Les petits bonheurs…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Dans la nature, actuellement, nombre d’animaux mettent bas ! Je ne recherche pas particulièrement les nouveau-nés mais, le hasard faisant parfois bien les choses, il m’arrive de ‘’tomber’’ sur l’un ou l’autre de ces bébés…

Photos : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)Photos : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)
Photos : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)

Photos : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)

Ce fut encore le cas l’autre jour où, traversant un pré où l’herbe commençait à avoir la hauteur d’une trentaine de centimètre, j’ai failli marcher sur le petit d’une chevrette, adorable mais, ô combien vulnérable !

Sous le charme de ce petit être, j’ai rapidement fait quelques clichés et, dare-dare, ai quitté les lieux ! C’est alors que je remarquais une chevrette, assurément la maman, qui m’observait non loin : pas de doute, j’étais étroitement surveillé, raison de plus pour ne pas m’attarder !

Emu par la scène –qui ne craquerait pas devant pareille image ?- je ne pouvais m’empêcher de songer à tous ces petits innocents qui, chaque année, périssent, broyés par les monstrueuses machines qui fauchent les prés, chaque année un peu plus tôt mais toujours pendant la période des naissances… L’horreur absolue et impitoyable face à la beauté !

A l’approche d’un intrus, elle quitte les lieux mais, de loin, garde un œil sur son ou ses petits… Photo : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)

A l’approche d’un intrus, elle quitte les lieux mais, de loin, garde un œil sur son ou ses petits… Photo : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)

Oiseaux, mammifères, ils sont nombreux chaque année à périr, victimes des engins agricoles… Photos : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)Oiseaux, mammifères, ils sont nombreux chaque année à périr, victimes des engins agricoles… Photos : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)

Oiseaux, mammifères, ils sont nombreux chaque année à périr, victimes des engins agricoles… Photos : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Partagée entre bonheur de voir cette jolie photo et chagrin de savoir que beaucoup périssent et sans que cela émeuve les responsables impitoyables de ce carnage.
Répondre
J
Encore sous le traumatisme de la biche vue en bord de route (une partie de gigot arraché), tuée par un automobiliste ?
Répondre
C
Magnifique rencontre que provoque chez moi aussi beaucoup d'émotion. <br /> Merci pour ces belles photos..<br /> <br /> Je suis attristée d'apprendre que beaucoup de faons et d'autres animaux meurent broyés par les engins agricoles : quel carnage ! J'en ai les larmes aux yeux ...
Répondre
E
Le bonheur tout simplement !
Répondre
D
un bonheur, et des précautions à prendre
Répondre
D
Un faon c’est la naissance d’un petit roi! Alors nous attendons les 21 coups de canon… ce qui aurait l’avantage de faire reculer les faucheurs …
Répondre
D
En lisant le début je comptais écrire pas un petit bonheur un grand, tout en pensant avec horreur à ce que tu évoques ensuite . Et tentant de me rassurer avec l’idée que quand on fauchera ce faon et ses semblables auront grandi et seront partis . Et je lis encore qu’on fauche de plus en plus tôt. Que faire pour l’empêcher . Informer les agriculteurs ? Mais ils doivent bien savoir …. Et rien n’arrête l’activité humaine même pas la protection de l’innocence ! L’´humain qui se croit l’espèce la plus intelligente ayant des droits sur toutes les autres! Même celui du massacre abominable ! Ces machines existent depuis peu au regard de l’Histoire; il faut des centaines d’années pour que les espèces s’adaptent . Les chevrettes sauront-elles un jour qu’il faut changer la nature et aller cacher leur petit loin des parcelles cultivées ? Et où .
Répondre
J
Merci Dominique pour ton commentaire. Oui, les agriculteurs savent parfaitement que dans le monde ''sauvage'' c'est l'époque des mises bas mais, la plupart d'entre eux s'en moquent complètement : pour eux, les chevreuils par exemple ne sont que des "bestioles qui viennent brouter les cultures" donc, pas grave s'il y en a qui sont tués par les machines ! Pour eux, seul compte la "productivité" et leur cheptel de plus en plus grand, tout le reste, ils s'en foutent ! Discuter avec certains de ces énergumènes devient de plus en plus difficiles ! Je pensais qu'avec l'arrivée des jeunes générations ça irait mieux mais ce n'est hélas pas le cas : ils sont consciensieusement briffés par la FNSEA et c'est une catastrophe ! Je fais bien évidemment une différence entre ces gens et les paysans qui font du bio et dont l'état d'esprit est heureusement autre (merci Aurélie, Cristophe...) mais, je suis malhheureusement entouré par les premiers et c'est un carnage autour de chez moi...
B
Magnifique rencontre... C'est émouvant.<br /> Oui c'est l’horreur absolue et impitoyable ces monstrueuses machines qui fauchent les prés...
Répondre
J
Magnifique article. Merci du partage. J'ai aussi remarqué des prés fauchés fin avril en plaine.
Répondre