Deux chevreuils sauvés après une intervention chirurgicale de 12 heures !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

A Laroque, près de Montpellier (34), les vétérinaires bénévoles de l’hôpital de la faune sauvage se dévouent corps et âmes pour sauver les animaux blessés. Grâce à leurs mains expertes, chevreuils, renards et autres cigognes survivent à de graves blessures… avant de pouvoir rejoindre leur milieu naturel ! 30millionsdamis.fr tient à leur rendre hommage…

Ce chevreuil a subi une lourde intervention pour retrouver l'usage de sa patte. Il sera en convalescence avec un congénère, lui aussi opéré le même jour. Photo : Sarah Desteuque

Deux chevreuils soignés à l’hôpital de la faune sauvage (HFS) « Goupil connexion », à Laroque (34) ! Un événement rare pour le centre à cette période de l’année. Ils ont survécu, grâce au dévouement de Marie-Pierre et de Philippe, deux vétérinaires au grand cœur. « On ne peut pas tous les sauver mais on fait tout pour, malgré le coût humain et financier que cela implique », confie la praticienne jointe par 30millionsdamis.fr.

« Un travail chirurgical incroyable »

Le premier chevreuil, « grand, beau et fort », a été secouru par les pompiers de Bagnols-sur-Cèze (30). Victime d’une collision routière, l’animal a été pris en charge d’urgence par une vétérinaire spécialiste de la faune sauvage. Trois jours après avoir reçu les premiers soins, le cervidé a pu rejoindre l’HFS où il a été surveillé pendant plus d’une semaine, jusqu’à ce que le Dr Marie-Pierre Puech décide de l’opérer. Le même jour, c’est un autre jeune chevreuil –souffrant de multiples plaies liées à des morsures occasionnées par l’attaque d’un chien– qui a été pris en charge !

Assistée de son confrère, le Dr Philippe Leveque –spécialiste des os– la vétérinaire a pratiqué deux opérations, pendant 12 heures consécutives, pour poser des plaques à ses deux petits protégés. « Les médecins ont réalisé un travail chirurgical incroyable, s’exclame Gilles, le promeneur qui avait découvert le jeune mâle. Malheureusement, ces animaux magnifiques n’ont pas la protection qui devrait leur être accordée. »

« Une chaîne de bienveillance remarquable »

« Ils vont s’en sortir car nous leur donnons le maximum ; ils le valent bien, rassure le Dr M.-P. Puech. Les deux rescapés se tiendront compagnie le temps de la guérison, au chaud à l’hôpital. » Cette convalescence se soldera, d’ici deux mois, par leur retour à la vie libre… et sauvage ! Un instant –à coup sûr magique ! – auquel Gilles tentera d’assister. « Je n’oublierai jamais le regard du petit ; j’y ai vu de la gratitude, avec un peu de méfiance naturelle », s’émeut-il.

Durant 12h, les vétérinaires auront pratiqué une opération délicate sur deux chevreuils. Photo : Sarah Desteuque

Tout au long de l’année, des âmes charitables n’hésitent pas à parcourir des centaines de kilomètres pour transporter des animaux sauvages en détresse jusqu'au centre de soins : « Récemment, nous avons soigné un renard qui a été retrouvé blessé à Menton, à plus de 4h de route, s’émeut Marie-Pierre. Cette chaîne de bienveillance est remarquable ! »

Malheureusement, tous n’ont pas autant de chance : récemment, un chevreuil heurté par une voiture a succombé à ses blessures quelques temps après sa prise en charge par le centre. « Kangou » avait été découvert quasiment paralysé par Gabriel, qui l’avait confié à « Goupil connexion » sur les conseils de la Fondation 30 Millions d’Amis…

Fondation 30 Millions d’Amis (17.12.2021)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Magnifique !!<br /> Cela fait chaud au coeur pour ces 2 chevreuils qui ont été sauvés...
Répondre
J
Toujours cet étrange paradoxe : d'une part des personnes fantastiques, qui s'engagent sans compter du côté des faibles et des sans voix, de l'autre, des individus sans la moindre empathie qui, d'un simple coup de feu, détruisent tout : la vie, la beauté d'un animal dans lequel, eux, ne voient qu'un stupide et inexpressif "trophée"… <br /> Merci aux premiers d’exister tout simplement ! <br /> Quant aux seconds, on ne peut qu’espérer qu’ils finissent par disparaître enfin du paysage tant ils font ‘’tache’’…
Répondre
Z
Merci à ces belles personnes. heureusement qu'elles sont là pour les animaux mais aussi pour sauver l'Humanité de la cruaté et du cynisme de ceux qui ne voient que des cibles à tirer.
Répondre