Une éleveuse isarienne met en vente 10 700 poules pondeuses pour leur éviter l'abattoir

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Du 27 octobre au 20 novembre 2021, une éleveuse vend 10 700 poules pondeuses. Le but de l'opération ? Les sauver de l'abattoir. L'association bretonne ‘’Les caquetteuses’’ s'est associée à la professionnelle…

32 000 poules ont été vendues en un an par l'association Les caquetteuses. Photo : Association Les caquetteuses

La ferme, c'est en quelque sorte son terrain de jeu, c'est ici qu'elle est née et qu'elle travaille désormais. Émilie est éleveuse à Broyes dans l'Oise. 36 000 gallinacés grandissent ici en plein air. "Mon père travaille dans les poules depuis trente ans. Moi, j'ai grandi dans cet univers et devoir les attraper pour les envoyer à l'abattoir, ça m’a toujours fait mal au cœur." Par mesure d'hygiène, la loi oblige en effet les éleveurs à vider régulièrement leur poulailler avant d'accueillir de nouvelles poules. "Quand je suis arrivée sur l'exploitation il y a un an et demi comme associée, je me suis dit que j'allais essayer de trouver une autre solution pour sauver ces animaux."

L'éleveuse tente d'abord par ses propres moyens de vendre les gallinacées via différentes annonces en ligne : "Ça a plutôt bien fonctionné mais c'est vrai que ça prend du temps." Il y a quelques semaines, la jeune femme est contactée par Les caquetteuses qui lui propose de l'aider. Cette association morbihannaise, créée en 2020, est spécialisée dans le sauvetage de poules pondeuses. "On accompagne les éleveurs. On veut éviter aux volatiles d'être tués. Ces poules ont seulement 18 mois et pondent encore environ 4 à 5 œufs par semaine", explique Manon Dugas, 28 ans et co-fondatrice de l'association.

Concrètement, l'association met en relation les particuliers et la professionnelle. Via un formulaire en ligne sur le site des caquetteuses, les personnes intéressées s'inscrivent et choisissent un créneau pour venir chercher les poules. La veille, un message de confirmation avec l'adresse de l'élevage leur ait envoyé. "Ça me facilite un peu les choses. J'ai juste à me libérer au créneau horaire", se satisfait Émilie.

Des prix réduits : 2 euros la poule

Environ 10 700 poules pondeuses seront vendues aux particuliers dans cet élevage de Broyes. "On fait 60/40 avec l'association. C'est honnête", estime Émilie. Ce partenariat permet aussi à l'éleveuse de rencontrer du monde : "Je suis tout le temps dans la ferme. En dehors, je n'ai pas spécialement de relations. Ça me fait du bien d'échanger avec d'autres personnes. J'adore parler des poules, j'aime donner des conseils, expliquer les bons gestes. C'est une réelle passion que j'aime transmettre." La vente des poules se déroulera du 27 octobre au 20 novembre, tous les mercredis, vendredis et samedis, sur rendez-vous.

Mary Sohier/France3 Hauts-de-France (23.10.2021)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
10 700 poules !!!! avec ce grand nombre l'élevage est-il respectueux du bien-être animal? Les vendre quand elles ne sont plus productives c'est mieux que l'abattoir certes mais encore faut-il avant de leur sauver la vie leur donner une vie la moins désagréable possible. Je suis devenue méfiante après avoir été longtemps très naïve: dans un monde de profit, cette éleveuse, elle gagne sa vie avec les poules, ne peut-on se demander si les personnes généreuses qui vont sauver ces poules ne les paient pas plus cher que l'abattoir ???!
Répondre
B
Bravo à cette éleveuse pour cette belle initiative !
Répondre
Z
Belle initiative ! J'espère que les cocottes échappereont toutes à l'abattoir
Répondre
M
Très belle initiative! Bravo
Répondre
J
Chouette cette solidarité !
Merci les "caquetteuses"...
Toutefois, je pense que Emilie, l'éleveuse, ferait mieux de changer de métier : elle ne pourra peut-être pas indéfiniment compter sur les autres pour sauver ''ses'' poules !
Répondre