Qu'est-ce que le locavorisme ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Favoriser la consommation de produits locaux et de saison, c’est ce que propose le mouvement locavore qui séduit de plus en plus de Français…

Le commerce en circuit court. Photo : Thomas Louapré

Loin d’être un nouveau régime alimentaire tendance, le locavorisme est un mode de consommation récent prônant une alimentation locale et de saison. Ce mouvement est né aux Etats-Unis en 2005 de l’initiative de la cuisinière américaine Jessica Prentice. Il s’est peu à peu imposé en France, jusqu’à faire son entrée dans le Larousse en 2010 qui le définit comme "un mouvement prônant de ne consommer que des fruits et légumes locaux et de saison, afin de contribuer au développement durable."

Ce mode de consommation responsable séduit de plus en plus de citoyens. En 2020, un Français sur quatre déclarait avoir davantage consommé auprès des producteurs locaux, selon un sondage Ipsos publié en février 2021. Mais en quoi consiste concrètement ce mouvement ?

Qu’est-ce qu’un locavore ?  

Les denrées des ménages français parcourent jusqu’à 201 milliards de tonnes kilomètres par an, selon une expertise de l’ADEME publiée en 2019, soit 22 millions de tonnes de CO2. Une empreinte environnementale conséquente due notamment au transport de fruits et de légumes venant de loin et dont la part importée dépasse 40 % pour certains produits comme les tomates, concombres, pêches, nectarines ou encore le raisin.

C'est cet impact écologique que le mouvement locavore souhaite diminuer en consommant des denrées de saison et issues de l’agriculture locale. La plupart des adeptes se rendent pour cela dans les AMAP, les fermes, au marché ou dans des épiceries spécialisées pour faire leurs courses.

C’est le cas de Marie-Laure Nicaise, gérante de la plateforme Locavor Montsouris, qui met en relation les producteurs et les consommateurs grâce à son site internet. Si elle ne s’estime pas aussi radicale que certains qui établissent un périmètre autour de chez eux entre 100 et 250 kilomètres, l'entrepreneuse privilégie le plus possible les productions proches de son domicile. Certains produits font cependant exception, car il ne s’agit pas de se priver mais de mieux consommer. Cette locavore, affirme ainsi acheter des citrons de Corse ou du café -qui n’est bien entendu pas cultivé en France- mais qui peut être torréfié par un artisan parisien. 

Qu'est-ce que le locavorisme ?  Image : locavor.fr

Un mode de consommation plus "éthique"

Pour cette locavore, ce mode de consommation est avant tout une question éthique. Elle-même artisan pâtissière avec sa marque de gaufrettes la Wafflette, Marie-Laure en explique les avantages. L’un des principes de ce courant est alors de bien mieux connaitre les aliments et la manière dont ils ont été produits. "Je choisis des maraîchers qui multiplient les références sur leurs terres et évitent les monocultures qui appauvrissent les sols", précise-t-elle. Il s’agit aussi d’acheter aux producteurs et artisans à des prix équitables, contrairement à la grande distribution qui ne les rémunère pas à des prix justes. "On favorise un maraîchage qui n’est pas mécanisé et qui créer donc de l’emploi car ils ont besoin de bras."

Le locavorisme vise par ailleurs à rapprocher le consommateur du producteur et à favoriser une meilleure connaissance des cycles agricoles, des différentes terres et des saisons. Un partage facilité par la diminution du nombre d’intermédiaires et qui "permet au public de connaitre les agriculteurs et artisans, leurs quotidiens, leurs difficultés mais aussi leurs réussites", relève la gérante de la plateforme.  

Pour l’heure le secteur semble souffrir de difficultés liées à une diminution du nombre de clients. Si les circuits courts avaient connu un engouement durant les confinements, "aujourd’hui les consommateurs privilégient les grandes surfaces" qui sont souvent plus abordables et plus proches pour les citadins et où il est plus simple de faire ses achats.

Emilie Pelloux/ID (l’Info Durable) (31.03.2022)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Je ne connaissais pas ce nom mais c'est sûr que c'est la bonne démarche!
Répondre
B
Je le privilégie... En Creuse, ce n'est pas trop difficile...<br /> Je ne savais pas que ça s'appelait "locavorisme"
Répondre