Journal du Couvre-feu/J. 71 ‘’Les oiseaux aussi sont dotés de conscience’’

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Exclusivement humaine, cette conscience? Deux études parues récemment montrent que non seulement les oiseaux pensent, mais que leur cerveau est, dans son fonctionnement, plus similaire à celui des mammifères qu’on ne pouvait le penser…

Les corvidés sont capables d'utiliser des outils, de résoudre des énigmes géométriques, et même d'anticiper un avenir proche. On les découvre désormais également dotés de conscience. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Les corvidés sont capables d'utiliser des outils, de résoudre des énigmes géométriques, et même d'anticiper un avenir proche. On les découvre désormais également dotés de conscience. Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Autrefois péjorative, l’expression «cervelle d’oiseau» semble définitivement avoir fait son temps. On savait déjà les oiseaux, et en particulier les corvidés – famille qui comprend les corbeaux, corneilles, pies et autres geais –, capables d’utiliser des outils, de résoudre des énigmes géométriques, et même d’anticiper un avenir proche. On les découvre désormais également dotés de conscience.

Cette affirmation, qui s’appuie sur une étude parue à la fin du mois de septembre 2020 dans la revue Science, est loin d’être anodine. Elle vient en effet relancer les débats souvent vifs autour de la conscience animale, battant en brèche l’idée bien ancrée que la conscience serait une prérogative exclusive de l’être humain, voire des grands singes et quelques rares mammifères dits «supérieurs».

Longtemps négligées par la communauté scientifique, les études dédiées à la cognition animale ont fleuri depuis 2012, date à laquelle un collectif de scientifiques de premier plan –dont le physicien Stephen Hawking– signait la Déclaration de Cambridge sur la conscience. Ceux-ci y affirmaient notamment que «les humains n’étaient pas les seuls à posséder les substrats neurologiques qui produisent de la conscience», appelant, par la même occasion, à intensifier les recherches afin de mieux appréhender cette capacité des animaux.

Mais comment étudier la façon dont les animaux perçoivent leurs propres mondes, leurs expériences subjectives de l’environnement et de leur corps, alors que ceux-ci ne peuvent communiquer verbalement le contenu de leur vécu? Afin de dépasser cette difficulté et d’apporter des éléments de réponse, plusieurs approches ont été développées. L’une d’elles consiste à faire passer aux animaux des tests comportementaux – adaptés et identiques dans leur conception à ceux utilisés chez l’homme –, tout en procédant, en parallèle, à des analyses des réponses cérébrales. L’idée étant de repérer ce que l’on appelle les «corrélats neuronaux» de la conscience, à savoir les changements neuronaux qui se produisent en même temps que la prise de conscience.

Pour observer ces fameux corrélats neuronaux de la conscience, deux techniques peuvent être utilisées: l’électroencéphalogramme, qui consiste à placer des électrodes sur le crâne afin de suivre la propagation des signaux électriques par lesquels communiquent les neurones, ou l’imagerie par résonance magnétique qui permet d’observer l’augmentation du débit sanguin dans une ou plusieurs zones du cerveau, un phénomène que l’on considère comme un marqueur de l’activité cérébrale.

Une conscience sensorielle

Mais revenons à nos oiseaux. La recherche en question, conduite par l’équipe du professeur Andreas Nieder, responsable de la chaire de physiologie animale de l’Université de Tübingen, en Allemagne, est non seulement, pour l’heure, la seule du genre à avoir été menée sur des non-primates, mais aussi la première à établir, chez les oiseaux, l’existence d’un processus de conscience primaire, dite conscience sensorielle ou perceptive.

« Les corvidés ont non seulement des expériences subjectives de stimuli visuels, mais ils peuvent aussi accéder à ces mêmes expériences pour les rapporter, ce qui est l’attribut de la conscience sensorielle » Andreas Nieder, Université de Tübingen

Pour aboutir à cette conclusion, les chercheurs ont entraîné deux corneilles noires à réagir à la présence éventuelle d’un stimulus visuel –un carré gris de faible intensité– s’affichant de manière aléatoire et fugace (trois dixièmes de seconde) sur un écran noir. Après un délai de plus de deux secondes, les oiseaux recevaient une consigne –en l’occurrence un carré rouge ou un carré bleu– les informant de la manière dont ils devaient réagir. Lorsque le stimulus avait été présenté, un carré rouge signifiait à la corneille qu’elle devait confirmer l’avoir perçu alors qu’un carré bleu l’interdisait, et inversement dans le cas où aucun stimulus n’avait été projeté.

En parallèle, les scientifiques ont enregistré les données concernant l’activité neuronale chez les corneilles, en plaçant des électrodes au niveau de leur pallium, une structure cérébrale dont il a été démontré, dans une autre étude parue en septembre dans Science et conduite sur des pigeons et des chouettes effraies, qu’elle comprenait jusqu’à 2 milliards de neurones (soit autant que certaines espèces de singes) mais aussi qu’elle possédait une neuro-architecture (un réseau de fibres organisées en angle droit) similaire au cortex des mammifères. Le cortex étant la région que l’on associe traditionnellement aux fonctions élaborées, telles que la mémoire, le raisonnement, le langage ou encore… la conscience.

Résultats: «L’activité des neurones suit un processus temporel en deux étapes, précise Andreas Nieder. Au cours de la première, l’activité neuronale reflète principalement l’intensité physique du stimulus visuel. Durant la seconde, nous avons observé une corrélation entre le nombre de neurones activés et l’expérience subjective de la perception visuelle, avec une activité des neurones accrue lorsque la corneille pense subjectivement avoir vu le stimulus mais qui reste silencieuse le cas contraire. L’aspect subjectif est important, car le stimulus visuel est de si faible intensité que l’oiseau peut affirmer avoir vu un carré inexistant ou le contraire. Cela signifie que les corneilles ont non seulement des expériences subjectives de ces stimuli, indépendamment de ce qui leur a été objectivement montré, mais aussi qu’elles peuvent accéder à ces mêmes expériences pour les rapporter, ce qui est l’attribut de la conscience sensorielle.»

Un pilier qui s’effrite

Pour Lionel Naccache, neurologue et chercheur en neurosciences cognitives à l’Institut du cerveau et de la moelle épinière à Paris, ces résultats viennent apporter une pierre de plus à un édifice théorique de la conscience appelé «espace de travail global», qu’il a conçu il y a plus de vingt ans avec Stanislas Dehaene, psychologue cognitiviste, et Jean-Pierre Changeux, neurobiologiste.

«Cela confirme un des points clés de ce modèle, à savoir la double temporalité liée à la prise de conscience. A chaque fois que nous sommes confrontés à une information, une idée ou un stimulus visuel, les régions perceptives du cerveau vont construire une première représentation inconsciente de ce dernier, l’espace de deux à trois dixièmes de seconde. Puis, si l’on prend conscience de cette information, on constate une amplification soudaine de l’activité neuronale au niveau des cortex associatifs. En cela, le travail très intéressant d’Andreas Nieder vient confirmer, chez les corvidés, des propriétés de la conscience déjà identifiées chez l’homme et les primates non humains.»

« Aborder la pensée par l’unique biais des connexions neuronales ne va pas répondre à la question, fondamentale, de savoir pourquoi je pense ce que je pense. » Florence Burgat, philosophe et directrice de recherche à l’INRA

Par ailleurs, avec ces récentes études sur les oiseaux, c’est également un autre présupposé sur la conscience qui tend à s’effriter: «On a longtemps associé la conscience au fonctionnement du cortex cérébral chez les humains et les singes, explique Andreas Nieder. Les oiseaux n’en possèdent pas, mais ils ont développé, au cours de l’évolution, leurs propres structures cérébrales leur permettant de posséder des capacités cognitives complexes et d’être dotés de perceptions conscientes. Cela signifie donc qu’un cortex cérébral n’est pas un préalable nécessaire à la conscience chez tous les animaux.»

Des tensions fortes

Si l’existence de la conscience animale est aujourd’hui largement acceptée dans les milieux scientifiques et philosophiques, il n’en demeure pas moins que des tensions très fortes subsistent entre différents courants de pensée. «Lorsqu’on tente, en laboratoire, de faire compter les animaux ou de les faire parler à l’aide de dispositifs variés, on leur pose des questions ou on les place dans des situations qui ne sont pas les leurs mais les nôtres, fustige Florence Burgat, philosophe française et directrice de recherche à l’Institut national de la recherche agronomique. On essaie, de la sorte, de savoir de quoi les animaux sont capables, en tentant de retrouver l’humain dans l’animal, en comparant leurs capacités cognitives à celles d’enfants. Par ailleurs, on assiste à la réduction de la conscience à des corrélats physiologiques. La phénoménologie, une approche qui s’appuie sur l’analyse directe de l’expérience vécue par un sujet, a montré que le champ de la conscience est, en réalité, beaucoup plus large.»

Florence Burgat estime que ce n’est pas en mettant des animaux devant des ordinateurs que l’on pourra comprendre «leur vie de conscience», mais en décrivant leurs comportements, unique manière de s’en approcher. «Les animaux ne pourraient avoir de comportements cohérents si ceux-ci n’étaient pas d’abord un flux de vécu continu, analyse cette dernière. Quand un animal fait une expérience, de quelque nature que ce soit, il en a conscience et peut s’en souvenir. C’est en ce sens qu’on le dit «sujet de sa vie». En outre, aborder la pensée par l’unique biais des connexions neuronales ne va pas répondre à la question, fondamentale, de savoir pourquoi je pense ce que je pense.»

Sylvie Logean/Le Temps (Ch) (24.12.2020)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zoé 24/02/2021 19:10

Mais qui peut encore douter de cela ??? Et pourquoi serions nous le seul modèle? D'ailleurs quand on voit les dérives et dégâts , la cruauté et l'indifférence humaines , il n'y a pas de quoi être fiers de notre espèce!

danièle 23/02/2021 14:46

Extrait chamanisme-origine " Plaidoyer des animaux"
Quand la voix animale se fait entendre ... : "J'ai été créé pour remplir la Terre et la peupler, tout comme toi, pour la beauté des yeux et le réveil du coeur de ta race. Je ne suis pas inférieur, comme tu le prétends, homme, parce que je ne parle pas ton langage. Et toi, peux tu parler le mien ? Non !
Peux tu seulement ressentir lorsque tu enlèves mon petit pour qu'il finisse dans ton assiette ? Ne connais tu pas la douleur d'une mère lorsqu'elle perd son enfant ? La différence entre toi et moi, c'est que je me tiens à quatre pattes, et, toi, sur deux pattes, mais tu fais partie du règne animal toi aussi !
As tu oublié ? Ou ne veux tu pas te souvenir de tes premières incarnations sur cette Terre ?"

Jean-Jacques 23/02/2021 13:38

Publication d'excellence qui fait le tour des connaissances. La conscience est une donnée universelle à tous les êtres vivants : qu'y a t'il de commun entre le Rouge Gorges ou l'écureuil qui vient se poser à mes pieds? La conscience réciproque de se voir. Aussi présente dans un minuscule cerveau que dans le notre. Magnifique!

Anne 23/02/2021 12:20

Je vous conseille le livre: «  Le génie des oiseaux » de Jennifer Ackerman chez Marabout Sciences et nature et aussi l’article Wiki sur la sentience : « un être sentient ressent la douleur, le plaisir, et diverses émotions ; ce qui lui arrive lui importe. » La quasi totalité des animaux sont sentients sauf les éponges de mer, les coquillages bivalves ... et donc je remange parfois des moules :)

Jacky 23/02/2021 08:20

Quelle a été la réaction de Jaco après la lecture de l'article ?

Jean-Louis 23/02/2021 20:20

Il a dansé en chantant l'Internationale !!!

Jean-Louis 23/02/2021 07:32

Voilà des conclusions que nous sommes nombreux, nous autres habitués du "terrain", à avoir pu observer ! Eh non, au risque d'en décevoir certains, nous ne sommes pas les seuls à calculer, à réfléchir, à anticiper... bref, à avoir une conscience ! Nous savons certes aller désormais sur Mars -mais, pourquoi faire ?- alors que nous sommes incapable de conserver les richesses naturelles dont nous disposons...

domi 23/02/2021 07:17

ils n'ont pas le cerf-volant (le cerveau lent)

Jean-Louis 23/02/2021 07:33

Bravo Domi, tu es déjà en forme de bon matin !