Petit veau

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Voilà le petit récit de la fin prématurée d’un veau tombé entre les mains d’un ‘’boucher’’ clandestin doublé d’un monstre sadique : une fin de vie comme sans doute il y en pléthore mais, beaucoup trop souvent, dans l’indifférence générale…

Photo d’illustration : JLS

"Je t’ai appelé petit veau pendant les 48 heures de garde à vue de ton bourreau : tu es né il y a 9 mois dans les prairies de la vallée de Munster, tu étais un beau petit veau roux de race vosgienne. Ton éleveur t’a vendu en juillet a un individu sans scrupule qui t’a, lui aussi, mis en vente via leboncoin.fr

Mon petit veau kleenex...

On t’a retrouvé dépecé dans une cave en périphérie de Strasbourg... Ta mise à mort relevait d‘une barbarie rarement constatée : ces choses-là se font dans l’ombre… Les policiers, premiers intervenants, ont été choqués et sensibles à ton sort, ton bourreau a été interpellé… L’enquête m a été confiée !

Le magistrat a été réceptif, juste… Il m’a donné le feu vert pour creuser, bétonner et pincer ton bourreau. Celui-ci a prétexté vouloir te consommer… C’est son droit bien sûr ! Mais pas comme ça… Il a enlevé ta vie de petit veau, en te torturant et en méprisant tes souffrances !

Une vétérinaire a établi que tu as trop souffert, inutilement ! L’abattage illicite a été retenu mais également les sévices et actes de cruauté sur ton petit corps, mon petit veau ! Et ça, pour un petit veau né pour être consommé, c’est important ! Ton statut d’animal de " consommation" ne donne pas pour autant le droit de te torturer. Ton statut me donne l’envie, l’honneur et le devoir de confondre le misérable individu qui t’a massacré. Parce que tu étais un beau petit veau, il sera jugé.

J'ai travaillé pour toi exclusivement ces 48 dernières heures et j’en suis fière. C’est carré… Bien sûr, certains diront que tu n’étais ‘’qu’un petit veau’’. Moi je dis que tu étais un être vivant... Une vie pure qui ne méritait pas autant de souffrances. Et je continuerai, à chaque fois que l'occasion se présentera !

Maintenant repose en paix mon petit veau ! "

 

Merci à cette policière au comportement exemplaire : il n’y a qu’ainsi que le combat pour les animaux avancera vraiment ! Avec des agents ayant de la compassion y compris pour les « bêtes » et une justice qui jugerai les actes de cruautés à l’égard des animaux comme autant de vrais délits… qu’ils sont, ni plus, ni moins !

 

Lire ci-dessous l’article paru dans les Dernières Nouvelles d’Alsace.

Un veau dépecé vivant dans un garage

Un homme a été interpellé le 24 août dans le quartier de l’Elsau à Strasbourg alors qu’il était en train de découper un veau encore vivant dans un garage.

Les policiers horrifiés ont découvert le 24 août dans un garage à Strasbourg un veau vivant en train d’être découpé en morceaux. Photo : Archives DNA

La police a été alertée par plusieurs appels téléphoniques de riverains évoquant des hurlements d’animal, mardi 24 août en fin d’après-midi, à Strasbourg. Les cris de bête provenaient d’un box de garage situé rue Michel-Ange, dans le quartier de l’Elsau.

L’équipage envoyé sur place a découvert une scène de boucherie : un homme était en train de dépecer un veau qui gisait au sol agonisant. Partiellement égorgé, il avait les quatre membres déjà sectionnés. L’animal mutilé est mort peu après.

L’individu âgé de 35 ans, qui ne détenait aucune des qualifications requises pour pratiquer l’abattage, a été interpellé et placé en garde à vue. L’examen de la traçabilité du veau a permis d’établir que celui-ci n’avait pas été acquis conformément à la loi. Les policiers ont par ailleurs saisi plusieurs couteaux et outils d’affûtage à l’intérieur du local.

Convoqué en justice le 7 décembre

Les services vétérinaires de la préfecture du Bas-Rhin ont conclu que le bovin avait succombé à un égorgement alors qu’il était conscient. La Société protectrice des animaux (SPA) a déposé plainte.

Le Strasbourgeois a été remis en liberté à l’issue de sa garde à vue avec une convocation devant le tribunal correctionnel pour le 7 décembre 2021. Poursuivi pour « actes de cruauté envers un animal domestique », il encourt jusqu’à deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

A.B./DNA (27 août 2021)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Consommation, Portrait

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
J
Le juge doit se rappeler qu'entre l'animal et nous, il n'y a aucune différence. Torturer un petit veau de 9 mois, c'est comme torturer un enfant. L'écrire me permet d'évacuer ce que je viens de lire. "Nous allons tous mourir" (Platon) : Justice sera faite le jour où le "bourreau" ne sera plus. Notre "conscience" est-elle encore humaine? Pouvons-nous nous classer en Homo-sapiens? Soyons à l'écoute des cris de détresse de ce petit veau pour l'accompagner dans l'éternité. Au respect de la nature qui s'offre à nous et du monde du vivant qui l'accompagne. L'espèce humaine occupe la "Nature" depuis peu de temps. Premiers prémices de son extinction?
Répondre
Z
Ton introduction me suffit , je ne peux plus lire ces actes de barbarie contre les animaux . Un veau c'est un bébé . Je suis détruite par toute cette cruauté .
Répondre
C
Ouf! Quelle cruauté! Pauvre veau! :(
Répondre
B
Abominable barbarie !!!
Monstruosité !!!!
L'HORREUR absolue !!!
A vomir !!!!!!!!!!!
Pauvre petit veau...
Répondre
D
Tout compte fait comme je ne cesse de penser à ce petit veau, je me demande ce que nous pourrions faire pour que cela ne se reproduise jamais ! Cet individu est un pur barbare, la société est-elle obligée de nourrir et loger des barbares? Une amende c'est dérisoire,c'est comme dire après tout ce n'est pas si grave, ce n'est qu'un animal !!! Mais un barbare est un barbare et il doit être mis hors d'état de nuire! Il faut éradiquer le problème; comment je ne sais mais faire en sorte qu'il soit sanctionné à la hauteur de son crime , pire qu'un crime, que cela se sache afin de servir d'exemple aux éventuels barbares qui envisageraient de passer à l'acte. Pauvre pauvre petit veau si doux comme tous ceux de ton espèce !
Répondre
D
Qu'en pense l'éleveur ?
Répondre
E
Je dirais juste, entièrement d'accord moi aussi avec Denis.
Cela me donne envie de vomir de lire autant de cruauté gratuite.
Bonne journée
Répondre
D
Trop dévastée pour parler . Simplement: entièrement d’accord avec Denis !
Répondre
D
300 000 € d'amende !
Tu parles !
Un de plus qui s'en tirera avec un "rappel à la loi" et la promesse de ne pas recommencer:
car dépecer un être vivant ce n'est pas bien !
Il faut arrêter de se foutre du monde
Une photo de ce salopard en 4/3 placardée dans la ville serait à mon avis plus dissuasive...
Vous remarquerez que pudiquement l'article se montre très discret sur l'identité de ce "strasbourgeois"
J'aimerais bien voir à quoi peut ressembler un tel bourreau.
Il faut reconnaître que "strasbourgeois" c'est un peu vague !
A peine plus précis qu'un individu, un homme, un quidam, quelqu'un, on ...
Vous verrez qu'avec un bon avocat il prouvera même que le veau s'est suicidé et obtiendra des dommages et intérêts pour préjudice moral assorti d'un couteux soutien psychologique pour choc post traumatique !
Répondre
J
C'est immonde : tuer un animal est déjà horrible, le faire souffrir de la sorte est totalement inhumain... Espérons que la justice sera à la hauteur de l'acte !
Merci à cette policière qui nous rappelle que, tous, ne sont pas insensibles à cette détresse !
Répondre
S
Je lis et les larmes me montent aux yeux.
Je ne supporte plus ce monde.
Répondre