Événement entomologique exceptionnel dans l’Est des États-Unis

Publié le par Jean-Louis Schmitt

C’est un phénomène aussi rare qu’intrigant : à l’Est des Etats-Unis, des milliards de cigales sortent de terre, des insectes qui ne refont surface que tous les 17 ans ! Olivier Langrand qui nous a récemment présenté deux espèces de Tétras américains (ICI), relate pour nous cette incroyable et soudaine apparition…

Les chercheurs pensent que le réchauffement des températures pourrait faire en sorte que la grande sortie des cigales soit devancée de quelques jours ou quelques semaines. Et, surtout, ils pensent que leur territoire va s’étendre, toujours plus vers le nord… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)
Les chercheurs pensent que le réchauffement des températures pourrait faire en sorte que la grande sortie des cigales soit devancée de quelques jours ou quelques semaines. Et, surtout, ils pensent que leur territoire va s’étendre, toujours plus vers le nord… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)Les chercheurs pensent que le réchauffement des températures pourrait faire en sorte que la grande sortie des cigales soit devancée de quelques jours ou quelques semaines. Et, surtout, ils pensent que leur territoire va s’étendre, toujours plus vers le nord… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)

Les chercheurs pensent que le réchauffement des températures pourrait faire en sorte que la grande sortie des cigales soit devancée de quelques jours ou quelques semaines. Et, surtout, ils pensent que leur territoire va s’étendre, toujours plus vers le nord… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)

Nul besoin en ce moment de se rendre dans un parc national pour observer un exceptionnel spectacle de la nature. Tout se passe autour de nous, dans les parcs et jardins d’une quinzaine d’états de la moitié orientale des États-Unis d’Amérique…

Des milliards de cigales (Magicicada septendecim) sont sorties, sortent ou sortiront prochainement de terre en fonction des conditions climatiques.

Après une période de 17 années passée sous terre, le printemps venu, les nymphes remontent à la surface au moyen de tunnels. Les pelouses et parterres de fleurs de chaque jardin sont minés de trous; des centaines de nymphes trouvent alors refuge sur les troncs des arbres pour effectuer leur mue. L’adulte quitte son exosquelette et laisse derrière lui l’exuvie qui reste accrochée à l’écorce ou tombe au sol. Une fois que les ailes se sont déployées et ont séché, l’adulte aux yeux rouges et globuleux se poste sur une tige et tente de se rendre discret pour échapper aux prédateurs qui accueillent cette manne avec délectation. C’est alors que les males commencent à cimbaliser pour attirer les femelles afin de s’accoupler. Si les nymphes se nourrissent de la sève des arbres pendant leur vie souterraine, les adultes, pendant les quatre à six semaines de leur existence aérienne, se nourrissent de feuilles et de tiges des arbres et arbustes.

Si, en Provence, les émissions sonores des cigales (appelées cimbalisations) contribuent au caractère bucolique de cette partie du sud de la France, il en est autrement pour l’espèce qui vient de sortir de terre après une période souterraine de 17 ans. La cimbalisation de l’espèce Magicicada septendecim est d’une fréquence plus basse que celle de l’espèce typique de la France méridionale et ne présente pas de variation d’intensité. Le concert de milliers de cigales sur une espace limite crée un bruit de fond sourd et constant similaire au bruit produit quand vous vous trouvez sous une ligne haute tension ou à proximité d’un transformateur électrique : charmant non ?

Les naturalistes observent cet évènement avec intérêt, mais il est tout autrement pour le grand public. Les médias, depuis plusieurs semaines, parlent de la sortie prochaine des cigales. Certaines personnes sont indifférentes, d’autres intéressées ou amusées, mais beaucoup développent une phobie qui les oblige à poliment décliner les invitations pour un barbecue, qui, le printemps venu, est une activité sociale incontournable aux États-Unis. Certaines personnes adoptent des démarches erratiques pour éviter de mettre le pied sur les cigales qui par endroits recouvrent le sol.

La première fois qu’il m’avait été donné d’observer ce phénomène de prolifération de Magicicada septendecim c’était en Virginie en 2004, il y a donc 17 ans. Jacques Chirac était alors président de la République Française, Noël Mamère célébrait le premier mariage homosexuel et le réseau social Facebook voyait le jour. A Reston, Virginie où je vis, l’évènement de 2021 tient toutes ses promesses et des milliers de cigales sont déjà sorties et tous les matins une nouvelle vague apparait. Je plains les personnes atteintes de cicadaphobie, car ce spectacle de la nature que je me réjouis de pouvoir continuer à observer se poursuivra encore quelques semaines. Après quoi, il faudra attendre 2038 pour observer à nouveau ce phénomène…

Olivier Langrand

Événement entomologique exceptionnel dans l’Est des États-Unis
Événement entomologique exceptionnel dans l’Est des États-UnisÉvénement entomologique exceptionnel dans l’Est des États-Unis
Ces cigales périodiques ont peut-être adopté le cycle de 17 ans au fil de millions d’années d’évolution pour éviter les prédateurs, explique un spécialiste américain. «Elles émergent simultanément en si grand nombre qu’elles remplissent alors le ventre de tous les prédateurs qui veulent les manger.» Après ce buffet à ciel ouvert pour les animaux gourmands, les cigales restent en nombre suffisant pour perpétuer leur espèce… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)Ces cigales périodiques ont peut-être adopté le cycle de 17 ans au fil de millions d’années d’évolution pour éviter les prédateurs, explique un spécialiste américain. «Elles émergent simultanément en si grand nombre qu’elles remplissent alors le ventre de tous les prédateurs qui veulent les manger.» Après ce buffet à ciel ouvert pour les animaux gourmands, les cigales restent en nombre suffisant pour perpétuer leur espèce… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)
Ces cigales périodiques ont peut-être adopté le cycle de 17 ans au fil de millions d’années d’évolution pour éviter les prédateurs, explique un spécialiste américain. «Elles émergent simultanément en si grand nombre qu’elles remplissent alors le ventre de tous les prédateurs qui veulent les manger.» Après ce buffet à ciel ouvert pour les animaux gourmands, les cigales restent en nombre suffisant pour perpétuer leur espèce… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)Ces cigales périodiques ont peut-être adopté le cycle de 17 ans au fil de millions d’années d’évolution pour éviter les prédateurs, explique un spécialiste américain. «Elles émergent simultanément en si grand nombre qu’elles remplissent alors le ventre de tous les prédateurs qui veulent les manger.» Après ce buffet à ciel ouvert pour les animaux gourmands, les cigales restent en nombre suffisant pour perpétuer leur espèce… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)
Ces cigales périodiques ont peut-être adopté le cycle de 17 ans au fil de millions d’années d’évolution pour éviter les prédateurs, explique un spécialiste américain. «Elles émergent simultanément en si grand nombre qu’elles remplissent alors le ventre de tous les prédateurs qui veulent les manger.» Après ce buffet à ciel ouvert pour les animaux gourmands, les cigales restent en nombre suffisant pour perpétuer leur espèce… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)Ces cigales périodiques ont peut-être adopté le cycle de 17 ans au fil de millions d’années d’évolution pour éviter les prédateurs, explique un spécialiste américain. «Elles émergent simultanément en si grand nombre qu’elles remplissent alors le ventre de tous les prédateurs qui veulent les manger.» Après ce buffet à ciel ouvert pour les animaux gourmands, les cigales restent en nombre suffisant pour perpétuer leur espèce… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)

Ces cigales périodiques ont peut-être adopté le cycle de 17 ans au fil de millions d’années d’évolution pour éviter les prédateurs, explique un spécialiste américain. «Elles émergent simultanément en si grand nombre qu’elles remplissent alors le ventre de tous les prédateurs qui veulent les manger.» Après ce buffet à ciel ouvert pour les animaux gourmands, les cigales restent en nombre suffisant pour perpétuer leur espèce… Photos : © Olivier Langrand (Cliquez pour agrandir)

Vidéo : Etats-Unis : des milliards de cigales vont émerger après 17 ans sous terre (2 :05)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Fabuleux !
Belle nature...
Répondre
J
Intéressant l
Répondre
C
Je ne savais pas que ce n'était qu'aux 17 ans! Ce doit être tout un phénomène de voir (et surtout d'entendre) cela! Merci de ce partage : c'es vraiment intéressant! Bises et bon dimanche à vous deux!
Répondre
C
Incroyable phénomène !
Merci à l'auteur de cet article qui m'en a apprit beaucoup et à ce blog bien-nommé "Nature d'ici et d'ailleurs" !
Répondre
Z
Epoustouflant ! je n'avais jamais entendu parler de cela !
Répondre
D
Époustouflant ! Décidément on apprend beaucoup sur ce blog !
Répondre
F
Curieux phénomène en effet ! Merci pour ces informations. La comparaison entre le chant des cigales et les lignes à haute tension est tout à fait pertinente. Je me souviens qu'un jour en Italie j'avais cru qu'il y avait des cigales partout aux alentours (mais bien cachées, et pour cause...) alors qu'en fait le bruit provenait d'une ligne à haute tension.
Répondre
J
J’ignorais complètement ce phénomène très surprenant. La nature nous fait toujours des surprises. Et c’est bien comme ça si ce n’est pas une calamité tout de même.
Répondre
J
Merci à Olivier pour cette nouvelle contribution !
Un phénomène certainement très impressionnant : heureusement que ces cigales se calment un peu le soir venu...
Répondre