Un cerf ‘’seize corps’’ à son tableau de chasse

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Anti-chasse, s’abstenir. Amoureux de Bambi et de son père, le Grand Prince de la Forêt, ça risque de vous agacer. Mais pour un chasseur, c’est en quelque sorte le Graal. Et Tony, chasseur charentais, l’affirme: « Ce cerf est le premier grand cerf de ma vie et sûrement le plus beau! », explique-t-il pour le site « Chassons.com »…

Tony Merle a prélevé ce cerf le 22 janvier dernier… Photo : CL

Ce vendredi 22 janvier, ce chasseur du Nord Charente participait à une battue, du côté d’Abzac, au départ du bourg de Chardat. Ce jour-là, il est parvenu à prélever un cerf seize cors. Pour les non-initiés, cela signifie que le cervidé « a huit pointes de chaque côté, sur chaque bois », explique Philippe Berthonneau, qui fait partie de la commission grand gibier de la fédération.

« En Charente, c’est très rare », confie le président de la société de chasse d’Abzac Thomas Lagarde. C’est lui, qui avait repéré ce beau spécimen, « en mars 2019 pour la première fois. Mais depuis, il devait être sur d’autres territoires, il était invisible chez nous, un vrai fantôme! ». « En Charente, on voit plus des 10, 12 ou 14 cors », admet Philippe Berthonneau. « 14, c’est déjà pas mal, mais 16, je n’en ai jamais vu ! »

Il précise que le nombre de cors « n’a rien à voir avec l’âge du cerf. » Le développement des bois serait plutôt dû à la qualité du milieu et de la nourriture. Quelques jours avant cette battue, Thomas Lagarde avait repéré deux autres cerfs, de plus petites tailles. Mais c’est bien un animal « majestueux » qui est entré dans l’angle de tir de Tony, ce vendredi. Il a appuyé deux fois sur la gâchette.

Il s’est approché de la bête au sol et a découvert qu’il s’agissait bel et bien d’un « magnifique cerf avec un port de tête majestueux : 16 cors! »…

La Charente Libre (25 janvier 2021)

 

Pourquoi La Charente Libre a consacré un article au ‘’chasseur de cerf’’ ?

L’article publié par La Charente Libre mardi dans lequel un chasseur du Nord-Charente racontait sa fierté d’avoir mis à son tableau de chasse un cerf "seize cors" a provoqué de vives réactions. Parmi elles, celle, dépitée, de Jean Bernaben, vice-président de Charente Nature…

La chasse est toujours solidement ancrée dans le paysage charentais. C’est à ce titre que Charente Libre doit aussi en parler. Photo : CL

"L’actualité me décide à vous faire part de mon étonnement s’agissant du traitement de la condition animale dans les colonnes de CL. Ce fait de société qui est en partie devant l’Assemblée nationale (qui examine en ce moment un projet de loi sur la maltraitance animale, Ndlr) comporte des ramifications concrètes dans tout le pays avec sous-jacent le "Droit Animalier" et la reconnaissance de la sensibilité animale, inséparable de la sensibilité humaine. Nous sommes tous dans le même bateau de la biodiversité ! Ces derniers temps sont riches d’illustrations: les articles sur le zoo de Lessac, la chasse aux faisans et perdrix, le grand cerf d’Abzac, le détenteur d’animaux de Dirac, les multiples traces du sanglier et des battues, les parcs de chasse, les plombages de rapaces…

Je suis désolé de vous dire que, sans traitement sous l’angle de la sensibilité animale et de sa protection et préservation, sans expression contradictoire en contrepoint de ce qui est affirmé par les interviewés partisans de la chasse et de la détention animale, tout cela apparaît atrocement anachronique dans le paysage de la France en Europe."

Jean Bernaben, vice-président de Charente Nature

 

La réponse de la rédaction de La Charente Libre :

"Nous avons bien conscience que ce type d’articles peut heurter les convictions d’une partie de nos lecteurs. Mais la chasse est une activité légale, qui fait partie de la tradition et de la culture des Français et des Charentais. Nous rappelons par ailleurs que l’abattage d’un cerf "seize cors" ne constitue pas un acte de braconnage. Notre rôle n’est pas de porter des jugements de valeur dans le choix des sujets que nous traitons. Mais d’être simplement le reflet de la société.

Cela ne nous empêche pas, en tant qu’entreprise porteuse de valeurs et actrice du territoire, de nous engager. Par exemple en mettant en avant, dans les Charentais de l’année, des personnes qui agissent en valeur de l’environnement. Ou en ouvrant chaque semaine pendant un an nos colonnes à Charente Nature, comme nous l’avons fait en 2020."

La Charente Libre (28 janvier 2021)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Publié dans Animaux, Chasse

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zoé 09/02/2021 18:08

Faire passer une tuerie pour un exploit, abattre une vie et sa part de beauté, cela me donne nevie de pleurer et de vomir !

Béa kimcat 09/02/2021 18:05

Lamentable !!!!!!!!!!
Tuer ce beau cerf... Pfffff

Denis 09/02/2021 12:53

Le nombre de cors « n’a rien à voir avec l’âge du cerf. » et visiblement, d'après un article précédent, pas non plus avec l'âge des chasseurs... C’est bien connu la valeur du tireur n'attend pas le nombre des année !

Un animal « majestueux » est entré dans l’angle de tir de Tony, ce vendredi. Pas de chance, Si ce jour là Tony avait été à la bibliothèque cela ne serait pas arrivé ! La vie tient vtaiment à bien peu de chose.

"Il "a appuyé deux fois sur la gâchette.‌
Histoire de chipoter : pour tirer on appuie sur la détente et non pas sur la gâchette.
Prenant sans doute mes désirs pour la réalité j'avais cru lire que c’était le cerf qui avait tiré ...
Une autre fois peut-être !

Gérard 09/02/2021 12:05

Voici un article qui n'a pas sa place dans un journal populaire sauf si le rédacteur est également un passionné de ce macabre plaisir d'appuyer sur une queue de détente pour donner la mort. Souhaitons que ce soit le premier cerf 16 cops abattu et le dernier !

Michelle Petit 09/02/2021 08:13

C'est bien plus qu'agacer! Comment peut-on exhiber une telle jouissance face à la mort? Dans certains cas, on qualifie de tels tempéraments de névroses...

Cléo 09/02/2021 02:51

Ça fait mal au coeur de lire cela, et pas juste à moi... Ouf!

Claire 08/02/2021 18:15

Pauvre type : tuer un animal "magnifique", "majestueux" dans le seul but de pouvoir exhiber sa dépouille et accessoirement de posséder chez soi un prestigieux trophée, voilà qui manque singulièrement de gloire ! En revanche, j'ai apprécié la riposte de M. Jean Bernaben, vice-président de Charente Nature ! Heureusement qu'il reste quelques espaces où l'expression n'est pas unilattérale...
Cela dit, malgré la gravité du sujet, j'ai souri grâce au commentaire pertinent d'Anne qui nous présente la famille "P'tite bite" : Tony, tartarin charentais, y a assurément sa place ! Bravo Anne et merci à tous les autres commentataires de dénoncer ce "fait d'arme" qui n'est en fait qu'une lamentable parodie de safari africain...

danièle 08/02/2021 16:21

Comme BLACK , le célèbre cerf de la forêt de Laigue, Toi "grand cerf de seize cors" magnifique et majestueux, tu as été "prélevé" par un chasseur en quête de gloire et, en toute légalité ... .Nous sommes au 21e siècle (en plein chamboulement). AUJOURD'HUI, la communication animale existe ! La communication animale se fait couramment par des médiums spécialistes et, je vous rappelle ici le message laissé par "CECIL THE LION" le plus célèbre lion du Zimbabwe, tué par un riche dentiste américain en 2015 et, qui a fait le tour de la Planète : Message de Cécil à l'Humanité :
"Je suis là. Soyez forts. Ne vous laissez pas vaincre par les actions d'une poignée d'hommes et, ne laissez pas entrer les ténèbres dans votre coeur. Augmentez votre vibration et utilisez cette énergie pour aller de l'avant. Il n'y a plus besoin de discuter de ce qui s'est passé. Ce qui est fait est fait(...)
Je suis mieux que je ne l'ai jamais été, plus grand qu'auparavant et, personne ne peut nous prendre notre pureté, notre foi et notre âme Jamais. Je suis là. Soyez forts et parlez au nom de tous les autres
qui souffrent à cause de la cupidité humaine."
Karen Anderson, médium et écrivaine de profession, a traduit le message qu'elle a reçu de Cécil. Ce message est "profond" , il a émue : destiné à l'Humanité, elle l'a partagé et, moi aussi !

domi 08/02/2021 16:20

mais où est donc l'exploit ?

Françoise et Jacques 08/02/2021 16:10

En tant que lecteurs quotidiens de CL, nous avons été très surpris, non pas par la réaction de Charente Nature dont nous sommes membres, mais par celle de CL qui nous semble assez inhabituelle. CL est d'ordinaire un quotidien très apprécié, justement parce qu'il ne camoufle aucune info. Nous pensons que CL préfère miser sur la réaction, même violente, de ses lecteurs, au nom de la liberté d'expression. Réactions qui sont d'ailleurs souvent publiées, comme ici celle bienvenue de Charente Nature, même si c'est pour critiquer leur propre journal. Le but est atteint : nous avons longuement discuté ce problème en famille : CL doit-elle prendre position dans l'énoncé des faits ou en différé comme elle le fait chaque fois que c'est possible en défendant la biodiversité et la nature ? La réponse de CL nous a bien surpris, mais finalement que faut-il faire quand on est un journal soucieux d'informer avec objectivité ? Nous pensons que dans le cas présent, vu la nature et la gravité des faits exposés, vu le contexte humain, social et politique, le rédacteur de l'article du 25 janvier aurait dû faire preuve d'un peu moins de "neutralité". En clair, un journaliste ne doit plus se permettre d'évoquer la chasse sans laisser pressentir son opposition.

Henri Charles 08/02/2021 14:52

Condamné à mort parce qu'il avait 16 cors.

Lslp 08/02/2021 14:35

"... il est parvenu à prélever un cerf seize cors." ... "prélever" ... Ras-le-bol de ce terme politiquement correct utilisé par les chasseurs qui ont semble-t'il réussi à l'imposer maintenant à tous !
Stop à l’hypocrisie, à l'évitement, à la connivence ! Le terme exact est TUER.
Oui, les chasseurs TUENT, ils retirent la vie, pour leurs plaisirs, à des fins de loisirs, de détente. IIs rayent du vivant des êtres dont ils se sont abrogés les droits, ils font disparaitre à jamais comme ici, un animal exceptionnel ...

Jpl 08/02/2021 13:42

Eh oui, encore un abruti persuadé qu’il faut avoir ce trophée pour être fier, heureux ou un héros, de la même façon que certain pensant qu’il faut avoir une montre de luxe avant 50ans sous peine d’avoir raté sa vie… et après il fait quoi? Empaillage de la tête affichée au dessus de sa cheminée ? Pour faire peur à ses petits enfants, pour impressionner sa femme? Ses amis? Encore et toujours une sombre histoire de vantardise mais sans le courage qui devrait aller avec !

Anne 08/02/2021 13:38

Amis de ce blog : dans la famille P’tite bite, voici Tony. Je repense à cette petite histoire : Un enfant écrase une fourmi. Son père lui dit : « oh comme tu es fort, montre encore comme tu es fort, STP, fais moi une fourmi ». Heureusement, il semble que de plus en plus l’opinion avance et les gens n’ont plus peur de contester la chasse. Bon espérons que CL perdra beaucoup de lecteurs.

Henri Charles 08/02/2021 13:21

J'aime beaucoup les adjectifs utilisés : "majestueux", "magnifique".
Il aura fallu 2 petites pressions sur une détente pour transformer uun être vivant magnifique et majestueux en un tas de barbac qui ne sera même pas bonne a manger.
Je suis persuadé qu'il va faire empailler la tête, qu'il la suspendra au-dessus de sa cheminée et qu'il racontera avec fierté sa belle histoire de mort.