Les petits bonheurs… en compagnie de six lynx (2)

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Suite aujourd’hui de cette aussi surprenante que merveilleuse rencontre d’une famille de Lynx avec Véronique Frochot, photographe naturaliste en Franche-Comté…

Mis en confiance par le réveil de leur père, les trois jeunes lynx se montrent alors plus entreprenants. Ils décident de s'approcher de la photographe. À la très grande surprise de Véronique, loin de les en dissuader, le père accompagne ses petits dans ce rapprochement absolument bouleversant. "Les quatre lynx se retrouvent face à moi, sur une magnifique dalle rocheuse recouverte d'une mousse épaisse. Le cadre est sublime, et ils ne sont qu'à une vingtaine de mètres de moi. Ils m'observent et je n'ose plus bouger. Je réalise au bout d'une dizaine de minutes que je fais partie de leur décor et que je ne les dérange absolument pas. Les petits curieux m'ignorent rapidement et retournent à leur vie. Je peux reprendre quelques clichés de cet instant absolument unique ‘’ m'explique Véronique, la voix encore pleine d'émotions.

Tranquillement, les jeunes lynx reprennent leurs occupations. Cependant, ils ne peuvent pas s'empêcher de regarder régulièrement en direction de la photographe comme pour s'assurer qu'elle était toujours bien là. Photo : Véronique Frochot

‘’Après sept heures au milieu de cette famille, il est temps pour moi de partir.’’ Véronique Frochot, photographe naturaliste

Véronique a déjà rencontré le félin, symbole du massif jurassien. Mais elle n'aurait jamais imaginé vivre ainsi en communion avec quatre individus alors qu'il est si rare d'en croiser, ne serait-ce qu'un seul. "Ces instants partagés ensemble sans aucun soupçon de dérangement ou d'inquiétude de leur part, dépassent très largement ce que j'aurais pu espérer vivre un jour avec un lynx. Je réalise alors que nous sommes ensemble depuis près de sept heures et qu'il est temps pour moi de m'en aller. Je me lève avec d'infinies précautions et leur tourne immédiatement le dos. Je ne veux pas qu'ils croient que je cherche à m'approcher, mais que je quitte la scène de ce spectacle qui restera unique pour moi. Ce choix de les quitter est le plus grand respect que je puisse avoir pour eux après ce qu'ils m'ont donné.

Durant cette rencontre incroyable, Véronique en profite également pour faire quelques vidéos.

La photographe entame sa redescente dans la plus grande discrétion. A bonne distance, elle décide de doucement tourner la tête pour s'assurer que son départ se passe bien. Quelle surprise alors pour elle. Les quatre lynx l'observent… comme s'ils étaient déçus de la voir partir.

Jour 3 : Une nouvelle journée avec eux, est-ce trop en demander ?

Après une journée de travail, rien de tel pour Véronique Frochot que de retrouver la nature pour se détendre. Inconsciemment, elle espère une nouvelle rencontre mais elle ne veut pas trop en demander à sa bonne étoile qui l'a déjà très largement gâtée. Faut-il croire aux miracles lorsqu'on est photographe naturaliste ? Véronique n'est pas loin de le croire. Après 30 minutes de marche, il est là, seul cette fois, à l'attendre sur son rocher. 

La photographe retrouve le lynx adulte sur son rocher. Il est seul cette fois car le reste de la famille est resté un peu à l'écart. Photo : Véronique Frochot

Comme à chaque rencontre, Véronique se fige, immobile et s'allonge très lentement au sol afin de se montrer la plus discrète possible. Fondue dans le paysage environnant, elle a ce sentiment étonnant d'invisibilité. Mais le félin, avec son œil de lynx, sait depuis longtemps qu'elle est là. 

Allongée dans la végétation, la photographe peut se confondre avec une souche d'arbre. Photo : Jean-Stéphane Maurice/Naturae France Télévisions

"La montée de larmes a toujours fait partie de mes rencontres avec les lynx. Je ne veux pas chercher à contrôler ces émotions très fortes. Je réalise alors en photographiant ce magnifique mâle adulte que je ne pleure plus comme les deux premiers jours. Il ne faudrait pas que je m'habitue à ces rencontres qui doivent rester exceptionnelles" explique la photographe.

Jour 4 : Juste observer et profiter de l'instant

Pour la quatrième journée de suite, Véronique Frochot reprend la direction de ses lieux d'affûts devenus si exceptionnels pour elle. Elle travaille dans le domaine du bien-être à mi-temps en Suisse. Elle sait combien il est vital pour elle de communier avec la nature chaque jour pour avancer et se sentir équilibrée. Cette sortie en forêt est très agréable, mais elle ne croise aucun animal. Peu importe, la photographe retrouve finalement le chemin d'une certaine normalité et se réjouit de cet instant de sérénité qu'elle vient de vivre après sa journée de travail. Elle se remémore alors tous les instants passés en compagnie de cette famille de lynx.

Le lynx observe la photographe. Un sentiment de sérénité et de plénitude se dégage de son attitude. Photo : Véronique Frochot

Sur le chemin du retour, elle aperçoit au loin des silhouettes dans un pierrier. Elle reconnaît immédiatement les trois jeunes lynx. "Cette fois-là, je vais juste profiter des lynx. Les photos n'auraient pas grand intérêt à cause de la distance. Je vais donc me contenter de simplement les regarder et de profiter de l'instant" se souvient la photographe.

Jour 5 : Un regard avant de partir sans savoir que cela sera le dernier

De nouveau en balade avec son appareil reflex, la photographe ne veut plus imaginer qu'une rencontre est encore possible. Certes, la veille, elle les a plutôt regardés que photographiés, mais ils étaient bien là, encore une fois. La situation est devenue tellement exceptionnelle pour elle. "Je ne le sais pas encore, mais ce cinquième jour sera celui de la dernière rencontre avec cette famille de lynx. Je retourne en direction du pierrier où, la veille, j'avais vu les jeunes au loin. Stupéfaction ! Cette fois, ils sont beaucoup plus près et accompagnés de leur mère. Celle-ci a les pattes croisées. Mélange d'élégance et de noblesse, elle semble me toiser, pauvre humain que je suis" me raconte Véronique en souriant.

La mère et ses trois petits (un seul visible sur la photo) profitent des rayons du soleil. Photo : Véronique Frochot

Il est maintenant temps pour Véronique Frochot de quitter cette famille qui l'a adoptée. "Un regard avant de partir sans savoir que cela le dernier, mais j'ai vécu des émotions tellement fortes avec ses six lynx durant cinq jours qu'il me semble à peine croyable de pouvoir le raconter. Et si je vous dis six lynx et non pas cinq, c'est parce que j'ai réalisé en observant mes clichés que le mâle rencontré le premier jour avec la femelle n'était pas le même que celui avec les petits" m'explique la photographe. Peut-être un amant égaré dans cette forêt pleine de secrets…

Une centaine de lynx boréal dans le massif du Jura

Le massif du Jura est le territoire du lynx boréal. Les spécialistes estiment sa population à une centaine d'individus en France (près de 200 individus avec la Suisse). C'est le secteur où il est le plus présent en France. On retrouve également quelques lynx dans les Vosges et les Alpes.

Le lynx vous voit toujours avant que vous ne le voyiez. Mais rassurez-vous, il n'y a aucun risque d'attaque si vous le croisez lors de vos promenades. Photo : Véronique Frochot

Un félin menacé d'extinction en France

Le premier plan national pour protéger le lynx boréal, disparu en France au début du XXe siècle avant d'être réintroduit, a été publié mi-mars. Il vise à "rétablir l'espèce dans un bon état de conservation". Ce plan national porte sur la période 2022-2026 et vise à mieux protéger le plus grand félin sauvage présent en Europe et qui reste menacé d'extinction en France.

Saurez-vous retrouver tous les lynx sur cette photo ? Elle illustre parfaitement combien il peut être parfois difficile de les apercevoir. Photo : Véronique Frochot

Le lynx n'est pas un animal farouche quand il croise la route de l'homme. C'est lui qui va décider s'il vous tolère ou non en fonction de son humeur. Il est finalement assez proche du chat dans son caractère. Les lynx sont régulièrement victimes de collision routière, parfois de braconnage. Certains voient dans le prédateur un concurrent simplement parce qu'il se nourrit d'un chevreuil par semaine. Si la population semble stabilisée, elle reste néanmoins très fragile. Le lynx fait la fierté des Jurassiens et il convient à chacun de nous de le protéger.

Jean-Stéphane Maurice

 

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Que du bonheur ce 2e volet...
Répondre
D
Et à nouveau une belle personne sur ce blog , un récit et des photos qui nous font du bien . Un petit bonheur pour nous et un grand pour elle, justement récompensée .
Répondre
Z
Merveilleuses rencotres . J'imagine quelle émotion intense cela doit être. <br /> Bonne journée Jean-Louis.
Répondre