Journal du Couvre-feu/J. 68 ‘’Des dizaines de tortues luth sont nées en Equateur, une première en 40 ans’’

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Pour la première fois depuis 40 ans, des œufs de tortues luth ont éclos fin janvier sur une plage d'Equateur. Une venue au monde sous haute surveillance pour cette espèce menacée d'extinction.

 La Tortue Luth est la plus grande des tortues marines et pèse en moyenne 400 kg. On la rencontre dans tous les océans du globe et elle parcourt de très grandes distances. Victime du braconnage, des filets, de la pollution et de l’urbanisation du littoral, elle est reconnue comme une espèce vulnérable par l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature (UICN). Photo : Jody Amiet/AFP

En décembre dernier, le ministère de l'Environnement équatorien avait annoncé la découverte d'un nid de tortues luth, l'espèce de tortue marine la plus grande du monde. Des gardes avaient alors mis en place un protocole de protection du nid afin de s'assurer que les œufs de ces reptiles en voie d'extinction puissent éclore en toute sécurité. Un pari réussi puisque l'agence de presse EFE a annoncé le 26 janvier l'éclosion de 50 œufs sur la plage de Punta Bikini, dans la province de Manabí, qui est le site habituel de reproduction d'autres types de tortues. Un événement exceptionnel qui ne s'était pas produit depuis 40 ans dans le pays.

D'autres éclosions attendues dans les prochains jours

Les premières éclosions ont été observées dimanche par des bénévoles de la fondation Contamos Contigo Ecuador, dédiée à la protection de l'environnement marin. Les bénévoles s'attendent à de nouvelles naissances dans les jours à venir. "C'est un événement extraordinaire, nous voyons les fruits d'une gestion qui nous permet d'atteindre l'objectif de conservation de ces tortues luth, qui sont en danger critique d'extinction", s'est enthousiasmé auprès de l'EFE l'administrateur du refuge de la faune sauvage Isla Corazón y Fragatas, Cristian Soledispa.

Le taux de reproduction de la tortue luth est le plus faible de toutes les espèces de tortues marines, seulement 50 % des œufs ont tendance à éclore. Pour créer de meilleures conditions, le nid avait été protégé avec des sacs de sable et des thermomètres placés à l'intérieur pour surveiller la température, un paramètre crucial. "Le plan était de couvrir le nid pour l'ombrager quand il dépassait 31 degrés, et quand la température descendait en dessous de 29 degrés, nous laissions le nid exposé au soleil", a expliqué Cristian Soledispa.

Des petites tortues sous haute surveillance

Juste près l'éclosion, les petits ont été immédiatement recueillis pour être étudiés et protégés. Ils ont ensuite été relâchés à un moment où le soleil était bas et toujours sous surveillance, afin de s'assurer qu'ils pourraient gagner la mer sans encombre. Les chiens sauvages mais aussi les marées sont évidemment des menaces pour ces tortues qui, si elles peuvent mesurer plus de 2 m et peser 600 kg à l'âge adulte, ne mesurent que 7 à 8 cm lorsqu'elles viennent au monde.

La tortue luth, très sensible à la pollution au plastique, figure aujourd'hui sur la liste rouge de l'Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), section "vulnérable". Dans le Pacifique Est, qui s'étend du Mexique à l'Amérique du Sud, elle est considérée comme en danger critique d'extinction.

Esther Buitekant/Géo (28/01/2021)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zoé 20/02/2021 20:16

Une bonne nouvelle! Mais , hélas, je suppose qu'une fois dans l'eau d'autres prédateurs doivent s'en délecter .

Béa kimcat 20/02/2021 17:28

Quelle bonne nouvelle. Je vais en informer ma fille, passionnée de tortues. Elle a participé à la sauvegarde des tortues marines au sein d'associations qui les protègent en Nouvelle-Calédonie, en Polynésie française et à Mayotte...

Anne 20/02/2021 10:22

Bonne nouvelle ! Les choses avancent, pas très vite mais avancent, les bonnes idées font leur chemin.

Françoise 20/02/2021 10:08

Beauté et fragilité dans ce monde impitoyable.

Erika 20/02/2021 08:16

J'ai eu la chance d'assister à des éclosions de tortues luth en 2003 en Guyane. C'est à voir.
Mais ce qui m'a écoeuré c'est le braconnage qui existait autour des œufs très recherchés !
Quand est-il aujourd'hui ?

JC 20/02/2021 07:12

Au Mexique aussi elle est protégée, comme la caguame et d’autres parmi les 5 espèces présentes sur 7 je crois, et bien sûr on ne doit plus les manger ni leurs œufs dont les mexicains étaient très friands. J’ai assisté à leur mise à l’eau sous protection il y a deux ou trois ans en fin d’hiver sur le Pacifique. Ceci dit, le taux de survie dans l’eau est très faible lors des premiers mois. Je crois qu’il est estimé autour de 1%.