Les jardins ouvriers d'Aubervilliers résistent aux Jeux de 2024

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le ‘’Petit Bonheur du jour’’ c’est un article –qui date un peu- du journal ‘’les Echos’’ racontant comment les chantiers des Jeux Olympiques vont transformer durablement les villes de la Seine-Saint-Denis. Les jardins ouvriers du Fort d'Aubervilliers se changent en Jardin à défendre. Des militants écologistes occupent le site qui doit disparaître au profit d'un centre aquatique olympique, légué en héritage par les Jeux de 2024.

Depuis le 23 avril, des militants campent nuit et jour pour protéger cet espace où les habitants cultivent la terre, des futures infrastructures olympiques. Photo : Olivier Donnars/Le Pictorium

« Jardiner c'est résister », peut-on lire à l'entrée du Jardin à défendre (JAD) du Fort d'Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Depuis le 23 avril, des militants campent nuit et jour pour protéger cet espace centenaire, où les habitants cultivent la terre, des futures infrastructures à naître en vue des Jeux Olympiques.

Dès l'été 2023, un centre aquatique ouvrira ses portes à la place du parking qui borde les parcelles du Jardin des vertus à l'Est de la ville. Le solarium, qui accompagne le projet de piscine olympique, pose problème à un certain nombre de riverains et associations, comme le Collectif de défense des jardins ouvriers d'Aubervilliers, parce qu'il amputera les jardins ouvriers d'1 des 7 hectares dont ils disposent pour la pratique de l'agriculture urbaine.

Une opération à 33 millions d'euros

En plus du solarium, le futur complexe nautique, chiffré à plus de 33 millions d'euros, comprendra plusieurs bassins, un espace de fitness et de cardiotraining, des saunas et hammams ainsi que des espaces végétalisés. Cette opération, conclue par l'ancienne municipalité, est vouée à renforcer l'attractivité de la commune qui ne possède qu'une piscine. Mais les opposants craignent que cet héritage ne leur soit pas réellement destiné au regard du ticket d'entrée, « entre 10 et 15 euros », estiment les jardiniers.

Du côté de la mairie, maître d'ouvrage du projet, l'édile (UDI) Karine Franclet évoque, dans les colonnes du Parisien, « un collectif qui ne représente même pas les jardiniers, qui a décidé de prendre en otage un processus voté en conseil municipal, et validé par les associations de jardiniers de manière démocratique, au risque de mettre en péril la construction de cette piscine alors que les enfants d'Aubervilliers et des villes environnantes ont besoin de cet équipement ».

4 hectares menacés par la ligne 15

Alors qu'un accord a été signé entre les deux associations qui exploitent la surface totale des jardins - soit 273 occupants -, et Grand Paris Aménagement, propriétaire du foncier, la Ville rappelle que l'ensemble des espaces verts « sera reconstitué, à terme», et que «tous les jardiniers se sont vu réattribuer une parcelle ». Les défenseurs du Jardin des vertus sont quant à eux expulsables à tout moment, après qu'une demande formulée par Grand Paris Aménagement a été acceptée en mai par le tribunal de proximité d'Aubervilliers.

À l'heure où le Département ne cesse de rappeler la nécessité de lutter contre les îlots de chaleur et celle de produire local, les militants ne comptent pas baisser les bras. Et encore moins dans la mesure où près de 4 hectares supplémentaires pourraient disparaître au profit de la future gare du Grand Paris Express, qui doit assurer la bonne accessibilité au site par la ligne 15.

Loana Berbedj/Les Echos

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
On nage surtout dans l'incohérence ! Que cela est triste ! Et les écolos , ils sont où sur ce projet?
Répondre
B
Des jardins ouvriers à défendre !!!<br /> C'était prévisible... Ces JO programmés risquent de faire des dégâts. Le végétal, on s'en fiche. Trop d'argent en jeu...
Répondre
D
C'est insensé...surréaliste; ce projet l'était déjà mais au vu de la conscience hélas très tardive de la nécessité absolue de végétaliser et ne plus bétonner, je pense qu'il va falloir même "débétonner", ça devient criminel ! Nous aurions pu penser que ceux-là mêmes qui souscrivent à l'idée d'îlots de fraîcheur dans les villes verraient l'évidence de stopper ce projet !!!! Aux responsabilités des irresponsables ..à tous les niveaux ! La population n'a aucun droit semble-t-il ! Ce sont sûrement des citoyens "qui ne sont rien" (sic).!!!!! En revanche "ceux qui ont réussi" achèvent de détruire la Planète !
Répondre
M
C'est à l'aune de ce type de projet que l'on voit la fibre écologique de la municipalité de Paris tout est dans le discours et dans les fait on continue à bétonner à tout va. On entend guère les écolos du conseil de Paris sur le sujet ...<br /> Ces aménagements ne sont pas fait pour les habitants du coin, en général peu fortunés et qui n'auront pas les moyens d'y accéder mais pour une clientèle bourgeoise et aisée venu de la ville d'où la construction d'une gare à proximité..<br /> Dès qu'il y a de l'argent à gagner la nature passe au néme rang.<br /> <br /> D'ailleurs toute l'organisation de ces JO est une gabegie financière et sera une énorme source de pollution avec tous les déplacements engendrés au profit de quelques uns, mais tous les contribuables paieront la note ensuite.Tout cela pour une gloriole de quelques jours.<br /> Nos politiques sont toujours sur un logiciel du 19 eme siècle et n'ont rien appris et pire ne veulent rien apprendre des expériences passées.
Répondre
J
Est ce que les enfants d'Aubervilliers et des villes environnantes ont besoin d'un espace fitness, cardiotraining, sauna ou hammam? Des espaces végétalisés seront proposés. Les jardins sont également végétalisés.....
Répondre