Le calvaire des bovins bloqués durant plusieurs mois en Méditerranée

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Après des semaines d'errance, les bovins transportés dans le navire l'Elbeik vont être euthanasiés. Déshydratés et affamés, ils seront restés près de trois mois en Méditerranée…

Les animaux transportés dans le navire l'Elbeik sont arrivés en Espagne dans un état de santé déplorable (photo d'illustration). Photo : Adek Berry/AFP

Le navire l'Elbeik, transportant des centaines de bovins malades avait finalement reçu l'autorisation de se rendre à Carthagène en Espagne après des mois d'errance. Les animaux qu'il transportait vont finalement être euthanasiés à cause de leur état de santé.

Certains animaux étaient dans un état second, incapable d'ouvrir les yeux

Il y a plus de trois mois maintenant, plus de 1700 bovins quittaient Tarragone en Espagne afin de rejoindre la Libye. "Après avoir été refusés à l'arrivée pour suspicion de fièvre catarrhale du mouton, ils ont traversé la Méditerranée sans destination claire", relate dans un communiqué paru le 18 mars 2021 l'organisation Eurogroup for Animals. La fièvre catarrhale ovine, également appelée maladie de la langue bleue, est une maladie virale touchant les ruminants domestiques mais aussi sauvages. Ils sont alors susceptibles de souffrir de fièvre, de troubles respiratoires, de salivations, d'œdème de la face ou encore de cyanose de la langue. Cette maladie peut également être asymptomatique.

Les autorités grecques avaient fourni de la nourriture pour l'équipage et les animaux mais la situation restait malgré tout catastrophique. Finalement, le "16 mars, les autorités espagnoles ont émis un ordre demandant au navire d'accoster à Carthagène pour procéder à une inspection de l'état de santé et de bien-être des animaux". "Dix cadavres étaient toujours à bord lorsque l'Elbeik a accosté à Carthagène, tandis que 179 autres ont été découpés pendant le voyage et jetés dans la mer Méditerranée", remarque dans un second communiqué Eurogroup for Animals.

Mais le nombre d'animaux chargés initialement reste incertain ce qui signifie que le nombre de décès pourrait être sous-estimé. Ceux encore en vie étaient faméliques et souffraient de déshydratation et certains, dans un état second, étaient incapables de réagir à des stimuli ou même d'ouvrir les yeux. En outre, tous vivaient dans un lieu couvert d'excréments et ne pouvaient pas se coucher dans un endroit propre et sec. Finalement, "les animaux présentant des signes de souffrances prolongées avec le développement d'une cachexie (amaigrissement extrême, ndlr) et des problèmes dermatologiques, ophtalmologiques et de mobilité, le gouvernement espagnol a émis un ordre de les euthanasier", relatait le 22 mars Eurogroup for Animals.

« Si nous sommes soulagés qu'ils ne soient pas renvoyés en Libye, ce qui était le plan du propriétaire, nous sommes inquiets, car nous ne connaissons pas les modalités de leur abattage. Nous utiliserons néanmoins l’exemple de cette tragédie pour faire davantage pression sur l’Union européenne et les autorités espagnoles afin qu'elles interdisent immédiatement l'exportation d'animaux vivants. » Dr Martina Stephany, directrice du département des animaux de rente et de la nutrition chez ‘’Quatre Pattes’’ (Suisse)

Un bien-être animal qui "ne peut pas être garanti"

La triste destinée de l'Elbeik est liée à celle d'un autre navire, le Karim Allah. Les animaux qu'ils transportaient tous les deux venaient de la même région et ont pris la mer en même temps. Il y a quelques semaines, le bétail que transportait le Karim Allah a été déclaré impropre au transport après une inspection vétérinaire. Tous les animaux ont alors été tués. "Le cauchemar des animaux à bord de l'Elbeik, ainsi que ceux transportés par le Karim Allah, montre clairement que le bien-être animal ne peut pas être garanti lors des longs trajets et qu'en cas de crise, les interventions sont impossibles ou inefficaces, surtout lorsqu'il s'agit d'exporter hors de l'UE", a dénoncé Eurogroup for Animals. L'organisation appelle à favoriser davantage le transport de carcasses ou de viandes plutôt que les animaux vivants.

 

Anne-Sophie Tassart/Sciences & Avenir (29.03.2021)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Comment ne pas partager l'indignation générale ? <br /> Des mois à être ballotés ainsi pour, au final, être euthanasiés : quelle honte pour notre genre ! Et dire que d'autres transports ont lieu en ce moment même et à chaque seconde qui passe... C'est révoltant : je ne vous remercierais jamais assez de m'avoir éclairé et de m'avoir guidé vers le végétarisme ! C'est la plus grande de mes satisfactions de la dernière décenie ! Et je vous la doit, à vous et à ce blog magnifique et militant !
Répondre
C
Désespérante humanité...<br /> Comment peut-on infliger de tels transports à des bêtes ?<br /> Je pleure de rage devant une telle monstruosité...
Répondre
J
Naître, vivre dans des conditions souvent abominables et, au final, mourrir... pour rien ! Quelle abomination !!!<br /> Il n'y a vraiment que le genre humain pour mettre de telles pratiques en branle... C'est insupportable... et, en ce qui me concerne, je voue ceux qui font endurer tant de misère à nos frères animaux mais aussi ceux qui sont à l'origine de ces pratiques, aux gémonies...
Répondre
B
Cela me rend malade que l'on puisse traiter des animaux de cette manière !<br /> Honte aux humains qui se comportent de manière ignoble avec eux<br /> Me voici de retour sur la toile Jean-Louis
Répondre
P
Une fois de plus, lorsque l'homme cesse de penser qu'il se situe au plus haut degré de la chaîne animale, <br /> il se comporte comme le dernier des prédateurs, s'autorisant des actes que même ses plus proches cousins ne consentent à pratiquer que dans la plus extrême nécessité.
Répondre
J
Il me semble que tu avais déjà évoqué ce problème l'année dernière.
Répondre
D
Comment avons-nous pu accepter qu’on en arrive là . Non contents de les élever pour les manger on n’est même pas fichu de respecter leurs besoins élémentaires, on leur fait vivre le martyre. Rien n’oblige à ces pratiques . C’est vraiment l’espèce humaine qui se donne tous les droits même les pires traitements sur les autres espèces. Aucune autre espèce n’est capable de ça .
Répondre
E
Horrible pour tous ses animaux ! Honte a ceux qui organisent de tel voyages...<br /> Il serait grand temps que cette barbarie cesse et que des animaux arrivent de si loin et doivent être euthanasiés.<br /> Triste monde que nous vivons aujourd'hui pour toujours plus d'argent !
Répondre
Z
Horrible et une honte . Et rien ne change ! C'est un reportage sur les transports d'animaux qui m'a fait prendre la décision de devenir végétarienne ...il y a 20 ans !
Répondre
D
Que dire ... Pourquoi transportons nous des animaux vivants ??? pourquoi exportons nous des animaux vers d'autres pays qui n'ont pas de normes éthiques pour l'abattage ??? Sommes nous encore au temps des barbares, des romains, du moyen âge ??? Quant aux agriculteurs êtes vous conscients quand vous vendez vos animaux que vous avez élevés peut-être dans le bien être ? Il est URGENT que notre société change maintenant !!!
Répondre
S
A vomir !!!!!!!!!!!
Répondre
B
des moutons dans un bateau pour ou venant de Roumanie sont bloqués dans le canal de Suez. Ces situationsn dues à des grèves, des blocage de frontières ou des accidents ...sont innombrables. Ces transports sont inacceptables et devraient se limiter dans les limites d'un pays. Notre humanité ne peut plus tolérer ces souffrances extrêmes endurées par les animaux , d'élevage ou de loisirs, je pense aux cirques.
Répondre