Journal du couvre-feu/J 110 ‘’Le Réseau cocagne’’

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Le Réseau Cocagne, réseau référent en France dans l’agriculture d’insertion, s’est fortement mobilisé lors de la crise pour lutter contre la précarité (par l’emploi et la distribution de légumes bio)…

Le maraîchage bio comme outil de réinsertion socioprofessionnelle et de tremplin vers l’emploi durable : les Jardins de Cocagne en font la preuve chaque jour ! Photo : DR

Aujourd’hui, le Réseau Cocagne s’inscrit dans le Plan France Relance pour construire le « monde d’après » et situer les personnes en situation de précarité au cœur de la transition de territoires, en créant des emplois solidaires et d’insertion ici et maintenant.

Les Jardins de Cocagne sont des fermes biologiques en insertion

Pour répondre à la crise sociale (+ 7 % du chômage en 2020), le Réseau Cocagne a mobilisé ses adhérents pour augmenter leur capacité d’accueil et créer de nouveaux emplois. 80 % des adhérents du Réseau ont répondu présents. Moyennant un plan d’investissements agricoles (serres et irrigation), les Jardins de Cocagne prévoient de créer 730 emplois entre 2021 et 2022 dont 550 en insertion. Ces emplois s’ajoutent aux 5620 salariés déjà en poste ;

Par ailleurs, le Réseau Cocagne lutte contre la précarité alimentaire au plus vite avec 103 ha supplémentaires cultivés en bio. Les Jardins de Cocagne vont également augmenter leur surface agricole et donc leur volume de production (+ 700 tonnes de légumes bio et solidaires) pour approvisionner la population locale, y compris les foyers démunis. En 2021, le Réseau Cocagne prévoit de distribuer plus de 100 000 paniers solidaires aux foyers et étudiants démunis !

Renforcer les filières ‘’bio’’ locales en lien avec les producteurs bio locaux

69 % des Jardins de Cocagne développent des activités d’insertion complémentaires au maraîchage biologique. Ces activités sont des supports de services économiques d’intérêt général sur leur territoire (plateformes logistiques, transformation pour la restauration collective, ateliers pédagogiques...). Ce sont également des supports ‘’apprenants’’ pour les salariés en insertion qui se forment en situation de travail et démultiplient leurs chances de trouver un emploi durable.

Le réseau Cocagne représentait en 2009, cent jardins en activité, trois mille salariés en contrat d'insertion, quinze mille adhérents consommateurs, cinq cent cinquante encadrants et mille bénévolesPhoto : DR

Inventer et accompagner des territoires alimentaires inclusifs et résilients

Parmi les 80 Jardins de Cocagne lauréats de l’appel à projets du Ministère du Travail, une quinzaine est engagée dans une démarche d’« écopole alimentaire » pour articuler production et insertion, développement de circuits courts et espaces de démocratie alimentaire (type tiers-lieux) : des projets novateurs qui résument bien la vision du monde d’après du Réseau Cocagne déjà en œuvre en réalité sur les territoires et qui allient économie sociale et solidaire, environnement et agriculture.

Réseau Cocagne
4, rue des Arpentis
91430 VAUHALLAN
Tél. : 01.43.26.37.84
http://www.reseaucocagne.asso.fr/

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Claire 03/04/2021 18:38

Superbe : à encourager vivement pour toutes les qualités soulignées par l'article et approuvés par l'ensemble des lecteurs de ce blog !
Bon WE Pascal à tous !

danièle 03/04/2021 13:24

Encourageons ce genre d'initiative maraîchage bio, vente locale et réinsertion pour les plus démunis. C'est l'émergence d'une nouvelle société qui apparaît. Notre monde ne survivra pas autrement !

Dominique 03/04/2021 13:13

Dans l'émission radio " Carnets de campagne" on nous présente quasi chaque jour de telles initiatives qui vont dans le bon sens pour les humains sans emploi, pour l'environnement, pour l'alimentaire; elles sont de plus en plus nombreuses; pourront-elles faire changer le système, oui si les consommateurs suivent , ce sera quand même plus long que si là-haut on avait compris les enjeux , mais ça viendra.

Zoé 03/04/2021 11:38

Des initiatives qui devraient être encouragées fortement , tellment elles ont de qualités humaines et alimentaires.

Françoise 03/04/2021 10:05

C'est par de telles initiatives qu'il faudrait faire disparaître tout ce que la mondialisation a apporté de toxique à la vie de la planète et à l'humanité. Il faut vivre dans son village, dans sa ville et cesser de regarder au loin et de penser que c'est mieux ailleurs. Tout est à portée de main, encore faut-il vouloir ouvrir les yeux et réfléchir à ce que nous pouvons faire pour retrouver une vie digne de ce nom.

Mario 03/04/2021 07:36

Une initiative qui va dans le bon sens souhaitons que beaucoup de ces centres ouvrent un peu partout.
Avec ce partenariat tout le monde est gagnant ,ceux qui retrouvent un emploi, les consommateurs et l’environnement.

Jean-Louis 03/04/2021 06:59

Un bon exemple de ce que l'on peut faire pour la nature et pour les consommateurs : le maraîchage bio et la vente directe sont des alternatives à la production de masse, bourrée de pesticides, et à la grande distribution qui sont une catastrophe tant pour les producteurs -hyper exploités- que pour l'environnement sacrifié !