Qui chasse les chats récolte les rats (et la peste) !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Bernard Werber explique au micro d'Ali Rebeihi (Grand bien vous fasse) comment les chats nous ont protégés jusqu'à aujourd'hui…

Bernard Werber : "Les chats nous ont toujours fait du bien notamment en nous protégeant des deux grandes pestes de 1 300 et 1 600." Photo : Getty/Barbara Duchalska/EyeEm

Bernard Werber, auteur à succès du cycle Les Fourmis, a publié récemment Demain les chats. Ali Rebeihi a reçu le romancier dans son émission Grand bien vous fasse pour évoquer avec lui ces félins - apprivoisés plutôt que domestiqués.

L'histoire commune de l'homme et du chat date un peu : on estime aujourd'hui que ces deux espèces vivent en symbiose depuis 7 500 à 7 000 ans avant J.-C.. Si on sait qu'en Egypte, le chat était déifié, on sait moins qu'en Chine, il était avant tout un animal protecteur des stocks agricoles, comme le montre le village agricole de Quanhucun en Chine où des vestiges de chats datés de 5 300 ans indiquent qu'ils se nourrissaient de rongeurs et de millet.

« C'est l'armée romaine qui a amené les chats en Gaulle, puisque les soldats avaient besoin d'une présence affectueuse et amenaient des petits chatons ou des chats qu'ils gardaient derrière leurs boucliers. » Bernard Werber

Il explique : ‘’En Angleterre, il y a une grande campagne de destruction de tous les chats en 1 500 qui a entraîné une épidémie de peste. Chaque fois qu’on a voulu les détruire, on a eu en retour les rats…’’

« Les chats nous ont toujours fait du bien notamment en nous protégeant des deux grandes pestes de 1300 et 1600. » Bernard Werber

En France, à partir de l’an 300, le Pape édicte qu’il interdit aux Chrétiens de posséder des chats. Du coup, il y a eu beaucoup de chiens et très peu de chats. Quand il y avait la peste, tous ceux qui possédaient des chats étaient protégés et ceux qui avaient des chiens ne l'étaient pas.

Il a fallu attendre 1 600 pour que la papauté autorise les Chrétiens à avoir des chats. Jusque-là, on demandait au Chrétiens, à la fête de la St Jean, d'aller trouver tous les chats qu'ils trouvaient pour les jeter dans un grand bûcher collectif…

Mariel Bluteau/France Inter (3 mars 2017)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
J'aime tellement les chats que je ne dirai pas le contraire.
Merci à Bernard Werber. J'ai lu "ses" chats...
Je partage !
Répondre
Z
J'aime infiniment les animaux en général et les chats en particulier Ils sont de si bons compagnons .
Répondre
J
Je suis partie en mai au Bénin en mission et là-bas, pays du Vaudou, ce sont les pythons, serpents vénérés qui protègent les cultures. Malheureusement, avec l’intensification du trafic automobile, ils sont régulièrement écrasés et les récoltes en pâtissent.
PS: Le temple des pythons à Ouidah mérite une visite !
Répondre
D
Ainsi donc, c'est à l'armée romaine que nous devons la présence des chats en Gaulle... Je me suis toujours demandé à qui je devais d'avoir mon jardin garni de crottes de chats au point de ne pouvoir, certains jours, y travailler sans m'en mettre partout ! J'ai également constaté que le nombre d'oiseaux était inversement proportionnel à celui des chats du voisinage : nous avions, voici quelque temps, une factrice folle de chats qui en a fait adopter des dizaines dans un rayon d'un km, inutile de vous dire que, depuis, des oiseaux, il n'y en a plus des masses !
Vous l'aurez compris je déteste l'odeur de la merde autant que j'aime les oiseaux c'est pourquoi j'en veux énormément aux Romains et davantage encore aux propriétaires actuels de chats qui, sous prétexte de leur indépendance, les laissent me déposer quotidiennement leurs puants excréments !
Afin de ne pas devenir désagréable, je n'évoquerai pas le massacre désormais systématique des oisillons au saut du nid ! Désolé pour ceux qui aiment les chats, pour les raisons évoquées ci-dessus, moi, je ne les apprécie guère...
Répondre
J
Mon cher Denis,
Tu me connais et, tu te doutes certainement bien que ton commentaire ne manquerait pas de me faire réagir !
J’ai toujours eu des chats –et plein d’autres animaux aussi…- et j’aime également passionnément les oiseaux ! Parfois, cela est… disons un peu compliqué car, c’est exact, les chats sont de redoutables chasseurs ! Par chance –ou est-ce plus prosaïquement parce que nous sommes des personnes ‘’responsables’’ ?- nos chats –et, je le répète, durant mon existence, il y en a eu des dizaines- ont toujours été castrés ou stérilisés et nous n’avons jamais eu de prédations ‘’excessives’’ : jeunes, nos divers greffiers ont, pour la plupart, chassé ‘’par jeu’’ mais, cela leur a progressivement passé avec l’âge et, généralement, ils ont tous fini par préférer regarder les oiseaux s’activer de l’autre côté des carreaux, eux étant bien au chaud à l’intérieur… Bref, tout cela pour dire qu’il est illusoire de vouloir faire d’un chat un ‘’brave et innocent minou’’ : c’est un prédateur, selon le cas redoutablement efficace, et non, comme on l’aimerait pour la plupart, un ange !
Quant au problème des excréments : il s’agit là d’un différend récurent entre ‘’pro’’ et ‘’anti’’ chats ! Je ne nie aucunement la réalité de ce problème mais je vais finir par croire que certains individus attirent inconsciemment ce qu’ils honnissent ! Ainsi, pour en revenir à ‘’nos’’ chats, ils préfèrent rentrer à la maison –ou plutôt dans la grange- où ils savent trouver une caisse avec de la sciure plutôt que de se salir les pattes dans la terre, ici plutôt collante… En revanche, il y a d’autres chats du quartier qui, eux, ne se gênent nullement pour souiller nos plates-bandes ou notre pré avec leurs déjections ! C’est ainsi et nous n’en faisons pas un sujet de controverse qui ne pourrait aboutir qu’à d’incessantes querelles de voisinage !
Pour faire court ( ?) tu as parfaitement le droit de ne pas aimer ou apprécier telle ou telle espèce animale, en revanche et par pitié, ne t’ériges pas en vengeur : il y a suffisamment de crétins sur cette planète qui font souffrir les bêtes tout simplement parce que ‘’ils ne les aiment pas’’ !
M
Sauf un détail les chats chassent les petits rongeurs, pas les rats sauf éventuellement un jeune. C'est une proie beaucoup trop grosse et agressive pour eux. Pour chasser les rats il faut des petits chiens style terrier.
Les fouines martres et renards par contre font cela très bien. J'ai eut 8 chats dont de très gros matous de plus de 8kg tous chasseurs (j'habite à la campagne) pourtant aucun n'a jamais chassé les gros rats ils en avaient peur.
Ce qui n 'est toutefois pas une raison pour les massacrer par contre en limiter le nombre (stérilisation) est une bonne mesure.
Répondre
O
Effectivement cette information est intéressante. Associée à son instinct de félin sans prédateur, en grande population, des millions d'oiseaux, sauterelles, lézards, couleuvres passés entre leurs griffes... il n'y a pas de juste de milieu.
Répondre
c'est si évident que les chats nous protègent des rongeurs ; quant au pape qui a eu l'idée de massacrer ces pauvres petits , il était cinglé ; ( et pourtant je suis catho) ; on a trois chats , tous sauvés in extrémis , et ce sont des amours ;
Répondre