Assassinats de défenseurs de l’environnement : 2020 la pire année jamais enregistrée

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Jamais autant de défenseurs de droits autochtones et de l’environnement n’avaient été assassinés au cours d’une seule année. En 2020, 227 d’entre eux ont été abattus à travers le monde, nous apprend l’ONG Global Witness.

Les Indiens de la tribu Guarani Kaiowa dansent et chantent lors d’une manifestation marquant le jour de la mobilisation nationale autochtone. Photo : Nelson Antoine/Shutterstock

Des 227 assassinats de défenseurs des droits autochtones et droits environnementaux, tous sauf un ont eu lieu dans des pays du Sud. Les pays qui concentrent la majorité de ces assassinats sont la Colombie, le Mexique et les Philippines.

Le Mexique, les Philippines et la Colombie, le trio macabre des assassinats de défenseurs des droits autochtones

L’horizon s’obscurcit encore pour les défenseurs des droits autochtones et de l’environnement. Si l’intimidation, la criminalisation, la persécution et les violences sexuelles sont le quotidien de l’immense majorité d’entre eux, 227 de ces activistes ont perdu la vie au cours de l’année 2020. Ce chiffre est révélé aujourd’hui par l’ONG Global Witness, qui s’attache à recueillir les informations sur ces assassinats depuis 2012.

De ces huit années, 2020 a été la plus meurtrière.

La moitié environ de ces assassinats ont eu lieu dans trois pays seulement : la Colombie, le Mexique et les Philippines. En Colombie, où 65 activistes ont été tués, ces assassinats ont eu lieu dans un contexte plus large d’attaques à l’encore des défenseurs des droits de l’homme et des leaders communautaires, en dépit de l’accord de paix de 2016.

Au Brésil et au Pérou, les opposants à la déforestation courent le plus grand risque

Aux Philippines, les personnes protestant contre les industries nocives pour l’environnement sont victimes de répressions violentes constantes de la part de la police et de l’armée. Ces violences ont pris de l’ampleur depuis l’élection du président Rodrigo Duterte en 2016 : entre 2016 et 2020, 166 défenseurs des droits autochtones et environnementaux ont été tués. En 2020, la moitié des assassinats de ces activistes ont été directement liés à leur opposition aux projets liés à l’extraction de ressources minières, à la déforestation et à la construction de centrales hydroélectriques.

La Colombe est le pays où le plus de défenseurs de la nature ont été tués. Ici la lagune de Suesca qui s'est asséchée en raison d'une forte sécheresse due au changement climatique depuis 2012, à Cucunaba. Photo : Raul Arboleda/AFP

Celia Umenza, activiste environnementale, issue de la tribu Nasa, qui lutte contre la déforestation, les monocultures prédatrices et l'exploitation minière illégale dans le sud-ouest de la Colombie, prise en photo le 7 septembre 2021. Photo : Luis Robayo/AFP

Au Brésil et au Pérou, les trois quarts de ces assassinats environ ont eu lieu en Amazonie. Un tiers environ de ces assassinats étaient liés à l’exploitation de ressources (exploitation forestière, extraction de ressources minières, grands projets agricoles), à la construction de centrales hydroélectriques et d’autres équipements d’infrastructure. De ces assassinats, la majorité (23) étaient des assassinats de personnes protestant contre la déforestation.

L’ONG Global Witness rappelle l’importance de ces activistes pour la société et l’environnement et dénonce ces assassinats de personnes qui ne font que défendre leurs terres ancestrales, leur mode de vie ainsi que les écosystèmes essentiels pour la biodiversité et le maintien en l’état du climat de notre planète.

Anton Kunin/ConsoGlobe (14.09.2021)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Remerciements et respect pour ces personnes courageuses .
Répondre
B
C'est affreux tous ces assassinats...
Répondre
M
Bien sur que les donneurs d'ordres sont au pouvoir notamment au Brésil avec un président d'extrême droite, derrière eux se cachent les grand financiers internationaux y compris européens prêt à tout pour un peu plus de profit.
Répondre
J
Je ne sais comment cette idée m’est venue à l’esprit mais les donneurs d’ordres ne seraient ils pas au pouvoir ?
Répondre
J
Et, pendant ce temps,les "vrais" malfaiteurs vivent tranquilles et, bien souvent, meurent dans leur lit...
Répondre