Un aigle royal est né dans le Jura, 170 ans après la dernière nichée en Bourgogne-Franche-Comté

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Un aigle royal est né dans le Jura, près de Saint-Claude, 170 ans après la dernière nidification. Cette naissance était très attendue. Après les siècles de persécution de cette espèce, l'aigle royale recolonise le Jura et affiche l'espoir d'un retour de la biodiversité.

 L'Aigle royal est un rapace puissant capable de s'attaquer à des proies de grande taille telles que lièvres et lapins, jeunes renards, marmottes, gallinacés, corvidés, rapaces plus petits tels que les busesPhoto d'illustration : Gérard Schmitt

Cela n'était pas arrivée depuis 170 ans : un aigle royal est né dans le Jura, près de Saint-Claude. Il s'agit de la première nidification de cette espèce en Bourgogne-Franche-Comté. La ponte s'est faite au mois d'avril et le petit rapace est sorti de sa coquille autour du 8 mai, ce qui lui fait un peu moins de deux mois. Le petit aiglon est toujours dans son nid, installé sur une falaise inaccessible. Les spécialistes observent ce nouveau-né de très loin, à la longue-vue, pour ne pas déranger son développement.

L'aigle royal est une espèce protégée depuis 1972, mais c'est seulement 50 ans plus tard que l'espèce revient s'installer dans nos montagnes jurassiennes. Le massif du Jura compte aujourd'hui sept couples d’aigles royaux seulement. Quatre dans le département de l’Ain, deux du côté suisse, et désormais un dans le Jura. Il s'agit de la plus grosse espèce de rapace qui existe dans la région Bourgogne-Franche-Comté.

Une espèce éradiquée par l'homme au 20e siècle

La naissance du petit rapace marque le retour de l'aigle royale dans le Jura. L'espèce avait disparu du département depuis près de deux siècles. L'aigle royal a été éradiqué par l'homme. "L'espèce a été fortement persécutée au cours du 20e siècle", explique Pierre Durlet, chargé de la biodiversité au Parc Naturel Régionale du Haut-Jura. "Pendant longtemps, il a été perçu comme un prédateur des animaux domestiques, l'homme a donc cherché à s'en défendre", explique Pierre Durlet. Destruction directe, retrait des œufs dans les nids, ou encore empoissonnements massifs ont été menés contre l'aigle royal durant plusieurs décennies.

La longue recolonisation de l'aigle royal

Depuis les années 70, l'aigle royal a progressivement recolonisé les territoires qu'il avait abandonné, comme le massif du Jura. La première nidification a lieu en 1970, dans l'Ain. Ensuite, il a fallu attendre dix ans, pour avoir une seconde naissance, en 2004.

La reconquête du territoire est très lente pour les aigles royaux. Plusieurs facteurs entrent en jeu explique, Pierre Durlet : "Il faut attendre que les jeunes soient en âge de se reproduire, qu'ils trouvent un partenaire, qu'ils s'installent, et que la première nidification fonctionne."

Les femelles pondent entre deux et quatre œufs par an. Souvent, il n'y a qu'un petit aigle royal qui sort du nid. Ensuite, l'aigle royal est en capacité de se reproduire à l'âge de 5 ans. Mais le petit rapace a en moyenne seulement une chance sur deux de survivre jusqu'à l'âge adulte, "donc c'est très long pour qu'un couple se reproduise afin d'étendre la population", explique Pierre Durlet. Ensuite, l'aigle royal peut vivre une trentaine d'années.

Symbole d'espoir pour la biodiversité

La naissance de cet aigle royal dans le Jura était très attendue par les spécialistes de la biodiversité. "C'est une bonne nouvelle, le retour de ces espèces très emblématique, c'est toujours satisfaisant", confie Pierre Durlet. 

Pour le chargé de la biodiversité au Parc Naturel Régionale du Haut-Jura, cette naissance est symbole d'espoir, "ça montre que lorsqu'on laisse ces grandes espèces tranquilles, elles sont capables de trouver leur place dans nos espaces". Le retour de l'aigle royale dans le Jura est naturel, précise Pierre Durlet, "il n'y a pas eu d'action de réintroduction".

D'après le spécialiste, "il faut prendre cette bonne nouvelle en exemple, pour montrer qu'en aillant les bonnes actions, on peut préserver la biodiversité. Mais s'il y a encore du travail pour apprendre à vivre sans perturber ces espèces."

Le retour des aigles royaux dans nos massifs jurassiens ?

Cette naissance laisse présager un retour de l'aigle royal dans le Jura. Ils vont pouvoir progressivement se réinstaller dans le département. "D'après les écris anciens, cette espèce nichait dans le secteur des Rousses", raconte Pierre Durlet. Un secteur qui n'est pas du tout occupé par l'espèce aujourd'hui. "L'aigle royal pourrait s'y réinstaller, si on leur laisse la quiétude suffisante pour le faire", explique le spécialiste.

En attendant, le petit aiglon est observé par la Ligue de Protection des Oiseaux, et par le Parc Naturel Régionale du Haut-Jura. Selon les spécialistes, il est très dépendant de ses parents pour le moment, "ce sont eux qui lui apportent les proies, même s'il est capable de se déplacer ou de voler", explique Pierre Durlet. 

Le rapace devrait quitter le nid à la fin du mois de juillet, mais il va encore rester dans le territoire de ses parents durant l'automne, d'après les spécialistes. Ensuite, il va prendre ses distances à l'hiver. "Il va se disperser et on ne sera plus en mesure de l'identifier puisqu'il n'est pas marqué. On le verra peut-être dans le Jura, mais sans savoir que c'est celui-là", sourit Pierre Durlet.

Alia Doukali/France Bleu Besançon (01.07.2021)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zoé 05/07/2021 20:25

Quelle belle nouvelle! Longue vie à toi petit " miracle"

Béa kimcat 05/07/2021 17:16

Une bonne nouvelle...

danièle 05/07/2021 07:17

Belle Energie à toi petit aigle .... .

Cléo 05/07/2021 05:04

C'est donc une bien bonne nouvelle! Espérons qu'il survivra! Bises et belle journée.

Gérard 04/07/2021 20:14

La nature a horreur du vide, laissons la faire et la faune comme la flore reprendront leur place

domi 04/07/2021 18:50

bonne nouvelle, à suivre !

Dominique 04/07/2021 18:15

Je lis : "symbole d'espoir pour la biodiversité" , en effet il semble que de tels évènements se produisent ailleurs alors espérons!

Jean-Louis 04/07/2021 12:34

Bonne nouvelle : espérons que cette naissance sera suivie d'autres !