Journal du couvre-feu-J 89 'Les Ragondins'

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Si vous tapez ‘’Ragondin’’ sur votre moteur de recherche préféré, celui-ci vous guidera principalement vers des sites qui vous apprendront comment piéger, éliminer, bref se débarrasser de ce rongeur accusé de miner les berges ! Et si nous changions notre regard sur le Myocastor qui ne mérite peut-être pas tant de haine ?

Le Ragondin (Myocastor coypus), un rongeur introduit aux capacités d’adaptation étonnantes… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le Ragondin (Myocastor coypus), un rongeur introduit aux capacités d’adaptation étonnantes… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Tenter de réhabiliter un animal aussi unanimement honni, avouez que la tâche n’est pas vraiment simple d’autant plus que certains ‘’dégâts’’ ne plaident vraiment pas en faveur du Ragondin ! Je vais pourtant tenter de me faire ‘’l’avocat du diable’’ et de vous le montrer sous des aspects nettement moins effrayants que ceux largement véhiculés par ses détracteurs… et, pardi, ils sont plutôt nombreux !

Le ragondin est une espèce dite ‘’invasive’’ : la faute à qui ?

Originaire d’Amérique du Sud, le ragondin a été introduit en Europe au cours du 19ème siècle pour exploiter sa fourrure qualifiée de ‘’bon marché’’… Comme ce fut le cas pour d’autres espèces, les Ragondins qui ont si vaillamment colonisé toutes les zones humides disponibles sont des descendants provenant soit d’évasions de ces sinistres élevages soit, et cela mérite d’être souligné, issus de lâchers volontaires ! S’offusquer désormais des conséquences de ces actes est donc un peu facile puisque la seule responsabilité en incombe à celui-là même qui s’en indigne aujourd’hui de manière si véhémente : l‘humain !

Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS

Diaporama : JLS

En ce qui me concerne et, à force de le regarder vivre et évoluer, j’ai de plus en plus de sympathie pour cet animal que je nomme affectueusement ‘’mon castor à moi’’ (oui, je suis un peu bricoleur aussi…) : les similitudes avec le remarquable bâtisseur de barrage qu’est ce dernier, sont en effet nombreuses. Sa taille tout d’abord, et sa tête, font à première vue immanquablement penser au Castor : bien sûr le gabarit du Ragondin est quelques trois fois plus modeste (7 kg en moyenne contre 21 kg pour le castor) mais, pour l’observateur néophyte, quoique de taille, cela n’est qu’un détail sans grande importance… Ses longues incisives jaunies -qu’il doit probablement à de lointains ancêtres grands amateurs de Gitanes maïs…- rappellent également les redoutables dents du Castor, infatigable coupeur d’arbres pour son alimentation et pour l’édification de ses ouvrages aquatiques. Les deux rongeurs sont pareillement végétariens… même si, l’honnêteté m’oblige à reconnaître qu’il arrive au Ragondin, fine gueule, de s’offrir une moule ou une écrevisse de temps à autre ! De mauvaises langues racontent même qu’il lui arrive aussi de se délecter à l’occasion d’une nichée d’oiseaux fraîchement éclose ! Odieuse calomnie qui n’a d’autre objet que de salir un peu plus encore la réputation de ce malheureux Ragondin…

Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS

Diaporama : JLS

Outre la taille nettement plus modeste du Ragondin comparée à celle du ‘’vrai’’ Castor, ce qui différencie vraiment les deux espèces est leur queue : ainsi, l’un s’est vu pourvu d’une élégante raquette (ou palette si vous préférez) bien utile pour la nage sous l’eau ou encore pour positionner des branches sur ses constructions, tandis que l’autre s’est retrouvé affublé d’une espèce d’horrible queue de rat qui ne lui attire qu’inimitié : avouez que cela est fort injuste !

Enfin, autre différence (le ‘’détail’’ qui tue en quelque sorte) : si le Myocastor est qualifié d’irrécupérable ‘’nuisible’’ -surtout parce qu’il mine les berges- le Castor d’Europe est, quant à lui, intégralement protégé (après avoir été chassé, piégé et détruit de toutes les manières possibles…) ce qui constitue désormais une inestimable chance pour l’un et, en revanche, un grand malheur voire même une cruelle injustice pour l’autre…

Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS
Diaporama : JLS

Diaporama : JLS

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
comment reconquérir son ex en 7jours, la seule personne de parole a consulté c'est le maitre zokli , il ma ramené mon ex en 7jours ,vous pouvez l'appeler directement ou l'Ecrire sur whatsapp au 00229 61 79 46 97
Répondre
B
Malheureux Ragondin...
Merci pour ce bel article
Répondre
C
J'aime beaucoup votre vision de cet "indésirable" -terme qui me révulse- : comme vous, je pense que tout être vivant à droit à la vie sans que nous nous mettions en tête de tout régir, d'autant plus que nous ne le faisons que par rapport à des considérations qui ne sont propres qu'à l'espèce humaine... Vos photos sont magnifiques et, à travers elles, on sent que vous respectez ces ragondins dont le seul que j'ai vu gisait mort au bord d'une route : il avait été heurté par une voiture qui sont de très dangereux engins pour l'ensemble des animaux...
Répondre
D
la prolificité donnée pour une espèce n'est qu'une formule purement mathématique. Dans les faits, il n'y a pas à l'arrivée le nombre d'individus auquel on aboutit mathématiquement. D'autres facteurs limitants interviennent entre temps, météorologie, nourriture disponible, prédation, parasitisme, maladies ... D'ailleurs ce n'est pas pour rien que certaines espèces ont un taux de reproduction théorique plus important que d'autres... ce sont celles qui subissent le plus de pertes d'une saison de reproduction à une autre.
Dans le cas du ragondin, ici, il est certes loin des prédateurs de son continent originel et les hivers rigoureux qui le limitaient sont de plus en plus rares, ayant ainsi toute possibilité de s'épanouir sans gros soucis, si ce n'est les humains qui n'acceptent pas son impact sur ses cultures, ses aménagements, .... voire sur la végétation de nos milieux dits naturels.
Le bien, le mal, difficile de trouver la frontière entre les deux et cela ne reste qu'une question de point de vue, bien et mal n'existant pas sinon dans nos esprits.
En dehors de tout jugement sur l'existence, la présence des autres formes du vivant que la nôtre ici et là, j'ai l'habitude de dire sous forme de simple constat, que n'importe quel ragondin, puisqu'il s'agit là de lui, aura durant sa vie un impact sur cette planète, bien inférieur à celui de n'importe quel être humain, vous et moi y compris. Le jour où il y aura 68 millions de ragondins dans l'hexagone, je doute que ces derniers auront abattu les forêts ou les auront réduites en surfaces boisées exploitables, auront pris 800 000 ha à la nature pour y faire pousser la vigne.... auront labouré des millions d'hectares pris sur la nature, auront construit barrages sur les cours d'eau, auront tiré centaines de milliers de km de lignes électriques, ... auront bitumé des milliers et milliers d'hectares, bétonné....déversé millions de tonnes de pesticides.... J'arrête là, la liste serait bien trop longue...
Il est vrai qu'il est plus facile de se mettre à piéger les ragondins jugés indésirables dans l'espace du "Grand jardin des humains" que décider d'arrêter de se reproduire pour ne pas contribuer à l'expansion du primate bipède domestique qui s'est extirpé de la Nature au détriment de cette dernière...
Quant à la leptospirose, il faut relativiser. Le risque de rencontrer un chauffard sur la route en allant faire ses courses est bien plus important...et pris et "accepté" puisque lui construit par nous mêmes...
L'être humain voit la paille dans l'oeil des autres espèces animales invasives comme lui, mais ne voit pas la poutre qui est dans le sien... Tout cela parce qu'il regarde le monde depuis lui-même alors qu'il devrait le regarder depuis l'espace comme le ferait une vie extraterrestre en regardant le grand écosystème de la planète Terre.
Répondre
J
Merci Dom pour ce brillant exposé qui rejoint -vous l'aurez compris- le sentiment qui est le mien à l'égard de tous ces "nuisibles" et autres mal aimés qui auraient le tort de vouloir tout simplement vivre eux aussi ! Je ne les aime non pas parce que je les trouve "mignons", pour reprendre l'argument soulevé par Anne, mais parce que je ne m'autorise pas cette ''supériorité'' que je désapprouve chez d'autres ! On en revient toujours à la même question : "de quel droit..." ! En effet, qui serais-je pour m'octroyer le droit de vie et de mort sur telle ou telle espèce ? Cette interrogation, nous sommes (trop) peu nombreux à nous la faire et c'est ainsi que l'on aboutit au monde que l'on connait avec un "chef suprême" -l'Homme- qui décide de qui aura le droit de vivre ou non... Bien entendu, pour se donner bonne conscience, il cherchera –et trouvera toujours !- quantité d’arguments desservants sa cause : ce n’est pas bien difficile, il suffira de créer les conditions favorables à un éventuel surnombre et, personne (ou presque…) ne trouvera à y redire ! Il est d’ailleurs étonnant que cette question de ‘’surpopulation’’ ne vaille que pour les autres espèces : en effet –et vous le soulignez fort bien- la question ne semble pas effleurer l’esprit de beaucoup de nos pairs pour ce qui est de la prolificité et de l’appropriation de l’espace naturel où nous sommes manifestement passés champion toutes catégories… Cela bien sûr ne se peut qu’au détriment des autres, de tous les autres !
A
Bien sûr Henri-Charles moi aussi je tue les tiques sur mes chiens. Ce que je voulais dire c’est que tuer ou pas est un choix qui doit se baser sur une réflexion. Il est reconnu que la tique transmet la maladie de Lyme qui est dangereuse pour le chien et l’homme. Pour le ragondin la réflexion est : d’une côté il se reproduit à très grande vitesse comme les souris et n’a pas de prédateur et de l’autre côté : il est mignon. Pour me convaincre il faudrait m’expliquer comment le stériliser comme les pigeons de Paris. Quand on voit un couple de ragondins tout mignon, il faudrait se demander pourquoi ils ne sont pas devenu une cinquantaine l’année suivante ; faites le calcul : 2 à 3 portée de 6 à 12 petits par an des l’âge de 6 mois. Si vous voulez adopter un couple de ragondins chez vous faites le mais moi je n’en veux pas dans ma mare. C’est un choix qui me semble basée sur une réflexion. A vous de me donner les arguments pour que je change d’avis mais «  il est mignon » n’est pas suffisant alors je n’aime pas être culpabilisée sans argument.
Répondre
A
Pardon j’ai voulu écrire : tout animal est sentient. La sentience caractérise presque la totalité des êtres vivants.
Répondre
Z
Encore un "détesté"! Pour toujours me restera cette image de la rage que certains ont contre eux: il y a quelques années , lors d'une manif des agriculteurs, (sans rapport avec les ragondins), des manifestants avaient apporté avec eux des ragondins dans une cage et entrepris de les lâcher , bien sûr les pauvres bêtes paniquées essayèrent de s'échapper dans la rue, et bien les agriculteurs les tuèrent à coups de bâtons et cela sembla beaucoup les amuser !
Répondre
P
Je suis une totale inconditionnelle du ragondins. J'ai la chance de pouvoir les observer tout près de chez moi (Narbonne Plage) et je ne me lasse pas de les photographier. Et n'en déplaise à Anne, il m'arrive de leur donner un bout de pain dur. Merci pour votre article .
Répondre
H
Reponse à Anne
La dernière fois que j'ai tué volontairement un animal c'était une tique qui était sur ma chienne qui nous a quitté il y a 12 ans.
A
Chère Plume, je ne vous en veux pas car oui ce sont des animaux bien mignons sauf que et c’est Érika qui les aime beaucoup qui l’écrit elle même dans son site :  « Il faut savoir que la gestation dure 132 jours pour 2 voire 3 portées par an de 6 à 12 bébés et qu'à partir de 6 mois, ils sont reproducteurs. La longévité du myocastor est de 5 à 6 ans. Je vous laisse imaginer le nombre de petits... c'est énorme, d'où l'importance de limiter la prolifération ! ! » je ne pense pas que vous soyez prête à vivre à côté d’un si grand nombre de ragondins ( je rappelle qu’ils n’ont aucun prédateur) donc si quelqu’un a des idées pour limiter leur prolifération il faudrait le faire savoir à tous. Vous pouvez en élever dans un enclos comme le parc dont parle Érika mais ne pas les laisser s’échapper et commencer à reproduire et à proliférer. Moi non plus je n’aime pas l’idée de les piéger mais qui sur ce blog n’a jamais tuer un seul animal ? Pas de colonie de pucerons, de guêpe, frelon etc.. ? Combien de nids de frelons détruits juste parce qu’on en a peur alors qu’ils sont inoffensifs (les européens qui sont encore heureusement les plus courant). Toute vie doit être respectée mais ceci est vrai aussi bien pour un animal mignon que pour un autre vilain qui fait peur. Je rappelle qu’à de rares exceptions comme les coquillages bivalves, tout animal et sentient c’est à dire qu’il ressent l’angoisse et la douleur.
D
Ah blesser un chien ! Certes ; un beau dimanche de promenade au bord de la petite rivière Hallue affluent de la Somme , Cassis notre labrador noir en a fait l’expérience ! Joue transpercée , vite vétérinaire de garde! Il faut dire que Cassis était allé importuner ce ragondin qui en effet a vu en lui un prédateur... et sans doute pas à tort !
Répondre
J
Les diaporamas sont chouettes. J'ai consulté ragondin sur internet. L'animal est vraiment détesté.
Répondre
A
Quand on a un balcon fleuri ou un beau jardin, il est facile de défendre le ragondin et de culpabiliser ceux de la campagne qui doivent vivre avec leurs dégâts (ils peuvent aussi blesser gravement un chien qui apparaît comme un prédateur) et s’en faire envahir : Le castor reste avec le même partenaire pendant toute sa vie. La femelle atteint la maturité sexuelle à 3 ans. Le ragondin atteint sa maturité sexuelle vers six mois. Est ce que je devrais vous culpabiliser parce que vous tuez des centaines de pucerons sur vos rosiers et écrasez le frelon (ou tuez tous les inspectés volants alentour avec une bombe insecticide) sous prétexte que c’est peut être un vilain frelon asiatique ? Moi je ne tue aucun puceron, ce sont les oiseaux qui les mangent et je vis très bien avec des nids de frelons (que je protège d’ailleurs car un nid mange 500g de mouches et autres par jour). Mais bien sûr le puceron n’a pas cette jolie frimousse et de la fourrure alors on peut le tuer sans remord.
Répondre
E
Tant de choses lui sont attribuée sans fondement certainement...
C'est plus facile de détruire que d'apprendre à vivre avec !
J'ai eu l'occasion lorsque j'habitais en Charente maritime d'aller très régulièrement les voir. J'ai fait 2 articles sur le sujet ici :
https://lunivers-derika.over-blog.com/2016/07/parc-des-myocastors.html
https://lunivers-derika.over-blog.com/2018/09/le-parc-des-myocastors.html

Que du bonheur de pouvoir les caresser et écouter les informations le concernant.
Merci du partage que je partage pour une copine fan de ragondins.
Bon week-end
Répondre
A
Chère Érika, je viens de regarder votre site décrivant le parc des ragondins mais ... vous écrivez vous même : « le responsable du parc, Eric (piégeur de ragondins devenu éleveur) nous explique avec passion, les origines de ce mammifère et tout ce qui est mis en place afin de réguler sa prolifération. Il faut savoir que la gestation dure 132 jours pour 2 voire 3 portées par an de 6 à 12 bébés et qu'à partir de 6 mois, ils sont reproducteurs. La longévité du myocastor est de 5 à 6 ans. Je vous laisse imaginer le nombre de petits... c'est énorme, d'où l'importance de limiter la prolifération ! ! ! » Donc là ils sont en enclos et il serait intéressant de savoir ce que fait ce responsable du parc pour les réguler ? Les hamsters et souris blanches aussi sont « mimi » mais ils ne se reproduisent pas en liberté.
J
Merci Erika : je vais aller voir tes publications avec grand intérêt...
Bon WE à toi !
D
Souvenirs, souvenirs ... Dans ma jeunesse profonde, j'aimais me baigner dans les eaux sauvages d'une rivière en pleine forêt et là, ... un ragondin qui remontait le courant le long de la berge, m'a dépassé sans aucune surprise ... moment de commune union entre la nature, l'animal et l'humain !
belle journée
Répondre
J
Alors là, Danièle, c'est effectivement un grand moment et un souvenir lointain : actuellement, c'en est bel et bien fini des baignades dans les rivières qui sont, pour la plupart, abondamment polluées par nos poisons les plus divers y compris nos médicaments... Autres temps, autres mœurs donc : actuellement on préfère avaler le chlore des piscines !
Bon WE à vous aussi Danièle !
D
il y a aussi le problème de la diffusion de maladies (leptospirose) non ?
Répondre
A
Et aussi mes chiens sont vaccinés contre la lepto donc le probleme n’est pas là
A
Là je suis d’accord avec Jean-Louis sauf que... si on laisse les ragondins se multiplier (eux sont mâtures à 6 mois) alors les maladies qu’ils pourraient transporter provoqueront une épizootie dangereuse. Le problème des ragondins c’est uniquement leur taux de reproduction qui est énorme, un peu comme celui des souris et des rats : ils ne faut pas les laisser se multiplier exponentiellement. Est-on tous prêt à accepter qu’il y ait des tonnes de souris et rats dans nos sous sols? Quand la peste sévissait, les puces des rats morts allaient sur l’homme et transmettaient le peste. Tant qu’ils ne pullulent pas tout va bien. Comme la présence des ragondins est due à une erreur humaine, et qu’il n’ont pas de prédateur (pas de caïman chez nous) il faudrait les stériliser comme les pigeons de Paris. Mais ce n’est pas une chose facile sans doute.
J
Je crois que mais, c'est évidemment un avis tout à fait personnel, lorsque l’on n’aime pas quelque chose, quelqu’un ou quelque animal, on trouvera toujours toutes les excuses possibles pour les discréditer, leur nuire et même les détruire ! La leptospirose dis-tu, cher Domi ? Le risque existe sans doute mais je reste persuadé qu’il est minime et qu’il faudrait vraiment un manque de bol –caresser un ragondin porteur du virus avec une plaie à la main par exemple…- pour être contaminé… Bien sûr, ce risque est considérablement amplifié par ceux dont l’activité préférée est le piégeage et autres amusements du même genre : une nouvelle fois je vais répéter cet adage auquel je crois bien plus qu’au risque de contamination par cette ‘’maladie des rats’’ : ’’qui veut noyer son chien l’accuse de la rage’’ ! Ce qui, bien sûr, ne m’empêchera pas de rester prudent lors de mes diverses observations mais, ça, c’est du simple bon sens…