Des animaux en origami

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Avec Julien et sa Minute Nature, partons à la rencontre de Jonathan Rebouillat, un origamiste qui fait naître des animaux en papier.

Martin-pêcheur d’Europe : h 10 cm, plié à partir d’un carré de 15 cm de côté peinture acrylique bleue sur une face - aquarelle orange sur l’autre, papier Arches - grain torchon - 185 g/m²/Origamis Jonathan Rebouillat. Photo : Jonathan Rebouillat et Simon Bugnon

Je suis en forêt dans un vallon couvert de feuilles mortes. Aujourd'hui je cherche des animaux un peu particuliers, voilà le premier. Un petit blaireau de papier posé sur la mousse. Sur une souche, une famille de renard plus vraie que nature, il y a même un renardeau qui tète sa maman. Un peu plus loin une tache rouge, c'est le bouvreuil, et là, un rouge gorge ! Pour clore la balade au fil des animaux de papier, une mésange à longue queue posée sur une branche m'indique le chemin vers leur créateur.

Jonathan Rebouillat est en pleine action, il plie un papier orange pour lui donner la forme d'un renard. Découvrons ensemble le travail de cet origamiste de nature.

- Tu fais souvent des animaux avec des morceaux de papier ?

- Oui, j'adore ça ! D'abord je les observe dans la forêt, puis j'essaye de reproduire ce que j'ai vu en papier.

- Comment ça naît un origami ?

- Tout commence par l'émotion que je ressens quand j'observe un animal. J'essaye ensuite de traduire cette émotion. Les changements de couleurs m'inspirent beaucoup. Le but de mon travail est de laisser percevoir ces couleurs par le pliage.

- De combien de temps fais-tu ces animaux en origami ?

- Cela sept ans maintenant.

- C'est ton métier ?

- C'est en quelque sorte mon métier, mais je suis aussi professeur de mathématiques. Je vends mes origamis et parfois j'en fais sur commande.

- Tu utilises un papier particulier ?

- Je plie de papier d'aquarelle que je peins d'un côté avec de la peinture acrylique. Ensuite, je l'humidifie pour qu'il devienne flexible. Je peux alors le manipuler comme je veux et créer des courbes et des volumes qui vont se figer quand le papier va sécher. C'est un peu magique comme technique ! Je me sens très libre avec ce papier.

- Tu fais parfois des animaux imaginaires ?

- Pas vraiment... Je me sens vraiment inspiré par les animaux qui m'entourent. Il faut vraiment que j'aille m'inspirer dans la nature avant de traduire en papier tout ce que j'ai vu. Parfois, cela me prend des mois d'observation avant de trouver comment je vais plier le papier.

- Combien de temps te prend un renard comme celui-là ?

- Il me faut une après-midi pour faire le pliage que je modifie encore pendant le séchage pour changer l'attitude de l'animal. Le séchage final prend la nuit entière, je peux ensuite enlever les pinces et découvrir le résultat. Des fois je suis satisfait, et parfois non !

Julien Perrot

Découvrez les origamis de Jonathan Rebouillat dans la Revue Salamandre.

Vidéo : Des animaux de papier (La Minute Nature n° 276)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Absolument extraordinaire !
Répondre
J
Ah ! Que de belles découvertes grâce à Julien, La Salamandre et la Minute Nature ! Voilà qui, j'en suis sûr, va ravir l'ami Jacky qui, lui aussi, est un inconditionnel de nos amis suisses ! Un rapprochement avec sa belle province et les helvètes est d'ailleurs en perspective... Peut-être nous en dira-t-il plus ?
Répondre
J
Je suis d'autant plus attiré par la Suisse car mon fils s'installe dans ce pays en février.
Z
Absolument magnifique!
Répondre
B
Magnifique !!<br /> Je partage sur mon blog
Répondre
C
Magnifique! un ami maître plieur qui va être content de voir cet article : je le lui fait suivre! Bises et belle journée à vous deux!
Répondre