À Maya Bay, la nature reprend ses droits

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Après trois ans d’interdiction au public, les autorités thaïlandaises ont réouvert Maya Bay. La plage de l’île de Koh Phi Phi Lee, ravagée par le tourisme de masse, avait été fermée en 2018 pour lui permettre de retrouver sa biodiversité. Le 1er janvier 2022, le site naturel a donc pu accueillir de nouveau les visiteurs, sous certaines conditions.

Plage de Maya Bay. Photo : Anwic/Pixabay

Avec près de 5 000 visiteurs par jour, Maya Bay, "la plage" rendue célèbre par le film de Danny Boyle, a subi de grands dommages environnementaux obligeant le gouvernement à la fermer durant trois ans. La Thaïlande a finalement réouvert le site le 1er janvier dernier, sous certaines conditions. Créneaux de visites d’une heure entre 10h et 16h, un maximum de 300 personnes autorisées sur la plage en même temps, interdiction pour les bateaux d’y accoster et une peine de 150 dollars d’amende pour non-respect de ces consignes ; le pays prend des mesures pour protéger son patrimoine naturel du surtourisme. "Maya Bay a continuellement suscité l'intérêt des touristes du monde entier. Mais cela a également causé la détérioration des espaces naturels, spécialement des coraux", a estimé le ministre thaïlandais de l'Environnement et des ressources naturelles, Varawut Silpa-Archa, cité par CNN.

Le surtourisme cause la dégradation des sites naturels

Le réchauffement climatique n’est donc pas le seul en cause. Sur cette plage, les 5 000 visiteurs quotidiens ont effectivement entrainé la dégradation des fonds marins, la perte de 60 % des récifs coralliens et l’érosion de la plage.

Environ 1,5 milliards de touristes ont parcouru le monde en 2019 selon l'Organisation mondial du tourisme, se rendant dans des zones asphyxiées et endommageant des sites naturels parfois protégés. D'après une étude parue en 2018 dans la revue Nature, le tourisme mondial serait ainsi responsable de 8 % des émissions de gaz à effet de serre, mais aussi de la destruction de la biodiversité de ces lieux naturels par les déchets, les transports ou la visite massive de ces endroits.

Les quotas pour sauver les sites naturels du surtourisme

Plusieurs lieux touristiques, comme Maya Bay, ont instauré des mesures similaires de quotas ou de limitation des visiteurs pour préserver leur patrimoine naturel. Le Bhoutan, au sud de l'Asie, par exemple, a mis en place sa politique de "Haute valeur - faible volume". Celle-ci oblige les touristes désirant séjourner dans le pays à payer un tarif de 140 euros par jour afin de préserver sa culture mais aussi son environnement des touristes et des treks en moto.

Le Machu Picchu, site Inca perché en haut de la Cordillère des Andes, s’est vu appliqué en 2017 un quota de 5 000 visiteurs par jour avec 600 personnes sur chaque créneau toutes les quatre heures. Les autorités péruviennes désirant préserver la nature environnante des ravages du million et demi de visiteurs en 2018 ont aussi imposé l’obligation de prendre un guide pour visiter ce sanctuaire naturel et historique.

En France, les Calanques de Marseille, avec leurs 3 millions de visiteurs à l’été 2020 et leur lot de déchets, pollution et piétinement de l'espace naturel ont aussi instauré un quota de 500 à 600 personnes par jour avec un système de réservation sur Internet, et l'interdiction d’accès aux véhicules à moteurs lors des périodes de forte affluence…

Source : ID (l’Info Durable) (17.01.2022)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Pour nous, les voyages ''au long cours'' (et les voyages tout court d'ailleurs aussi), cela fait longtemps que nous y avons renoncé ! D'abord parce que, généralement, le ''touriste'' donne une bien piteuse image de lui dès qu'il est ''chez les autres'', raison largement suffisante pour ne plus vouloir, d'aucune manière, être assimilé à cet énergumène peu recommandable ! Pour certains, la crise sanitaire des dernières années a définitivement réglé le problème de nombre de ''transhumances''... mais, pour certains seulement : Pour d'autres, le goût du voyage est rapidement revenu de même que l'envie de se montrer parfois dans son plus déprimant appareil !
Répondre
Z
Bonne initiative ! Mais hélas pour beaucoup de pays l'attrait de la manne financière que représente le tourisme passe en premier! <br /> Amitiés Jean-Louis
Répondre
D
Bonne initiative ! Etonnement positif : la Thaïlande dont nous avons souvent une image négative eu égard à un certain tourisme , serait plus attentive à l'environnement que la France ..et d'autres états !?
Répondre
B
Tant mieux si la nature reprend ses droits !<br /> Bon WE Jean-Louis
Répondre
C
C'est une bonne idée de mettre des quotas et certaines règles. Il faut aider la nature... Bon week-end.
Répondre
F
Ces sites parcourus en long et en large par les touristes du monde entier paient le prix fort en matière d'environnement et de biodiversité. En général nous les évitons mais un jour de moindre affluence nous avons découvert les Calanques de Marseille. Magnifiques vues de loin ! Les pierres des chemins sont tellement lisses tellement elles sont piétinées que c'est devenu une véritable patinoire. Et ce n'est sans aucun doute que la petite partie visible de l'iceberg... Pour toutes sortes de raisons je ne souhaite vraiment pas y retourner.
Répondre