Entre ses mains, les hérissons en détresse ont droit à une seconde chance

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Voilà un ‘’Petit Bonheur du jour’’ tout à fait sympathique : je vous présente Sara Stahl qui a déjà reçu plusieurs centaines de hérissons dans son centre de soins. Son objectif ? Les réadapter à la vie sauvage bien entendu…

Aux Joubarbes, un de nos charmants visiteurs principalement nocturnes : Charly le hérisson… Photo : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)

Aux Joubarbes, un de nos charmants visiteurs principalement nocturnes : Charly le hérisson… Photo : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)

Menacés de toute part, les hérissons ont de plus en plus de mal à survivre aux épreuves que l’espèce humaine leur fait subir. Heureusement, parmi ces humains, on trouve aussi des âmes belles et dévouées. Démonstration avec Sara Stahl qui, dans son centre de soins, a déjà accueilli 440 hérissons.

Basée à Orsay, dans l’Essonne, Sara Stahl reçoit régulièrement des hérissons. De plus en plus même. Il faut dire que cette espèce supporte assez mal le réchauffement climatique, la raréfaction des insectes, la circulation automobile et la fragmentation de leur territoire. Parmi les pensionnaires de Sara Stahl, donc, des orphelins, des blessés et des malades.

Pour chacun d’entre eux, une mission : les soigner et les remettre sur pied tout en préservant au maximum leur autonomie. Objectif : les relâcher dans leur milieu naturel afin qu’ils reprennent dès que possible le cours de leur vie sauvage.

Le Parisien s’est rendu sur place. Regardez :      

Vidéo : Sara Stahl, l'ange gardien des hérissons en détresse (3 :33)

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Encore une admirable personne . Je connais trois fillettes qui vont adorer cette vidéo....s'en souviendront et resterons sensibilisées
Répondre
Z
Trés beau reportage! Il y a un centre de protection des hérissons à quelques km de chez moi, je les avais contactés quand j'en avais trouvé un devant ma porte sur rue , il avait suivi la piste d'un sac de croquettes percé et ils étaient venus le chercher . Bon week-end Jean-Louis et Michèle.
Répondre
B
Heureusement qu'on trouve des âmes belles et dévouées... Cela fait chaud au coeur<br /> Pauvres petits hérissons<br /> C'est émouvant...<br /> Bon WE Jean-Louis
Répondre
J
La comparaison de la soignante et d'une maman est émouvante.
Répondre
D
un animal si sympa !
Répondre