Journal du reconfinement/Acte 3 ‘’Classé nuisible’’

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Nuisible se dit d’une espèce animale dont la présence cause des dommages, en particulier à l’agriculture. Depuis un décret de 2012, un arrêté ministériel, revu tous les 3 ans, détermine dans quels départements renard, fouine, martre, belette, putois, corbeau freux, corneille noire, pie bavarde, geai des chênes et étourneau sansonnet seront classés sur la liste noire et ainsi livrés à la merci des gourdins et des fusils…

Classé ‘’nuisible’’ (désormais on dit ‘’Espèce susceptible d’occasionner des dégâts’’) le renard continue à être ‘’détruit’’ quasiment toute l’année… Photo : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)

Classé ‘’nuisible’’ (désormais on dit ‘’Espèce susceptible d’occasionner des dégâts’’) le renard continue à être ‘’détruit’’ quasiment toute l’année… Photo : Jean-Louis Schmitt (Cliquez pour agrandir)

Avec une consommation de de 3 000 à 5 500 campagnols par an, les renards limitent leur rôle de ravageur vis-à-vis des céréales et des prairies mais aussi de la forêt en s’attaquant aux campagnols sylvestres (report de prédation). Agriculteur à Chapelle-d’Huin, près de Pontarlier, Michel Pritzy avance même des arguments économiques : « Dans notre ferme familiale où nos vaches produisent du lait à comté, nous avons une obligation de pâturage et notre ennemi, c’est le campagnol qui, lorsqu’il prolifère, réduit les prairies à du caillou. » Les chiffres parlent d’eux-mêmes : toute pullulation de campagnols représente jusqu’à 10 000 € de perte par exploitation. Or, les traitements s’étant avérés inefficaces et même dangereux pour les terres (et donc l’appellation AOC), Michel Pritzy a pris conseil auprès de certains anciens qui lui ont demandé de ménager les renards (ou l’hermine, plus rare). « Et quand je croise un renard, je lui dis merci pour le boulot qu’il fait en éradiquant les campagnols, protégeant ainsi nos récoltes sans avoir besoin de produits chimiques. »

Très peu de dégâts auprès des éleveurs

Contrairement à ce que croient certains éleveurs, les renards ne s’attaquent pas aux agneaux, chevreaux et autres veaux nés dans les prairies. En revanche, ils jouent un rôle d’épuration en débarrassant les placentas.

Quant à la réputation des renards « mangeurs de poules », s’il existe, il est dérisoire, car ils ne s’attaquent pas aux grands élevages avicoles protégés de toute forme de prédations extérieures. Certes, ils peuvent croquer quelques volatiles ici où là, mais dans des élevages dits familiaux, dont les parcs et les poulaillers sont le plus souvent inexistants ou inadaptés.

Equarisseur gratuit, mais également mésoprédateur équarisseur

En hiver, les renards sont souvent dépendants de cadavres (animaux écrasés ou mort de faiblesse ou de maladie). Ils assurent ainsi des fonctions d’équarrissage. Leur capacité de report de prédations se tourne, suivant la pullulation de rongeurs qui reste leur bol alimentaire principal, vers des proies moins nobles. Plus généralement, les renards éliminent dans la nature les individus malades, faibles, blessés, évitant pullulations et épidémies. Cette sélection contribue à l’assainissement des populations des autres espèces. Ils jouent également un rôle dispersif par rapport à certaines proies (lapins), les empêchant ainsi de détruire totalement leur environnement.

Le renard joue aussi un rôle de dissémination de graines !

Les renards roux complètent leur régime alimentaire notamment par des fruits et des baies quand ces ressources sont abondantes. Il est facile d’ailleurs de le constater en observant des crottes de renard à certaines périodes de l’année. Ils jouent un rôle important dans la dissémination des graines et contribuent à la diversité des arbres et arbustes des paysages ruraux Certaines de ces espèces végétales qu’ils disséminent ont par ailleurs non seulement une valeur paysagère et patrimoniale mais également une valeur économique si l’on considère par exemple le prix du bois de merisier. Le renard roux rend, là encore, un service écologique appréciable.

Le renard, vecteur de santé

La maladie de Lyme est transmise à l’homme via des tiques qui ont été contaminées par des micromammifères porteurs de la maladie tels que les campagnols ou les mulots. A travers leurs activités de prédation sur ces micromammifères, le renard, la fouine ou l’hermine permettent de limiter la propagation de la maladie de Lyme chez l’homme. « Plus il y a de renards, plus les campagnols, porteurs potentiels de la maladie, ont peur et se tiennent en sous-sol », explique Fabien Gréban, photographe animalier professionnel « de sorte qu’ils sont moins infectés par les tiques. D’où des risques nettement plus faibles pour l’homme de contracter la maladie. » C’est aussi la conclusion de deux études conduites l’une aux Etats-Unis, l’autre en Hollande (Source : Animal Cross)

 

Le renard est chassé plus de dix mois sur douze et piégé toute l’année. 600000 à un million d'individus sont tués chaque année en France. Loin d’être anecdotique, lintérêt et la cohérence dun tel abattage posent question. Le renard roux est-il un nuisible? Par qui, pourquoi et quelles conséquences pour ce prédateur ?

 

‘’Classé nuisible’’ est un film d'étude réalisé par Isabelle Dailly de 18'15 (à voir ci-dessous)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zoé 16/04/2021 20:56

Je ne pourrai pas regarder cela .
C'est monstrueux !
Honte à ceux qui tuent ces beaux animaux !

Béa kimcat 15/04/2021 17:15

Je ne regarderai pas non plus le film...
C'est désespérant !!!!!!!!!!
Nuisible est l'Homme !!!

laramicelle 15/04/2021 11:52

coucou je suis désespérée par ce qu'on fait subir à ces pauvres petits; je ne me sens pas capable de regarder le film ; je signe tout ce que je trouve en faveur de ces pauvres innocents sacrifiés sur l'autel de l'imbécilité et de la cruauté

danièle 15/04/2021 10:57

Nuisible, chasse à cours,, venerie sous terre, loi et décret ... par qui ? pourquoi ? Quelle belle supériorité de l'homme. La Nature souffre, mais l'Esprit de la Nature appartient au DIVIN et, contre cela l'homme ne peut rien ! Viendra le jour où (l'homme à son libre-arbitre) il pourra se repentir : c'est tout !

Mario 15/04/2021 09:10

Il y a beaucoup d'arguments en faveur du renard et aucun argument valable contre. Mais sur la base de préjugés anciens et pour que les viandards aient quelque chose à massacrer toute l'année on pérennise la tuerie année après année sans se poser de question.Même problème avec le blaireau la martre etc ...

Jacky 15/04/2021 08:21

Il existe tant d'arguments en sa faveur, pourtant........

Jean-Louis 15/04/2021 07:33

Certains passages de la vidéo me sont totalement insupportables mais, je pense -comme l'auteure sans doute- qu'il est nécessaire de les montrer ! Cela dit, je pense également que seuls des ''déjà convaincus'' (et certes aussi quelques adeptes de ces tueries...) s'arrêtent un peu sur ce blog... Le "grand public", lui, se fiche consiérablement de ces considérations tout comme il ne s'arrête pas sur l'origine ni les conditions d'élevage (et de mise à mort) des animaux qu'il consomme !

Marcelchasse 15/04/2021 09:03

Cela dit, je pense également que seuls des ''déjà convaincus'' (et certes aussi quelques adeptes de ces tueries...) s'arrêtent un peu sur ce blog...
démocratie ou état totalitaire?

domi 15/04/2021 06:15

je suis particulièrement intéressé par l'argument "tiques", bonne journée