‘’Chasseurs=tueurs’’ n’est pas une calomnie mais une ‘’simple’’ réalité…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Alain Prêtre est heureux et ému de nous informer que la Fédération de chasse du Canton de Neuchâtel a perdu le procès qu'elle avait intenté contre lui ! Une bonne nouvelle à partager ‘’Ici et Ailleurs’’ sans aucune modération…

La plainte déposée l'an dernier sur le bureau du Procureur Feuz m'accusait rien de moins que de "calomnie, diffamation et injure" pour avoir qualifié les chasseurs dans leur globalité de "tueurs, d'assassins et de nuisibles": la stricte vérité en somme car qualifier les chasseurs de "tueurs" n'est pas l'expression d'un point de vue ou d'une opinion, mais de la réalité. Oui, ils tuent et déciment la faune sauvage, oui ils assassinent des espèces en voie de disparition, oui ils mutilent gravement chevreuils, renards, cerfs et autres animaux qui ont reçu une balle dans une épaule, une patte ou dans l'arrière-train, oui...

La chasse, dite récréative, est comme son nom l'indique un amusement, mortel pour la faune et parfois aussi pour les humains. Je laisse le soin à la psychiatrie de caractériser la pathologie associée à cette perversion qu'est la chasse !

Je me dois de remercier d'abord Maître Marta Fiedorczuk-Hénin, mon avocate (basée à Neuchâtel), pour l'excellence de sa plaidoirie, lors du procès, le 1er juillet dernier. Elle a appuyé son argumentation sur des éléments strictement juridiques et techniques tout en soulignant le contexte politique (révision de la loi sur la chasse) dans lequel j'avais affublé les chasseurs des termes cités plus haut.

Mes remerciements chaleureux et appuyés vont évidemment à vous, toutes et tous, qui m'avez massivement soutenu. Vous avez été près de 3 000 à me manifester votre solidarité. Je tiens à adresser un MERCI tout particulier à celles et ceux d'entre vous qui avez fait le déplacement, le 1er juillet dernier jusqu'à La Chaux-de-Fonds, pour m'accompagner au Tribunal.

Ce procès n'était pas gagné d'avance car les chasseurs disposent de puissants relais d'influence et ne manquent pas en pareille circonstance de les actionner. Il était d'autant moins gagné que le Procureur Feuz, chargé d'instruire la plainte, a utilisé contre moi des méthodes d’investigation violente jusqu'à diligenter une perquisition numérique à mon domicile. J'ai vécu cet épisode comme une atteinte à ma vie privée et à mon honneur dans la mesure où, qui plus est, la police s'est présentée à mon domicile en pleine journée. Le Procureur Feuz a instruit uniquement à charge pour au final confirmer et conforter le bien-fondé de la plainte déposée par la Fédération neuchâteloise de chasse.

Les chasseurs ont naturellement la possibilité de faire appel de la décision de justice, mais je savoure aujourd’hui cette belle et éclatante victoire.

Le combat continue. Je vous informe que j'organise d’ailleurs le samedi 9 0ctobre prochain une grande manifestation populaire au Marchairuz (Jura vaudois) pour dénoncer le projet de tir de deux loups. Je reviendrai très vite vers vous avec des infos plus complètes et précises à ce sujet…

Alain Prêtre

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Chasse, Coup de coeur, Insolite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
F
Très bonne nouvelle ! Soutien total à Alain Prêtre !
Répondre
B
Félicitation Monsieur Alain Prête
Répondre
D
Ben oui quand on choisit de tuer on est un tueur !
Répondre
D
‘’La chasse, dite récréative, est un amusement, mortel’’... sans être un lexicographe averti il me semble que telles l'eau et l'huile récréatif-amusement et
chasse - mortel appartiennent en principe à deux univers non miscibles et pourtant près de 5 millions de détenteurs du permis de chasser parviennent sans état d'âme à faire prendre l'improbable mayonnaise !
‘’Je laisse le soin à la psychiatrie de caractériser la pathologie associée à cette perversion qu'est la chasse !’’ Sans être psychiatre je me suis toujours demandé quel plaisir on pouvait éprouver à tuer un être que de surcroit la plupart du temps on ne connait ni d'Adam ni d'Eve. Probablement certains de nos "semblables" (le mot est mal choisi, mais "humain" ne le serait pas moins) sont-ils animés par cet élan qui en pousse d'autres à violer, à tabasser, à torturer par plaisir *

* faire souffrir par plaisir n'est-ce pas faire preuve de sadisme ?
Répondre
B
Soutien à Alain Prêtre.
Répondre
Z
Ce qui est extraordinaire c'est que les chasseurs n'assument même pas la réalité de ce qu'ils sont , c'est à dire des tueurs . A se demander s'ils croient eux mêmes à tous leurs boniments et déguisements!
Total soutien à Alain Prêtre
Répondre
M
Il semble que les chasseurs n'aiment pas beaucoup être mis en face de ce qu'ils sont , c'est tellement plus joli d'être un régulateur écolo. A voir l'acha
Répondre
J
Non, dire la vérité n'est pas une calomnie !
Total soutien à Alain Prêtre...
Répondre