge La Petite Bohème (Cliquez pour agrandir)

Le refuge du bonheur... Photos : Refuge La Petite Bohème (Cliquez pour agrandir)

Vidéo : Sauvetage d’un petit zébu (5 :10)

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Coup de coeur, Portrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dominique 01/07/2020 14:01

Une belle histoire qui nous fait du bien; et rend heureux non seulement le petit Zébu et ses compagnons mais leurs admirables sauveteurs et amis

Michelle Petit 30/06/2020 09:42

Beaucoup de bonheur à eux tous. C'est magnifique et ça réchauffe le cœur ! Merci aux propriétaires de ce refuge.

Zoé 29/06/2020 20:53

Magnifique sauvetage ! Touchant apprentissage de la nouvelle vie pour Eowyn et merveilleux refuge " La Petite Bohème"

Béa kimcat 29/06/2020 15:27

J'en ai parlé aussi sur mon blog de cette petite vache...

Anne 29/06/2020 11:36

Au secours les amis : voyez ce lien
https://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/19445-decret-elargissant-la-provenance-des-animaux-de-laboratoire-la-porte-ouverte-au-pire/
Nos petites signatures arrivent à faire pression parfois
Merci https://www.30millionsdamis.fr/actualites/article/19445-decret-elargissant-la-provenance-des-animaux-de-laboratoire-la-porte-ouverte-au-pire/
Désolée Jean-Louis d’utiliser votre blog mais je pense que vous comprendrez que c’est pour une bonne cause

Anne 29/06/2020 13:54

Oups Jean-Louis m’avait précédé, merci !

danièle 29/06/2020 06:43

Cela réchauffe le coeur !

Domi 29/06/2020 05:50

Belle histoire

Chewbyspirit 28/06/2020 20:46

Merci beaucoup pour cet article Jean-Louis. A présent cette petite puce vit heureuse, elle veille sur Poésie notre petite vache handicapée, et profite de la tendresse de Shambhala, le jument frisonne qui l'a adoptée... Les voir ensemble, épanouis, en harmonie, est un grand bonheur et cela nous rappelle à quel point toutes les créatures sont interconnectées...

Anne 28/06/2020 19:18

Merci merci pour ces belles images. Je connais aussi une association qui recueille des équidés maltraités, généralement tout simplement oubliés au fond d’un pré. Elle fait aussi des miracles et même si chaque fois ce n’est que ponctuel ça réchauffe le cœur. Une fois « retapés » elle cherche à les placer en adoption. J’en ai vu arriver maigres boiteux tout parasités les sabots enroulés et retournés d’avoir trop poussés et ils ont été miraculés. C’est beau à voir leur façon de vivre entre eux, ça donne une leçon de vie et ça devrait donner une leçon de société.

Claire 28/06/2020 18:46

Encore une belle et touchante histoire : heureusement que de telles personnes existent ! Je suis admirative : j'ai regardé plusieurs vidéos sur "Chewbyspirit" et, toutes, sont aussi émouvantes...

osswald pierre 28/06/2020 14:01

Personnellement je ne mangerais probablement jamais de zébu, ni de boeuf de Kobé et autres crocodiles. Comme l'explique J-Louis, avec la mondialisation heureuse on trouve de tout maintenant dans les rayons pour satisfaire les goûts exotiques des explorateurs en chambre aux palais délicats. Un petit frisson pas cher. Hormis cela il y a bien quelques connaissances que je mettrais volontiers au congélateur. Cuisiner un voisin peu amène au moment des fêtes ça doit être bien agréable. Un petit plaisir que je suis prêt à partager.

Jacky 28/06/2020 12:04

Je situais les zebus en Inde, Afrique ou Madagascar. La présence dans l'ain de cet adorable zebu, heureusement acheté pour être sauvé de l'abattoir, vivant à sa naissance à l'état quasi-sauvage dans un troupeau m'interpelle. La question peut sembler idiote, mais....

Jean-Louis 28/06/2020 12:47

J'ai eu la même réaction que toi Jacky ! En effectuant des recherches sur le sujet, j'ai trouvé un élevage de zébus (pour la bidoche...) dans le Rhône ! Comme chacun le sait, il faut toujours renouveler les "goûts" et les "saveurs" pour attirer la clientèle... Hormis la viande de zébus et les classiques "gibiers", on trouve désormais dans les rayons des supermarchés du kangourous, de l'autruche, de l'antilope, du bison, du renne, du lama, du chameau, du zèbre, du crocodile... Quand donc le consommateur cessera-t-il d'acheter et de consommer de tels "produits" ? Il n'y a que cela qui pourrait porter un coup d'arrêt à de tels élevages ou aux importations de ce genre...

Erika 28/06/2020 10:46

Bravo à Séverine et Bruno pour leur investissement auprès des animaux en souffrance.
Bon dimanche

Jean-Louis 28/06/2020 05:43

Merci à Séverine pour son texte et, surtout, pour ce qu'elle fait au quotidien, en compagnie de Bruno, pour assurer le bien-être de leurs nombreux protégés au sein de "la Petite Bohème" ! "Bien-être" n'est pas ici un vain mot mais, bel et bien, un objectif en soi : il ne s'agit pas en l’occurrence de réfléchir à la surface nécessaire à chaque être vivant qui échoue dans la structure mais de leur donner tout ce dont ils ont besoin y compris un réel amour... ce dont nos deux amis ne sont point avares !