Glacier d’Aletsch, un témoin du réchauffement climatique

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Julien Perrot et sa Minute Nature nous donne rendez-vous dans les Alpes suisses, au pied du plus célèbre de ses glaciers. Depuis 1856 il est en fort déclin, il est temps de lutter contre cette situation…

 Le grand glacier d’Aletsch en Suisse est d’une beauté absolument saisissante… Mais, au train où va le réchauffement climatique, qu’en sera-t-il demain ?

Au pied du géant de glace

Je suis sur le sentier de randonnée du glacier d'Aletsch, on y voit une moraine : ces amas de rochers lissés par le temps sont la preuve de l'ancienne présence du glacier sur ce chemin. Il y a 10 000 ans, il était bien plus grand qu'aujourd'hui.

Avec ses 23 km de glace et ses quatre langues glaciaires qui se rejoignent, le glacier d'Aletsch reste tout de même un géant de glace.

Un glacier en grand déclin

De toute évidence, le glacier d'Aletsch est victime du réchauffement climatique. Depuis 1856 il a perdu 3 km. Et la tendance s'accélère... Ces derniers étés, il a reculé de 100 m en 3 mois. Il peut même perdre 18 cm d'épaisseurs pendant les journées très ensoleillées.

Même si on en très loin à l'heure actuelle, si on respecte les accords de Paris sur le climat, on pourrait limiter la casse. Dans ce scénario optimiste, il resterait la moitié du glacier à l'horizon 2100. A l'inverse, dans le scénario plus pessimiste où rien n'est fait pour lutter contre le dérèglement climatique, le glacier aurait totalement disparu en 2100. Cela signifierait aussi la disparition d'autres glaciers, et une baisse drastique des réserves d'eau des Alpes.

Il faut qu'on se bouge !

Il faut atteindre une société zéro carbone au plus vite, c'est une priorité absolue. Dans un monde idéal, où la science serait la base des décisions politique et où on respecterait vraiment le principe de précaution, la politique climatique serait la priorité numéro une de tous. De notre survie, dépend celle de notre planète.

Julien Perrot

Vidéo : Zéro carbone (La Minute Nature n° 266) 4:50

Découvrez-en plus sur les glaciers et la disparition du froid dans le dossier complet de la Salamandre

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Notre système vacille déjà. Nous allons payer le coût de la pandémie. Les carburants augmentent. La régression arrive. Les difficultés amèneront des choix de fonctionnement.
Répondre
B
c'est très inquiétant...
Répondre
Z
Et les politiques qui ne prennent pas de vraies mesures , en plus de ne rien faire , sont de mauvais exemples !
Répondre
J
Oui, tout à fait d'accord : il faut qu'on se bouge ! Mais... pour le reste, ce n'est pas de notre ressort ! Eteindre la lumière en sortant d'une pièce, ne pas laisser couler l'eau inutilement, ne prendre la voiture qu'en cas de stricte nécessité etc. OK mais, ce ne sont pas nos "petits gestes" qui sauveront les glaciers et feront reculer le réchauffement climatique : là, à cette échelle, on parle "politique" et, les gouvernants, eux, continuent à parler "croissance" et développement à tout va... Ce n'est pas ainsi qu'on avancera et, d'ailleurs, le plus grand nombre, se réjouit même de ce réchauffement ! Il n'y a qu'à voir le nombre d'installation de piscines ces derniers temps... C'est absurde, j'en convient mais c'est hélas, la réalité !
Répondre
C
Tu as bien raison... hélas! Par contre, il faut continuer à faire... notre possible. Bon vendredi à vous deux!