Black Friday : et si on donnait au lieu d’acheter ?

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Importé des États-Unis, le Black Friday post-Thanksgiving est devenu le symbole de la consommation excessive dans le monde. Depuis quelques années, des initiatives sont proposées pour remplacer cette fête de la surconsommation par des actions de solidarité et de générosité…

En France et dans le monde, plusieurs mouvements ont pris conscience des problèmes de consommation liés au Black Friday et ont proposé des alternatives. Parmi eux, le mouvement  Green Friday est celui qui a été le plus mis en avant pour inciter les citoyens à adopter des habitudes de consommation plus raisonnées et responsables. Mais d’autres initiatives sont également apparues pour essayer de transformer ce jour de l’achat individualiste en un rendez-vous solidaire. C’est notamment le cas de Fair Friday et de Giving Tuesday.

Fair Friday, des dons pour des repas accessibles

Entre la crise sanitaire et la hausse des prix, l’accès aux produits alimentaires essentiels devient de plus en plus compliqué pour une partie de la population. Initié en 2018 par l’association Aurore et la start-up Rutabago, le mouvement Fair Friday vise à distribuer des repas bio aux personnes dans le besoin, via le réseau de l’épicerie solidaire Aurore.

Chaque mois de novembre, le mouvement Fair Friday lance ainsi une collecte de dons afin de financer la distribution de repas aux populations dans le besoin. Chaque don de 5 euros permet de financer un repas selon leur site. En 2020, Fair Friday affirme ainsi avoir distribué 1866 repas.

Avec la crise sanitaire, le mouvement s’est également mobilisé pour soutenir les soignants en première ligne pour affronter la pandémie de Covid-19. Selon Fair Friday, 56 907 repas ont été livrés aux aides-soignants durant le premier confinement.

Giving Tuesday, le don sous toutes ses formes

"Libérez votre générosité", c’est ce qu’appelle à faire le Giving Tuesday. Fondé en 2012 par des associations américaines pour s’opposer frontalement au consumérisme du Black Friday, le Giving Tuesday est arrivé en France en 2018 en incitant à l’engagement social sous toutes ses formes : dons, bénévolat, participation à des actions caritatives... Comme son nom l'indique, l’événement se tient le mardi suivant le Black Friday et son cousin numérique le Cyber Monday.

Malgré la pandémie, Giving Tuesday indique avoir vu ses dons augmenter en 2020, avec plus de 200 actions déposées sur leur site. Parmi les acteurs mobilisés, on retrouve notamment Action Contre la Faim, la Fondation Abbé Pierre, France Nature Environnement ou encore Reporters sans Frontières.

Cette année, le mouvement met la jeunesse à l’honneur en créant le "Giving Tuesday NextGen", qui veut mettre en avant les engagements des 18-25 ans, une tranche d’âge qui a été particulièrement affectée par les restrictions mises en place durant la crise sanitaire, ainsi que par la crise économique…

Hugo Letemple-Dabas/L’Info Durable

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Ah c'est sûr qu'un peu de générosité ferait du bien! <br /> Bonne fin de dimanche Jean-Louis.
Répondre
D
Nous sommes d’accord . Alors qu’il faudrait réduire la consommation , on poursuit ces actions idiotes , lucratives pour certains … cette initiative prône l’inverse mais le monde voulant continuer comme avant … il court à sa perte
Répondre
B
Oui on ferait mieux !!<br /> Surconsommation exaspérante...
Répondre
D
TOUT A FAIT D'ACCORD pour transformer ce"black fraiday" en concepts de SOLIDARITE ET FRATERNITE !
Répondre
M
Très bonne initiative face à ce consumérisme à outrance révoltant et surtout pas durable.
Répondre
J
Ces initiatives sont excellentes. La solidarité a plus de valeurs que ce tapage médiatique.
Répondre
J
Je refuse de participer à ce genre de journées dédiées au consumérisme à outrance -certains en viennent même aux mains pour acquérir certains produits...-, je préfère et de loin, les concepts proposés ici qui vont dans le sens de davantage de solidarité et de fraternité...
Répondre