Journal du reconfinement/Acte 3 ‘’Les cachalots ont appris à esquiver les harpons et ont enseigné cette technique à leurs congénères’’

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le taux de harponnage avait chuté de plus de 50 % au cours des premières années de chasse industrielle…

Photo : Martin Prochazkacz

De nouvelles recherches suggèrent que durant l’apogée de l’industrie de la chasse à la baleine, au XIXe siècle, les cachalots ont appris à éviter les attaques au harpon en s’enseignant mutuellement des « tactiques défensives ».

Une baisse spectaculaire du taux de harponnage

Dans le cadre de travaux présentés dans la revue Biology Letters, des experts ont analysé les journaux de bord numérisés des baleiniers américains évoluant dans le Pacifique Nord et ont constaté que le taux de harponnage avait chuté d’environ 58 % au cours des premières années de la chasse industrielle à la baleine.

Une telle baisse ne pouvant être attribuée à d’autres facteurs tels que des baleiniers ou des équipages initialement plus performants ou l’abattage d’individus particulièrement vulnérables, les chercheurs ont conclu que les cétacés partageaient des informations essentielles sur la chasse et avaient modifié leur comportement pour survivre.

Les modèles utilisés par l’équipe ont révélé que les capacités sociales avancées des cachalots leur avaient permis d’apprendre des « tactiques défensives » auprès d’autres spécimens ayant survécu à des rencontres antérieures avec des baleiniers. Plusieurs journaux de bord faisant notamment mention d’une communication du danger au sein des groupes sociaux, de fuite à l’approche des baleiniers et de plongée dans les eaux profondes pour échapper aux tirs de harpon.

Au XIXe siècle, une désastreuse expédition avait empêché l’extinction des baleines boréales. Document US Library of Congress

‘’Les unités sociales naïves ont appris ces mesures défensives auprès des unités sociales expérimentées et les ont adoptées’’

Avant l’Homme, les orques constituaient les prédateurs les plus sérieux pour les cachalots. Alors que ces derniers se rassemblaient en groupes évoluant lentement à la surface et combattaient les orques à l’aide de leurs mâchoires ou de leurs nageoires, cette stratégie s’avérait bien vaine face aux baleiniers, et avait surtout pour effet de faciliter leur travail.

« Nous suggérons que les unités sociales naïves ont appris ces mesures défensives auprès des unités sociales expérimentées et les ont adoptées », estiment les auteurs de l’étude. « Les rencontres avec les baleiniers duraient généralement des heures et les cachalots, grâce à leurs systèmes d’écholocation et de communication, pouvaient probablement échanger et coordonner leur comportement sur des distances de plusieurs kilomètres. »

Toujours selon l’équipe, cette remarquable capacité des cachalots, « voire potentiellement d’autres espèces », à modifier leur comportement aussi rapidement face à de nouvelles menaces constitue la preuve d’une évolution culturelle, l’apprentissage social ayant eu lieu trop rapidement pour que celle-ci soit génétique.

Des animaux toujours menacés

Bien que la chasse commerciale à la baleine ait été interdite en 1986, en vertu d’un moratoire établi par la Commission baleinière internationale, plusieurs pays, dont l’Islande, la Norvège et le Japon, poursuivent leurs activités, généralement sous le couvert de la chasse « scientifique ».

Ces mammifères massifs sont également menacés par les navires, la pêche à la palangre et la modification de la disponibilité de la nourriture, alimentée par le changement climatique.

Yann Contegat/Daily Geek Show (24.03.2021)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Qu'ils évitent l'homme le plus possible !!
Répondre
M
Je suis suspendu a votre prose.
Répondre
M
Lecteur assidu ; avec impatience, j'attends les prochains articles.
J
Oui, en effet, je constate ça !
M
L’affaire Pilarski, du nom de cette jeune femme morte sous les crocs d’un chien, ne cesse de rebondir au fil des semaines. Plus d’un an après les enquêteurs découvrent de nouveaux éléments dans son téléphone.

Il y a une semaine une confrontation a été organisée au tribunal de Soissons entre Christophe Ellul ( mis en examen début mars pour homicide involontaire), et la famille de la victime. A cette occasion de nouvelles pièces sont venues s’ajouter au dossier, avec l’analyse du téléphone d’Elisa qui avait été placé sous scellés lors de son décès, mais n’a été analysé que 15 mois plus tard. A la sortie de l’audience l’oncle de la jeune femme explique qu’Elisa aurait : « pris pas moins de 20 photos avec Curtis qui se promène en forêt de Retz, avec elle, en laisse, mais non muselé » et de préciser que ces images étaient horodatées « 5 mn avant qu’elle ne soit attaquée … A 13h45, alors que M. Ellul est en voiture pour gagner la forêt de Retz suite à l’appel de détresse de ma nièce à 13h19, il va envoyer un SMS à ma nièce dans les termes suivants : »je le fais piquer ». Par ce seul SMS, il reconnaît que son chien est à l’origine du décès de ma nièce ». Si Christophe Ellul ne se rappelle plus avoir envoyer ce SMS.

Parallèlement à l’affaire judiciaire, la créatrice d’une cagnotte en ligne pour sauver Curtis, appelle les donateurs des 6 600 euros à demander le remboursement de leurs dons. Dans Oise Hebdo, elle reconnait : « très clairement aujourd’hui on ne sait pas où est l’argent ou s’il a été dépensé. Une chose est sûre, c’est qu’il n’a pas été utilisé pour ce à quoi il était destiné : sauver Curtis … Lui ( Christophe Ellul) n’a vu qu’un moyen de se faire de l’argent. … Le chien n’était qu’un prétexte. Il nous a roulés, il a roulé tous les participants à cette cagnotte…. Il s’est très clairement servi de moi en ne me donnant que le minimum d’infos, en mentant, puis en me harcelant quand il n’a pas pu avoir l’argent immédiatement. Ensuite il s’est montré menaçant. Ce sont ses méthodes ».
Souvenez vous de vos commentaires indignés ,maintenant quelles sont les réponses?vos erreurs seront elles assumées?
Répondre
J
La réponse viendra en temps voulu et non pas parce que Marcelchasse le désire...
M
aucun,mais c’est a titre d'information et surtout en attente de réponse.
J
Quel rapport avec l'article du jour ?
D
Dur, dur la vie sur cette terre. Vivement la 5ème / 6ème dimension .... Nous sommes tous dans le même navire.
Répondre
Z
Sous couvert d'activités économiques ou de sciences ou même de distractions, le prix payé de leur vie par tous ces animaux est une honte absolue !
Répondre
D
Les tueurs sont partout. Ils iraient sur la lune s’il y avait un être vivant ... à tuer ! Le grand créateur aurait-il créé l’espèce humaine dans le but de lui faire exterminer toutes les autres espèces et in fine la sienne. Fin du monde programmée !!!
Répondre
J
Peut-être que certains cachalots ont appris à éviter l’homme (et ses harpons meurtriers) mais, de toute évidence, la ‘’leçon’’ ne se transmet pas aussi aisément qu’on pourrait l’espérer car, au fil des décennies passées, bien trop de ces magnifiques mammifères marins ont encore péris, frappés par la redoutable technologie des baleiniers !
Répondre
C
Tu as bien raison Jean-Louis, hélas! C'est tout de même intéressant ce comportement social. La solidarité! Bises et belle journée à vous deux!