Les lévriers galgos martyrs d'Espagne sauvés grâce à une association

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Des adhérents de l'association "Lévriers sans frontières" se sont réunis à Isigny-sur-Mer (Calvados)…

Les adoptants et leurs chiens font des balades chaque mois.

« Lévriers sans frontières » est une association de défense et de sauvetage des lévriers galgos martyrs d’Espagne. Dimanche 10 octobre 2021, 60 chiens et leurs maîtres adoptants étaient réunis à Isigny-sur-Mer (Calvados) pour se retrouver et promouvoir l’association et son action.

« Nous nous retrouvons en moyenne une fois tous les mois pour une randonnée, nous avons décidé cette fois de venir sur le secteur. Nous sommes 60 propriétaires et chiens aujourd’hui », explique Elisabeth Houyvet, déléguée Basse-Normandie de l’association.

Cette dernière milite pour la défense et le sauvetage des lévriers galgos depuis 10 ans. Elle en a déjà adopté cinq. Des dizaines de milliers de lévriers galgos sont exterminés chaque année en Espagne. Affamés, battus, mutilés, torturés, ils meurent dans d’atroces souffrances, perpétrées en toute impunité en plein cœur de l’Europe.

Les lévriers galgos sont utilisés pour la chasse et la course

Maryline Boyer, adhérente de l’association, a adopté deux chiens, Halima, il y a 4 ans et Nieves, depuis 2 ans. « Halima a été très traumatisée. Quand je l’ai adopté, elle pesait 11 kg de moins, elle marchait sur trois pattes. J’ai réussi à la retaper, je l’ai fait opérer, elle a fait de la physiothérapie. Nieves a eu deux familles d’accueil avant moi, mais ça ne l’avait pas fait. Je ne voudrais plus d’une autre race de chiens que les lévriers, ils sont super, ils dorment 20 h par jour. Ce ne sont pas des chiens comme les autres, ce sont des chiens chats. On leur donne de l’amour, mais ils nous le rendent tellement, c’est extraordinaire ».

Reproduction intensive

« Chaque chasseur possède plusieurs dizaines de chiens. Ils sont éleveurs et pratiquent une reproduction intensive, explique Elisabeth Houyvet, au nom d’une tradition ancestrale, les chasseurs se considèrent déshonorés par leurs galgos quand ceux-ci échouent à la chasse ou à la course, le chien est alors condamné. Au mieux il sera abandonné, au pire il subira une mort lente et effroyable. Nous travaillons avec cinq refuges en Espagne qui sortent les chiens des perreras, des fourrières municipales où les chiens sont à nouveau maltraités ».

« Lévriers sans frontières » se bat pour sauver ces chiens martyrs, elle prend en charge leurs soins et les remonte en France pour les proposer à l’adoption. Malgré leur lourd passé de maltraitance, les galgos ne manifestent aucune agressivité ni animosité envers l’humain. « Ils ont un réel pouvoir de résilience. Ils s’adaptent très vite, il faut leur donner beaucoup d’amour. On s’attache vraiment à eux. Souvent, un adoptant qui accueille un chien en accueillera un deuxième », conclu la déléguée.

Lévriers sans frontières. Tél. 03 25 37 58 28, 06 60 15 3750. Contact déléguée Basse-Normandie : 06 77 05 23 19.

La Renaissance le Bessin (27.10.2021)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Chasse, Initiative, Portrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Encore une horreur sans nom! Pendant que les uns torturent , d'autres sauvent , merci à ceux-là.
Répondre
B
Merci à cette association...<br /> C'est tellement épouvantable, abominable... Quel calvaire pour ces pauvres chiens si doux et si gentils...
Répondre
J
Une fois encore, une fois de plus, la stupide tradition met en avant cette pseudo toute puissance humaine qui s’attaque aux sans défense non seulement en décidant de leur mort mais en plus dans la souffrance. Heureusement, tout le monde ne partage pas cette abjecte vision et porte la vraie action vers la protection.
Répondre
J
le martyr des Galgos... encore une de ces "traditions" que, année après année on dénonce et on espère la voir disparaître... et elle est toujours d'actualité ! Bravo à toutes ces associations qui luttent pour en sauver quelques-uns...
Répondre
C
Pauvres chiens! Une chance que ces associations existent pour en sauver le plus possible <br /> ...
Répondre