Hécatombe de rapaces victimes de tirs de chasseurs

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Aigles royaux, buses variables, faucons crécerelles ou éperviers: en France, de nombreux rapaces sont victimes « d’erreurs d’identification » ou de « malveillance délibérée »…

Tués ou paralysés après avoir été tirés, des faucons crécerelles sont pris, parfois volontairement, pour cible par des chasseurs, selon la Ligue française de protection des oiseaux. DR

En France, la Ligue de protection des oiseaux (LPO) s’est alarmée d’une «hécatombe» d’oiseaux rapaces, victimes de tirs pendant la saison de chasse, et en appelle aux fédérations de chasseurs pour préserver ces espèces protégées. Les découvertes de rapaces « criblés de plomb se multiplient » en France, écrit la LPO, citant une liste de rapaces victimes de tirs, « loin d’être exhaustive ».

Ainsi début novembre, un épervier d’Europe a été « la cible d’un tir au fusil dans l’Hérault » et en est resté paralysé, puis deux faucons crécerelles ont été retrouvés dans le même état dans le Vaucluse. En Provence - Alpes - Côte d’Azur, en octobre, deux autres éperviers et deux autres faucons crécerelles avaient été découverts morts. « En septembre, c’était un aigle royal en Ardèche, une buse variable dans le Gard, un Circaète Jean-Le-Blanc, etc. », énumère l’association.

La partie visible de l’iceberg

« Ces victimes ne constituent que la partie visible de l’iceberg, tant la probabilité de retrouver les animaux tués est très faible », selon la LPO. Au cours des trois dernières années, les centres de soins qu’elle gère ont pris en charge 109 rapaces plombés, dont « 87% entre début septembre et fin février, soit entre les dates d’ouverture et de fermeture de la chasse en France ».

Il ne s’agit pas d’actes de chasse volontaires, puisque ces rapaces sont protégés depuis 1976, mais « d’erreurs d’identification» ou de « malveillance délibérée » à l’encontre de ces oiseaux, « essentiels à l’équilibre des écosystèmes », rappelle Allain Bougrain-Dubourg, président de la LPO. « Leurs auteurs sont rarement identifiés et, en dépit de nos nombreuses plaintes, la majorité des affaires sont classées sans suite », regrette l’association, soulignant que la destruction d’une espèce protégée est passible de trois ans d’emprisonnement et de 50 000 euros (plus de 52 500 francs) d’amende.

La LPO en appelle aux « dirigeants cynégétiques, afin qu’ils fassent le nécessaire auprès de leurs adhérents et cessent de nier leur responsabilité dans la multiplication de ces actes ».

Robin Serradeil /La Dépêche (15.11.2021)

« Prédateurs ou charognards, ces majestueux oiseaux sont essentiels à l’équilibre des écosystèmes. Il est crucial de se battre pour les préserver. Et cela passe évidemment par empêcher que des voyous leur tirent dessus, tout en sanctionnant lourdement les contrevenants… » Allain Bougrain Dubourg (Président de la LPO)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
C'est très très triste...
Répondre
Z
Je n'y crois pas une seconde à l'erreur d'identification ! Plaisir de zigouiller joint au désir d'éliminer la concurrence et l' impunité étant quasi assurée , pourquoi se géneraient-ils!
Répondre
D
Plus la population demande soit des règles strictes soit l’arrêt de la chasse plus ils se croient tout permis …il
faut dire que nous avons désormais des sangliers volants …
Répondre
M
Pour des gens qui confondent les cyclistes en tenue fluo avec des sangliers il est évidement impossible de distinguer un faisan d'un rapace ...
Blague à part évidement que ces tirs sont volontaires ils reflètent la mentalité de la majorité des chasseurs ,tout ce qui n'est pas gibier n' pas le droit à l'existence et le gibier est fait pour être massacré.

Et comme d'habitude la justice est des plus laxiste face à ses actes, pas étonnant de nombreux magistrats sont eux mêmes chasseurs.
Répondre
J
Je suis bien d’accord avec Jean Louis, l’erreur d’identification je n’y crois pas, car même sans pouvoir en identifier formellement l’espèce, l’apparence en vol d’un rapace diurne est largement suffisante pour ne pas se tromper sur cette famille d’oiseaux. Il s’agit de malfaisants et comme toujours prêts à tout pour tuer, abattre, déglinguer cette pauvre faune déjà bien mise à mal par notre incompétence générale. Ceci est en plus aggravé par des mesures visant à favoriser la chasse en mettant en vedette ses pires représentants et en divisant par deux le prix du permis de tuer, entre autres mesure de laxisme des autorités, dérogations diverses pour autoriser ce qui ne devrait pas l’être, abattage de loups même dans des réserves naturelles etc…Nous mettons au pouvoir les pires individus plutôt que de favoriser la réflexion, l’intelligence, la concertation avec ceux qui savent et l’on en voit bien les résultats si l’on prend quelques instants pour regarder ce que l’on a perdu en termes de nature, éducation, santé, bien être, au cours des trente dernières années.
Répondre
J
"Erreurs d'identifications" mon œil ! Je reste persuadé que, si une partie des oiseaux retrouvés -qui ne représentent qu'une infime partie des oiseaux abattus... est due à la bêtise de certain, le autres sont tirés sciemment parce que les auteurs des coups de feu les considèrent toujours comme des concurrents et, qu'à ce titre, il faut les éliminer... Comme les amendes, en cas de procès, sont infimes, pourquoi s'en priveraient-ils ?
Répondre
D
c'est triste !
Répondre