Haute-Savoie : un village entier devient un refuge pour oiseaux

Publié le par Jean-Louis Schmitt

C'est une grande première en France. Comme l'indique Le Dauphiné libéré, la commune de Monnetier-Mornex-Esserts-Salève, située en Haute-Savoie, a décidé de créer, dimanche 12 septembre, un « refuge LPO pour la biodiversité » sur l'ensemble de son territoire, étendu sur 11,4 kilomètres carrés. Si 40000 refuges du réseau de la Ligue de protection des oiseaux ont déjà vu le jour dans l'Hexagone, il s'agit du premier à classer comme refuge la totalité de son territoire…

La chasse aux oiseaux est interdite sur le territoire de Monnetier-Mornex-Esserts-Salève… Photo : Claudy Stenger (Cliquer pour agrandir)

La chasse aux oiseaux est interdite sur le territoire de Monnetier-Mornex-Esserts-Salève… Photo : Claudy Stenger (Cliquer pour agrandir)

Un refuge LPO est un terrain sur lequel le propriétaire ou les habitants d'une commune s'investissent en faveur de la préservation de la nature, en interdisant notamment la chasse. Le premier refuge a été créé en 1912 par des administrateurs de la Ligue de protection des oiseaux avant que cette tendance ne connaisse un essor considérable à partir de 1997, précise la LPO sur son site.

« Ce n'est que la suite logique de notre volonté de préserver activement ce secteur » a de son côté expliqué Frédérique Léone, l'adjointe à l'environnement de Monnetier-Mornex-Esserts-Salève, au quotidien régional. Dès 1988, un arrêté préfectoral de protection de biotope avait été émis pour protéger la faune et la flore rares du Petit Salève. Le massif tout entier du Salève avait ensuite intégré le réseau Natura 2000, pour affirmer sa volonté de préserver sa biodiversité.

"Les Joubarbes", Refuge LPO… Photo : JLS (Cliquer pour agrandir)

"Les Joubarbes", Refuge LPO… Photo : JLS (Cliquer pour agrandir)

La Fédération des chasseurs de Haute-Savoie partenaire du projet

La Ligue de protection des oiseaux va donc désormais s'atteler à consolider au mieux les équilibres biologiques du secteur, en multipliant notamment les poses de nichoirs. « Nous avons déjà repéré une population de pics, mais aussi des papillons, des orchidées », a annoncé Frédérique Léone. La Fédération des chasseurs de Haute-Savoie s'est incrite comme partenaire du projet et a participé activement à sa mise en place en aidant à poser des panneaux indiquant la présence d'un refuge LPO. « Les chasseurs locaux nous aideront aussi à faire perdurer la diversité de notre faune locale », s'est réjoui la membre de l'équipe municipale auprès de nos confrères…

Le Point (21.09.2021)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Article erronné. On peut continuer à chasser sur le Petit Salève.
Répondre
D
Une fois encore ça bouge dans la population, merveilleux . Mais moi aussi suis étonnée de ce partenariat avec les chasseurs. Espérons que ceux-ci seront à la longue imprégnés du respect de la vie de ceux qui les côtoient dans ce cadre ...et non l'inverse! Allez on y croit ! Et nous saurons bien un jour ce qu'il en aura été!
Répondre
J
L'initiative est excellente. Elle ne peut être réalisée seul. Associer d'autres associations est nécessaire. Pourquoi pas les chasseurs? Cela peut les amener à réfléchir.
Répondre
J
Je suis perplexe ! Non pas parce que ce village devient le premier "Village Refuge LPO" mais par ce partenariat avec les porteurs de fusil : voilà qui n'est pas cohérent comme le souligne Françoise ! Pour être "Refuge LPO" -je le suis avec notre jardin- la charte exige qu'il faut effectivement ne pas y chasser ce qui, me semble-t-il, est bien la moindre des choses ! Que les chasseurs s'illustrent en l'occurence par ce partenariat est donc une bonne chose... Mais, que cela cache-t-il ?
Répondre
F
Très bonne nouvelle ! Mais les chasseurs devraient être cohérents : pour être partenaire d'un tel projet, il faut d'abord poser son fusil... définitivement !
Répondre
M
Belle initiative de cette commune. Espérons qu'il y en aura d'autres à travers le pays.
Répondre