Journal du reconfinement/Acte 3 ‘’C’est l’heure des avrillées champêtres’’

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Avril est un mois porteur de promesses, celui des premières récoltes et de l’épanouissement exubérant du printemps. Avec Bruno Matthieu, empruntons au hasard quelques-unes des voies qu’il nous offre ou suggère pour nous régaler de ses générosités…

Les salamandres sortent doucement d’hibernation pour entamer leur saison de reproduction… Photo : Salamandre géante en résine réalisée par Deny Lavoyer (JLS) (Cliquez pour agrandir)

Les salamandres sortent doucement d’hibernation pour entamer leur saison de reproduction… Photo : Salamandre géante en résine réalisée par Deny Lavoyer (JLS) (Cliquez pour agrandir)

« L’entrée en avril » débute au 91e jour de l’année (92e pour les années bissextiles), sacrifie à la tradition des farces, puis déroule ses trente bonnes journées calendaires généralement chahutées par les caprices du temps, oscillant de contrastes extrêmes entre contre-offensives hivernales et premières chaleurs estivales. C’est aussi le quatrième mois des calendriers julien et géorgien : le premier était le calendrier solaire utilisé dans la Rome antique et introduit par Jules César, remplacé à la fin du XVIe siècle par le second pour en corriger la dérive séculaire.

Quant à l’avrillé(e), c’est un terme d’agriculture qui prend son origine dans l’expression « le blé avrillé », c’est-à-dire semé en avril. Mais l’avrillé est aussi employé comme nom singulier invariant en genre, bien que Maurice Genevoix, secrétaire perpétuel de l’Académie française, ait fait le choix de le féminiser : « La pervenche, c’est un ciel qui hésite juste au bord de l’avrillée » dans son ‘’Jardins sans murs’’ (1968).

« La jeune aurore de printemps »

Et quel meilleur augure pour emprunter les sentiers printaniers d’avril que de mettre ses pas dans ceux de Genevoix dont les connaissances naturalistes partageaient l’exactitude d’une grande rigueur scientifique et une immense sensibilité poétique. Encore un peu des ‘’Jardins sans murs’’ : « L’anémone, c’est un vol de nuagelets, blancs et roses, qui retient sous la futaie nue le sourire même et les nuances tendres de la jeune aurore de printemps. Rien de plus ravissant qu’une fleur d’anémone à demi penchée sur sa tige… ».

Quelle émotion jubilatoire que de rendre visite aux anémones du sous-bois avec la poésie de Genevoix comme viatique : une invite aux échappées champêtres multiples, toujours prodigues et à la portée de chacun.

« La Recherche… » de Proust nous prendra aussi bien par la main au spectacle des fruitiers en fleurs : « Ce fut un émerveillement de voir chaque jardinet pavoisé par les immenses reposoirs blancs des arbres fruitiers en fleurs. C’était comme une de ces fêtes singulières, poétiques, éphémères et locales qu’on vient de très loin contempler à époques fixes, mais celle-là donnée par la nature. Les fleurs des cerisiers sont si étroitement collées aux branches, comme un blanc fourreau, que de loin, parmi les arbres qui n’étaient presque ni fleuris, ni feuillus, on aurait pu croire, par ce jour de soleil encore si froid, voir la neige, fondue ailleurs, et qui était encore là, après les arbustes. »

L’éclatement soudain des pézizes cochenilles, petites coupoles vermillons enflammant le sous-bois, le vol de colibri du bombyle parmi les primevères ou du petit papillon aurore sur les cardamines, le chant puissant et flûté des premières fauvettes de retour, il y a tant de poésie et de légèreté à prendre si près de nous que refuser ou ignorer leurs valeurs essentielles est devenu un crime pour cette époque si lourde de menaces et si coupable d’abandons…

Bruno Mathieu

Petit diptère hirsute équipé d’une longue trompe, le Bombyle visite les fleurs pour y récolter le nectar. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Petit diptère hirsute équipé d’une longue trompe, le Bombyle visite les fleurs pour y récolter le nectar. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Petit diptère hirsute équipé d’une longue trompe, le Bombyle visite les fleurs pour y récolter le nectar. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

C’est la bonne saison pour récolter l’ail des ours. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)C’est la bonne saison pour récolter l’ail des ours. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

C’est la bonne saison pour récolter l’ail des ours. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le chant puissant et flûté des premières fauvettes de retour… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Le chant puissant et flûté des premières fauvettes de retour… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le chant puissant et flûté des premières fauvettes de retour… Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Des étoiles bleu pastel sur un talus, dans un sous-bois : c’est la pervenche. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)Des étoiles bleu pastel sur un talus, dans un sous-bois : c’est la pervenche. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)
Des étoiles bleu pastel sur un talus, dans un sous-bois : c’est la pervenche. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

Des étoiles bleu pastel sur un talus, dans un sous-bois : c’est la pervenche. Photos : JLS (Cliquez pour agrandir)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Claire 22/04/2021 06:53

Très beau texte en effet et les diverses références sont bienvenues ! Merci pour ce petit moment de détente et de pédagogie...

Zoé 20/04/2021 21:15

Merci pour cette jolie promenade : demain grâce à toi et à Maurice génevoix je regarderai d'un autre oeil mes pervenches envahisseuses! A côté d'Angers , il y a une ville qui s'appelle Avrillé , je vais voir si cela a un rapport avec semé au mois d'Avril . Amitiés

Dominique 20/04/2021 19:38

Comme souvent sur ce blog, on apprend, on découvre et on s'émerveille de cette Nature si diverse si vivante .....et qu'on croyait éternelle !

Béa kimcat 20/04/2021 17:05

Merci Jean-Louis pour cette magnifique balade à l'heure des avrillées champêtres.

Françoise 20/04/2021 10:11

Merci pour ce texte très poétique et ces très belles images.

Jacky 20/04/2021 08:15

Excellent. Comment ne pas se laisser toucher par cette poésie gratuitement offerte autour de nous ?

Jean-Louis 20/04/2021 06:44

Magnifique texte de Bruno Mathieu, auquel je n'ai pas résisté d'où le partage ! Outre la poésie qui s'en dégage, on fait connaissance avec "l’avrillé(e)", terme qui n'est plus guère utilisé actuellement mais que d'illustres auteurs ont sublimé avec talent... Tout un monde qui semble définitivement perdu !

Domi 20/04/2021 05:24

Préserver la autre est prioritaire, affaire de tous