Un silence de plomb espéré dans la nature

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La semaine dernière, quinze associations de la protection de la nature adressaient un courrier au président de la République demandant deux jours sans chasse au niveau national, dont un le dimanche. Le château va-t-il donner satisfaction à la majorité des Français qui partagent ce souhait ?

La lettre ne fait guère plus de 10 lignes. Est-il besoin de s’étendre pour requérir un peu de paix dans la jungle cynégétique? Certes, la demande se justifie par la volonté dinstaurer la sécurité face au nombre de pratiquants sportifs et autres usagers de la nature qui ne cessent d’augmenter, mais il s’agit peut-être davantage d’espérer le calme, d’effacer les conflits avec les porteurs de fusils, d’imaginer qu’il est possible d’aller se promener dans la nature sans risquer l’affrontement.

Cela dit, les signataires tiennent à ajouter : « D’autre part, la faune a – elle aussi – droit à deux jours sur sept sans chasse ni destruction dans un pays où la pression cynégétique en termes de période d’ouverture et de nombre d’espèces chassées, bat tous les records d’Europe ». Côté citoyens non-chasseurs, l’attente est claire. Dans un sondage réalisé par l’IFOP en 2016, 75 % des sondés se sont dits favorables au dimanche sans chasse (contre 54 % en 2009, soit une progression non négligeable). En 2021, un sondage IPSOS/ONE VOICE montrait une attente encore plus ambitieuse : 81 % des sondés désiraient l’interdiction de la chasse (mais aussi du piégeage) le dimanche. Ils revendiquaient même que l’on étende cette mesure à un autre jour de la semaine, ainsi que durant l’intégralité des vacances scolaires. Même résultat dans le sondage initié en 2022.

Que font nos voisins?

Pour faire passer des mesures « clivantes », l’exécutif s’appuie généralement sur ce qui se fait ailleurs en Europe : « S’ils l’ont fait, pourquoi pas nous? » plaident les politiques qui sexonèrent ainsi de décisions trop frontales (on est loin de cette « bonne vieille France » avant-gardiste des progrès humanistes!). Quoi quil en soit, que font nos voisins? Le paysage reste disparate mais on note un réel besoin de limiter le temps de chasse. Ainsi, en Angleterre et au Pays de Galles, le « Game Act » interdit la chasse de nombreuses espèces le dimanche depuis… 1831. Aux Pays-Bas elle est clairement interdite le dimanche ainsi que durant le jour de l’an, la Pentecôte et l’Ascension. Au Portugal, tout au contraire, la chasse est limitée au jeudi et au dimanche (avec quelques exceptions). En Espagne, seuls trois jours sont autorisés. En Italie, pas plus de trois jours de chasse autorisés avec interdiction le mardi et le vendredi. En Suisse, le canton de Neuchâtel interdit toute chasse le dimanche mais aussi le mardi et le vendredi. Quant au canton de Genève, il a choisi d’interdire totalement la chasse. Au-delà de l’Europe, c’est l’Inde qui se distingue avec Israël : ces deux pays interdisent tout simplement la chasse.

Les chasseurs se moquent du monde

Lors de la campagne présidentielle de 2022, Yannick Jadot avait souhaité suspendre la chasse durant les week-ends et les vacances. Devant la réaction outrée des chasseurs, les sondages réalisés à l’époque par IFOP/JDD indiquèrent que 69 % des Français étaient favorables à cette initiative avec un constat révélateur : absolument toutes les strates de la population étudiées étaient majoritairement favorables à la proposition du candidat d’EELV, y compris les artisans et commerçants (51 %), les habitants des communes rurales (63 %) ainsi que les sympathisants des Républicains (56 %). Naturellement, les chasseurs ont vivement répliqué. Sur un site cynégétique, l’une de leurs plumes indique que « supprimer la chasse le week-end ou pendant les vacances ne servirait à rien ». On est évidemment tenté d’en savoir plus. L’auteur souligne que cette mesure est déjà appliquée depuis plusieurs années, en forêt domaniale par l’Office National des Forêts (ONF). Ah bon? À y regarder de plus près, il est indiqué que lONF ninterdit pas, mais peut le faire dans certaines forêts ou parties de forêt. Là, on comprend mieux! Au passage, il est précisé que la vénerie ne peut être interdite le samedi. Ce nest pas de la chasse sans doute Droit dans ses bottes, le site conclut : « Dans la mesure où les forêts domaniales ne sont pas chassées le week-end et que 90 % des accidents sont subis par les chasseurs eux-mêmes, la proposition d’interdire la chasse le week-end et pendant les vacances scolaires n’aurait aucun effet sensible pour améliorer la baisse des accidents de chasse. » Admirable démonstration qui laisse pourtant un petit goût de perplexité. En attendant, la Fédération française de randonnée a passé un accord avec la Fédération nationale des chasseurs pour que les promeneurs du dimanche évitent les sentiers qui accueilleraient des chasses. En clair, les randonneurs doivent s’effacer devant les tartarins.

Au cas où le président de la République ne serait pas sensible au souhait de la grande majorité des Français qui attendent un week-end sans plomb, il restera peut-être la démarche constitutionnelle. Les citoyens ont la possibilité d’initier un RIP (Référendum d’Initiative Partagée) imposant au Parlement de se saisir d’un sujet.

À l’évidence, la perspective d’une paix dans les campagnes ne laissera pas indifférent.

Allain Bougrain-Dubourg

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Comme l'écrit si bien Zoé, c'est à pleurer
Répondre
Z
Le Président et les élus en grande majorité sont du côté des zigouilleurs de tout poil, plume et crin , c'est à pleurer ! Poids des lobbys , du fric et du pouvoir ! Chasse à courre , corrida , piégeage , vènerie , chasse ... sont des abominations et une honte.
Répondre
M
Une grande partie des parlementaires (surtout des sénateurs) sont chasseurs ou amis avec des chasseurs surtout que parmi ceux ci il y a beaucoup de gens influents et / ou très riches.<br /> Ils ne veulent surtout pas contrarier leurs amis et donc feront tout pour perpétuer la chasse telle qu'elle se pratique. <br /> Quand à l'avis de la majorité des citoyens il ne les intéresse plus le moins du monde dès le lendemain des élections<br /> Bref à moins d'un RIP sur le sujet et encore, très peu de chances que quelque chose change en matière de chasse.<br /> Le président lui à amplement démontré de son coté qu'il se moque des souhaits de la majorité des français.
Répondre
J
C’est pareil que pour la corrida, une très large majorité est pour ces 48 h sans coup de fusil mais ça traîne de partout du côté des instances soit disant démocratiques sensées nous représenter mais aussi très partisanes pour protéger les privilèges d’une petite caste.
Répondre