Chants d’oiseaux, leçon 16 : les colombidés

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La famille des colombidés rassemble les pigeons et les tourterelles. Avec Julien et sa ‘’Minute Nature’’ apprenez à les reconnaitre au chant et devenez expert en roucoulement !

Chants d’oiseaux, leçon 16 : les colombidés

En France et en Suisse, il y a trois espèces de pigeons et deux espèces de tourterelles. Ils roucoulent chacun de leur façon et on peut donc les reconnaitre facilement simplement en les entendant.

1 La tourterelle turque

Le chant de la Tourterelle turque est un "koukouh kou" sonore, souvent répété… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le chant de la Tourterelle turque est un "koukouh kou" sonore, souvent répété… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Très présent en ville, cet oiseau gris avec un petit croissant noir sur le côté du cou roucoule en trois syllabes. On peut s'imaginer qu'elle chante "tour - te - relle" en boucle. Arrivée du proche orient au 19e siècle, d'où son nom, elle a totalement colonisé nos villes et villages.

2 Le pigeon ramier

Le chant du Pigeon ramier est typique et facile à reconnaître. Il est très sonore, de tonalité basse et légèrement rauque… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le chant du Pigeon ramier est typique et facile à reconnaître. Il est très sonore, de tonalité basse et légèrement rauque… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Ce gros colombidé des forêts et des parcs a un roucoulement en cinq tons. Imaginez-le chanter "Je-suis-uuun-pi-geon". On peut le retrouver en grands groupes dans les champs et forêts, quand les graines sont nombreuses.

3 Le pigeon domestique

Le pigeon biset est considéré comme l'ancêtre du pigeon domestique particulièrement bien connu et abondant dans les villes et dans les villages… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le pigeon biset est considéré comme l'ancêtre du pigeon domestique particulièrement bien connu et abondant dans les villes et dans les villages… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Hyper commun, cet oiseau est en fait une variété du pigeon biset qui niche naturellement dans les falaises du sud de l'Europe. Il s'est habitué aux falaises artificielles de villes pour devenir le pigeon domestique devenu très commun. Son roucoulement est en deux temps, et ressemble à un "drouu hou".

4 Le pigeon colombin

Le chant du pigeon colombin mâle consiste en la répétition d'une note puissante mais comme étouffée, note dédoublée "wou oup wou oup wou oup..."  Photo : Patrick Baude (Cliquez pour agrandir)

Le chant du pigeon colombin mâle consiste en la répétition d'une note puissante mais comme étouffée, note dédoublée "wou oup wou oup wou oup..." Photo : Patrick Baude (Cliquez pour agrandir)

C'est certainement le plus discret, le plus fin et le plus craintif de nos pigeons. Il niche dans les grandes forêts, dans d'anciennes loges de pic noir dont il dépend. Son roucoulement est sourd et discret, il faut tendre l'oreille pour le discerner dans les chants des oiseaux de la forêt. Il ressemble à un "douuu" assez sourd.

5 La tourterelle des bois

La tourterelle des bois émet un roucoulement doux et ronronné, souvent répété pendant de longues périodes… Photo : Fabrice Cahez (Cliquez pour agrandir)

La tourterelle des bois émet un roucoulement doux et ronronné, souvent répété pendant de longues périodes… Photo : Fabrice Cahez (Cliquez pour agrandir)

Ce très bel oiseau se reconnait à ses ailes aux plumes aux liserés roux. Son roucoulement très lancinant et roulant en "rourr" par groupe de trois ou un par un est immanquable. En présence d'une femelle attirée par un vol nuptial, le mâle va accélérer le temps de son roucoulement. Cet oiseau des campagnes est devenu rare, la faute à une chasse de printemps pendant la période de reproduction.

Julien Perrot

Vidéo : Chants d’oiseaux, leçon n° 16 (La Minute Nature n° 240) 6 :28

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Tourterelles et pigeons habitent le jardin de ma résidence et c'est une joie !
Répondre
Z
Un bel article bien utile pour apprendre à les différencier: il y en a souvent à nicher dans le tilleul , je les entends se chamailler !
Répondre
D
Les ramiers refont leur nid dans notre cyprès... tout en haut heureusement car deux chats voisins passent le plus clair de leur temps ici où ils sont bien accueillis ... Le dénommé Goupil eu égard à sa queue de renard , guette et grimpe très vite , pourvu qu’il ne puisse pénétrer l’épais branchage supérieur. Comme il est difficile d’aimer à la fois les oiseaux et les chats !
Répondre
J
Super article. Un couple de tourterelles est passé hier à une mangeoire. Je l'avais réapprovisionné en raison de bonnes chutes de neige. J'espère leur retour pour les identifier.
Répondre
C
Voilà encore une jolie publication : les photos sont toutes très belles et nous permettent de comparer ces différents oiseaux...
Merci pour cette pédagogie mise à notre service !
Répondre
E
Belle et utile page !
Voilà qui devrait aider ceux qui ne les connaissent pas à identifier les colombidés qui nous entourent !
L'article est superbement illustré.
Merci à ce blog de nous faire aimer notre nature telle qu'elle est !
Répondre
J
Je n'ai pas de problème pour identifier ces différents chants : il n'y a guère que le ''Colombin'' que je n'ai pas l'occasion d'entendre autour de chez moi et que, du reste, je n'ai jamais pu photographier, ni ici, ni ailleurs...
Répondre
D
Les chinois ont utilisés les pigeons pendant des milliers d'années pour envoyer des messages, jusqu'à l'invention du téléphone, ils transmettaient ainsi les taux de change entre les banques de Canton et de Hong Kong. Les pigeons retrouvent le chemin de leurs racines en s'orientant sur le champ magnétique de la Terre. Les pigeons ont été intensivement utilisés en temps de guerre. Ces oiseaux peuvent voler près de mille km par jour et atteindre des vitesses de pointe de 100 km par heure.
Peu importe où le pigeon atterrit ou comment il y arrive, il connait le chemin du retour.Il nous offre le don de sa capacité d'accomplissement. Il ne se perd pas, car il est en harmonie avec les chemins naturels de la Terre. Il est toujours conscient de son but.
Répondre
J
Merci Danièle pour ce bel hommage aux pigeons : il n'est jamais inutile de rappeler les services rendus à l'homme par les animaux, quels qu'ils soient, et ils sont nombreux ! Cela n'empêche pas certains d'en massacrer à la première occasion et, pour en revenir aux pigeons, de les accuser de tous les maux -notamment en milieu urbain- dont les souillures et autres ''saletés'' alors même que ceux qui laissent le plus de déchets derrière eux ce sont bien les humains...