Journal du Couvre-feu/J. 56 "Rougegorges en brochettes…"

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Ah, mes amis, me croirez-vous si je vous dis que certains matins, je désespère de l’humanité à un point que je ne saurais exprimer ! Cette affaire révélée par l’ASPAS en est une parfaite illustration : des individus, guidés semble-t-il par le seul fait de se remplir les poches, des individus sans une once d’humanité et prêts à tout pour assouvir leur détestable vice, braconnent et commercialisent ce que la Nature nous offre de plus beau : de merveilleux petits passereaux…

Le rouge-gorge, si familier avec sa couleur vive, est au centre de diverses légendes. Des légendes chrétiennes où il se serait brûlé en ranimant les braises dans l’étable de Bethléem, une autre où il se serait taché en prenant soin du Christ en croix. Une légende ancienne, où il vole jusqu’au soleil pour apporter le feu aux hommes… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

Le rouge-gorge, si familier avec sa couleur vive, est au centre de diverses légendes. Des légendes chrétiennes où il se serait brûlé en ranimant les braises dans l’étable de Bethléem, une autre où il se serait taché en prenant soin du Christ en croix. Une légende ancienne, où il vole jusqu’au soleil pour apporter le feu aux hommes… Photo : JLS (Cliquez pour agrandir)

10 000 oiseaux protégés piégés en 8 ans dans les Landes, revendus à des personnalités locales dont le rugbyman Jean Bastiat : un homme a été condamné à 8 mois de prison avec sursis et à des dommages et intérêts qui s’élèvent à plus de 90 000 euros. L’ASPAS s’était portée partie civile dans cette affaire…

Dans les Landes, Bernard Fargues, 68 ans, a été jugé en septembre 2020 par le tribunal de Dax pour des faits graves de braconnage. Le Landais, qui a fait l’objet d’une longue surveillance par les services de l’OFB (anciennement ONCFS), reconnaît avoir braconné 10.000 oiseaux en huit ans et les avoir revendus à des personnalités locales, dont l’international de rugby Jean Bastiat, lui aussi condamné dans cette affaire.

Les passereaux (rouges-gorges, moineaux, pinsons…) étaient capturés avec de la glu, ou à l’aide de matoles (petites cages traditionnellement utilisées dans le Sud-Ouest de la France pour capturer des oiseaux vivants). Chez lui, le braconnier conditionnait des brochettes de cinq petits oiseaux, qu’il conservait au congélateur. Il vendait ensuite ces brochettes entre 25 et 30 euros pièce. En 8 ans, on peut estimer le montant du trafic à 50.000 euros. Sur des carnets retrouvés par la police, le nom des acheteurs est codé par des surnoms. Sur les dix, huit ont pu être identifiés par la police.

Par un jugement daté du 19 novembre au Tribunal de Dax, Bernard Fargues a été reconnu coupable de transport, destruction, utilisation, capture et mise en vente non autorisés d’espèces animales protégées. Il est condamné à 8 mois de prison avec sursis, son véhicule lui a été confisqué, et il doit en tout débourser 92 650 euros  réparation de son préjudice à l’environnement !

Pour l’ASPAS, qui s’est portée partie civile et qui a été notifié du jugement en janvier 2021, le braconnier doit verser 1 500 euros de dommages et intérêts et 100 euros de frais de procédure.

Trois des huit acheteurs identifiés étaient jugés le même jour (Jean Bastiat, Jean Grammont et Serge Tauzin), et sont condamnés à des amendes avec sursis allant de 1 000 à 1 500 euros. Ils doivent également verser à l’ASPAS chacun 500 euros de dommages et intérêts, 100 euros de frais de procédure…

ASPAS (26.01.2021)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Cela m'écoeure, me dégoûte...
Répondre
J
Sacrés "héros" que ces bracons décérébrés... Et leurs "clients" : de sinistres c...rds ! Rugbyman, célèbre personnalité locale ou pas !
Répondre
S
Je suis abasourdie, je ne pensais pas que les oiseaux aussi faisaient les frais de ces imbéciles sans cerveau !!! Comment peut-on être aussi sans coeur ? Seule consolation la justice a frappé cette fois ci !!
Dégoûtée de " l'humain" .. Franchement si je ne savais pas qu'il y a plus de gens bien que le contraire, je souhaiterais presque la fin du monde !
Répondre
C
C'est triste que ces petits oiseaux subissent de tels sorts! Une « chance » cela ne reste pas impuni et ces punitions peuvent en décourager plus d'un à continuer ce « trafic »...
Répondre
C
Voilà des pratiques qui me bouleverse ! Vraiment, je peine à comprendre ce que de tels individus ont dans la tête ! S'en prendre à d'innocentes créatures démontre non seulement une grande lâcheté mais également un profond irrespect du vivant en général ! Pourquoi dès lors des peines de sursis ?
Il y a un monde entre les peines encourrues et les verdicts prononcés : les braconniers savent pertinemment que ce qu'ils risquent est loin de ce qu'ils gagnent avec leurs odieux trafics...
Quant aux ''clients'' et amateurs de ces ''brochettes'', personnalités locales ou pas, il ne devrait pas y avoir de clémence !
Répondre
Z
Quelle tristesse! Je ne trouve pas de mots pour dire mon écoeurement!
Répondre
M
Au moins un de pris. Mais on se demande à quel titre les clients qui savaient parfaitement ce qu'ils achètent n'ont que des amendes avec sursis ??. La chasse à la glu est par ailleurs toujours autorisée donc le massacre va continuer ...
Répondre
D
Quel bel oiseau tu es "Rougegeorge" un trésor appartenant au Divin comme toute vie : plantes, animaux, hommes de cette planète. Il est dit : "l'être va récolter ce qu'il a semé" ! Cela adoucit ma peine ... . J'admire et, je soutiens tous les lanceurs d'alertes -ASPAS, AVA, L214, ... qui oeuvrent pour nous ouvrir la conscience et nous faire réagir ! Je propose sur écran géant, dans toutes les villes, un affichage de ces êtres " ignorants", qui se croient supérieur ! Le monde de demain sera beau, naturel, et harmonieux.
Répondre
J
Comment peut on consommer ces passereaux sauf à être complètement ravagé de la tête ? Intérêt gustatif, je n’y croit pas, vantardise déplacée pour se donner une image plus intéressante, se placer à un niveau supérieur à l’autre, se valoriser en société correspond probablement beaucoup plus à ces frustrés incapables de se construire sans artifice, sans apparat, sans grande gueule vorace de quelques piafs pourtant bien utiles ailleurs!
Répondre
A
Navrant... et en France nous sommes les champions des amendes et peines faramineuses... et jamais appliquées ! Peut être que la divulgation massive des noms de ces cretins malsains aura une action dissuasive ? Espérons car l’opinion commence quand même à évoluer.
Répondre
E
J'en avais entendu parler et je suis écœurée de lire tout cela sur des petits passereaux qui ne font rien de mal si ce n'est nous émerveillé en les regardant évoluer.
L'homme est le pire destructeur de la planète !
Le braconnage existe depuis toujours et ne cessera jamais... l'appât du gain !
Répondre
J
Quelle tristesse. C'est bien de divulguer les noms de ces individus. Trop souvent, ils sont cachés. Ils doivent être identifiés aux regards de tous.
Répondre
J
Pour une affaire de ce type démantelée, combien d’autres ne le seront jamais ? Il est bien sûr impossible de chiffrer les pertes en vies imputables au braconnage ! De même, il est tout aussi difficile d’imaginer ce que les trafics de ce genre brassent véritablement comme sommes d’argent… L’avidité de certains, les goûts gustatifs très particuliers d’autres, font que ces pratiques perdurent malgré les risques encourus… des risques de se faire prendre sans doute minimes en regard des bénéfices engrangés ! Une certitude quand on prend connaissance de telles affaires : la chute vertigineuse de la biodiversité n’est pas seulement imputable au changement climatique ni à une espèce de fatalité : des hommes –très mal intentionnés- y contribuent largement !
Répondre