Qu’est-ce qu’on attend ? Le nouveau film de Marie-Monique ROBIN

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La municipalité d’Ungersheim a lancé en 2009 un programme de démocratie participative, baptisé « 21 actions pour le 21ème siècle » qui englobe tous les aspects de la vie quotidienne : l’alimentation, l’énergie, les transports, l’habitat, l’argent, le travail et l’école. 

Qu’est-ce qu’on attend ? Le nouveau film de Marie-Monique ROBIN

« L’autonomie » est le maître mot du programme qui vise à relocaliser la production alimentaire, à promouvoir la sobriété énergétique et le développement des énergies renouvelables, et à soutenir l’économie locale grâce à une monnaie complémentaire (le Radis).

Depuis 2005, la commune a économisé 120 000 euros en frais de fonctionnement et réduit ses émissions directes de gaz à effet de serre de 600 tonnes par an. Elle a créé une centaine d’emplois. Et elle n’a pas augmenté ses impôts locaux.

Alors, qu’est-ce qu’on attend ?

Tourné sur quatre saisons, pendant une année cruciale – 2015 – qui a vu l’aboutissement de la quasi-totalité du programme de transition, le film a d’abord pris la forme d’un reportage de 52 minutes, diffusé par France 3 Alsace le 7 mai dernier sous le titre « Sacré Village ! » Ce format ne suffisait cependant pas à rendre raison de la richesse du matériel filmé ni de la richesse humaine qu’il représentait : la démarche de transition globale, encouragée par la municipalité et désirée par des citoyens éclairés, génère une puissante dynamique, qui va s’amplifiant tout au long du film.

Pour évoquer cette aventure citoyenne, il semblait plus adapté de substituer au commentaire journalistique la parole des personnages, racontant eux-mêmes leurs motivations, leurs hésitations, leurs enthousiasmes.

Vidéo : Qu'est-ce qu'on attend ? Bande-annonce VF (1 :57)

Qu’est-ce qu’on attend ? Le nouveau film de Marie-Monique ROBIN

Publié dans Voir ou revoir...

Commenter cet article

Jean-Louis 11/11/2016 06:22

Ungersheim, village entreprenant et modèle !
Oui, qu’est-ce qu’on attend ?
Cette expérience démontre une fois encore qu’il est vain d’espérer que les « solutions miracles » tombent du ciel et peut-être encore moins –et c’est un comble- qu’elles soient édictées par nos politiques tous plus carriéristes et pervertis les uns que les autres : ces gens-là vivent sur une toute autre planète où, par exemple, le petit pain au chocolat est à 30 cents et où la principale préoccupation est de se faire réélire et, accessoirement, de construire des aéroports et des routes qui ne servent qu’à détruire un peu plus encore le peu de nature qui reste !
Les « solutions » sont à portée de main et, le modèle d’Ungersheim le démontre nettement : ça marche !
Alors, qu’est-ce qu’on attend ?
N’attendez pas que le monde change : commencez par changez vous-même !