Bienvenu à la ferme…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

En fait de ferme, il s’agit plus exactement d’un refuge pour animaux de ferme, petits et grands, accueillis par son fondateur Jean-Luc Daub qui fut, de nombreuses années durant, enquêteur dans les abattoirs pour le compte d’associations de protection animale ! Autant dire que la maltraitance que subissent les bêtes à ce stade ultime de leur vie, Jean-Luc connaît…

Je me souviens que, bien que connaissant le triste sort des animaux d’élevage, le livre de Jean-Luc Daub m’avait bouleversé : en effet, comment imaginer l’inimaginable qui, du reste, est soigneusement caché derrière les murs des abattoirs ! C’était avant que L214 n’apparaisse et ne révèle au grand public des images chocs de cet authentique enfer qu’est la fin de vie de millions d’animaux… par jour !

Après avoir été lanceur d’alerte alors que le terme était encore inconnu, Jean-Luc a, très logiquement, créé un sanctuaire pour y accueillir quelques animaux qui, habituellement, vivent une existence cloitrée derrière les cloisons sans fenêtre des élevages intensifs.

La vedette incontestable des lieux est Henni, le cochon grognon qui fut le premier animal sauvé par l’ancien enquêteur et qui a donné son nom au refuge. ‘’La ferme d’Henni le cochon’’ permet, outre d’offrir une vie paisible à ses pensionnaires, de révéler l’existence peu reluisante de ces bêtes ce que Jean-Luc décrit dans le moindre détail aux visiteurs du sanctuaire…

Un abattoir qui aurait dû fermer*

« En août 2002, j’ai visité un abattoir en compagnie d’une stagiaire de l’association pour laquelle je travaillais, et qui voulait devenir enquêtrice. Elle en a pris plein les yeux, pour parler vulgairement, et moi-même je ne parviens toujours pas à croire ce que nous avons vu…

Au petit matin, nous nous sommes présentés dans un abattoir de porcs de la région Rhône-Alpes qui était en pleine effervescence. C’était un abattoir qui avait déjà été visité par l’association, mais l’énergie déployée pour ce contrôle n’avait amené à aucun résultat. Le directeur des lieux nous a accueillis et, malgré sa réticence, nous a laissé visiter l’abattoir en compagnie de la ‘’responsable qualité’’. Cette dernière semblait dépassée par les évènements et s’avérait incompétente concernant les abattages. Les conditions dans lesquelles se déroulait la ‘’tuerie’’ étaient effarantes. (…)

Un camion était en attente dans la cour de l’abattoir, dans l’impossibilité de décharger les animaux en raison du manque de place dans les boxes des porcs : les cochons étaient entassés dans les cases d’attente sur le quai, un verrat était mélangé avec les truies, ce qui est interdit…

Le Restrainer** avec étourdissement automatique était défectueux et obsolète : les porcs en ressortaient mal ou pas du tout étourdis et se retrouvaient à courir dans le local. Des porcs se coinçaient par deux dans le Restrainer… Utilisation d’une pince de secours défectueuse : les cosses rouillées, courbées et non entretenues, le câble électrique de ladite pince se débranchait pendant l’utilisation… Pince non reliée à un boîtier électrique conforme mais à une simple prise de courant. Application de la pince électrique n’importe où et n’importe comment (sous le ventre, dans le cou, sur le dos, sur les fesses…). Porcs hurlants pendant l’application de la pince ce qui prouvait qu’elle n’était pas assez puissante pour les étourdir mais suffisante pour les faire souffrir. Utilisation de cette pince pour l’abattage des coches (animaux plus gros que les porcs ‘’charcutiers’’). Les porcs étaient suspendus et saignés en pleine conscience. De plus, l’employé quittait le poste alors qu’il y avait des porcs suspendus en attente d’être saignés…

L’abattoir était équipé de trois boxes ‘’de stockage’’ accolés au quai de déchargement : ces boxes étaient exigus, on y voyait un nombre important d’animaux qui ne pouvaient se coucher et qui se piétinaient. (…). » Suivent nombre d’autres détails techniques sur l’abattage des animaux, les transports qui dépassaient largement les durées et les conditions ‘’légalement’’ autorisées etc. Enfin, Jean-Luc conclut : « Cet abattoir tuait 4 000 porcs par semaine dans des conditions très critiquables. Une intervention urgente du Ministère de l’Agriculture aurait été souhaitable, cela aurait été la moindre des choses puique c’est à cette instance que revient la charge de faire appliquer la réglementation en matière de protection animale dans les abattoirs ! Nous étions fasse à une inertie totale… ».

*Extrait du livre « Ces bêtes qu’on abat » de Jean-Luc Daub)

** Restrainer : Dispositif de retenue dont la fonction est de faire glisser les animaux par deux bandes en forme de V jusqu’à la zone d’étourdissement… (NDLR)

Vidéo : Un matin printanier à la Ferme d'Henni le cochon (1 :46)

Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon
Photos :  La Ferme d'Henni le Cochon

Photos : La Ferme d'Henni le Cochon

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Merci pour cette jolie petite vidéo et ces belles photos qui font du bien.
Abomination de ces abattoirs...
Répondre
Z
Je crois que tous les abattoirs sont des lieux de sévices avant la mort horrible! Tuer avec respect n'existe pas dans ces enfers. Merci du fond du coeur à Jean Luc Daub pour tout ce qu'il fait pour les animaux . Vidéo et diaporama qui font du bien à voir.
Répondre
M
Comme ça fait du bien de voir ces photos et ce petit film, cela redonne confiance en l'homme au cas où...
Répondre
D
j'ai le livre "ces bêtes qu'on abat" de Jean-Luc Daub. C'est un livre qu'on ne peut pas lire d'une seule traite, car on est confronté à la réalité des abattoirs qui n'ont toujours pas fait l'objet de réformes urgentes.
Jean-Luc a fait un travail considérable lors de ces enquêtes pour faire connaitre la vérité cachée de la mise à mort des animaux ! Félicitations à lui pour son courage, il fallait le faire !
Rien d'étonnant qu'il a fondé la ferme "d'henni le cochon" Il faut savoir que tous ces animaux d'élevage
intensif ont besoin de soins vétérinaires car leur métabollisme à été endommagé.
Pensons donc à l'aide financiere par exemple sur Teaming 1 euro par mois -vu le nombre de personnes- c'est la bonne action à faire.
Vous pouvez également faire un pique-nique à la ferme d'Henni et passer une belle journée dans cette région montagneuse entre Ste Marie aux Mines et le col des Bagenelles via le Bonhomme.
Merci à Jean-Luc pour tout ce qu'il fait pour les animaux !
Répondre
C
Merci pour ce beau reportage : c'est un véritable rayon de soleil dans la grisaille épaisse qui nous entoure ! Longue et belle vie à tous ces animaux qui ont eu la chance de croiser le chemin de ce monsieur Daub ! Avec toute ma reconnaissance à lui et aux bénévoles de la ferme de Henni.
Répondre