Un inconditionnel des chats

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Qui ne connait Paul Léautaud (1872-1956) ? L’auteur autodidacte du roman à succès ‘’Le petit ami’’ (1903) détestait la ‘’littérature alimentaire’’ et, de fait, publiait assez peu ! Un aspect moins connu de l’écrivain était son amour des bêtes abandonnées -et notamment des chats- qu’il recueillait sans compter dans son pavillon de Fontenay-aux-Roses ! Vivant assez pauvrement pour ne pas dire dans la misère, cela ne l’empêchait pas de nourrir tous les greffiers affamés de son quartier…

 

Un inconditionnel des chats
Un inconditionnel des chatsUn inconditionnel des chatsUn inconditionnel des chats

"J'envoie au diable Descartes qui a dit que les animaux ne sont que des machines - il en disait autant, je crois bien, des humains. Au diable aussi Buffon qui a dit que les chats sont traitres et hypocrites. Au diable encore l'opinion accréditée que le chat n'aime que sa maison et bien moins son maître. Moi qui écris ces lignes et qui, après tout, dut-on me trouver bien présomptueux, ne suis pas plus sot qu'eux, je sais mieux qu'eux à quoi m'en tenir. La raison -pour connaître et juger- n'est pas tout. Un petit peu de cœur ne fait pas mal non plus."

"Je viens de dire que je nourris des chats abandonnés au dehors. C'est surtout au Luxembourg -qui est tout près du «Mercure» et d'où viennent, en grande partie, mes compagnons félins. Si j'ai eu bien des chagrins à chaque nouvel abandon que je constatais, quels plaisirs j'ai eus aussi à chaque sauvetage que j'ai fait. Mon cher Coco, par exemple. Quels cris il poussait, le jour que je l'ai pris, dans le panier dans lequel je l'emportais ! Dans le petit appartement de la rue Dauphine où je le fis vivre quelques semaines avant de le transférer chez moi, quelle peur il avait, caché obstinément sous un buffet sous lequel je lui glissais pâtée, lait et gâteries !

Si vous le voyiez aujourd'hui, couché avec moi, sur le côté comme une personne, son nez tout près du mien, une de ses pattes allongée sur mon cou. Dire que des gredins ont mis dehors un animal si charmant, un être si affectueux, dont tout n'est que gentillesse et douceur ! Tristes imbéciles, cruels et malfaisants. Et ce que je viens de dire de Coco, je pourrais le dire tout aussi justement de Blanchou, de Félix, de Grison comme de Sophie ou de la Noirochon, celle-ci que, chaque matin, avant mon départ, il faut absolument que je prenne quelques minutes dans mes bras. De tous, enfin ! Quand je dis : de tous, je pense à ceux qui sont là, à ceux aussi qui y ont été et qui n'y sont plus, et qui m'ont payé au centuple, par leur compagnie délicieuse, le refuge que je leur ai donné."

Paul Léautaud

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Inconditionnelle des chats, je le suis aussi ! Alors je ne peux qu'apprécier ! Et partager sur mon blog ce magnifique billet félin comme je les aime.<br /> vive le CHAT !!<br /> Merci Jean-Louis
Répondre
D
Un beau texte empreint de l’humanité de son auteur . Ah Descartes II en a fait bien du mal avec sa théorie foireuse .
Répondre
D
Magnifique ce reportage sur les chats. Les animaux, surtout les chats nous sont envoyés par la Divinité pour nous aider et, nous éduquer ! je pourrais écrire un roman sur mon premier chat NEZ BLANC qui m'a apprivoisé, chat divin par excellence, et, avec lequel j'ai appris la télépathie ! Depuis j'ai eu en tout sept chats, chacun avec sa particularité mais toujours l'amour, l'amour inconditionnel.
Répondre
S
coucou Jean Louis ! Quel superbe texte, que nous voudrions voir approuvé par plus de gens !! il me rappelle mon Mimi, adopté à la SPA pendant mon passage là bas. Il a eu l'immense générosité de vivre 20 ans ! Vingt années sans une morsure, ni griffure ! Lui qui ne dormait que rarement avec ses 2 copains toutous, s'est pelotonné dans les pattes de notre berger, à la veille de la délivrance de ce dernier. Vous avez dit : les bêtes n'ont pas de sentiments ????
Répondre
Z
Merci cher Jean-Louis pour cette adorable dédicace , elle me va droit au coeur ! <br /> Bien sûr, je suis en complète osmose avec les propos de Léautaud . A l'association , l'été est difficile : il pleut des chatons abandonnés et nous devons pousser les murs chez les familles d'accueil .<br /> Amitiés.
Répondre
S
Les animaux nous humanisent et l'humanité en a tellement besoin.
Répondre
S
oh que oui !!!
J
Hommage à cet illustre personnage qui nous réconcilie (un peu) avec le genre humain, celui-là même qui défraye si souvent la chronique pour ces abandons "de l'été"... Je dédie cette page à une autre amoureuse des chats : Zoé ! Je n'oublie pas non plus Béa "Kimcat"...
Répondre
S
Une amoureuse des chats...
Répondre