Pierre Rigaux dénonce la chasse à la hutte, les chasseurs l'accusent de déformer la réalité

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Après la diffusion d'une vidéo dénonçant la pratique de la chasse à la hutte dans le Nord par l'activiste Pierre Rigaux, lundi 25 janvier, la fédération des chasseurs du département, très remontée, l'accuse de déformer la réalité et de créer du buzz…

Des canards traités comme des objets. Une pratique méconnue que les chasseurs n'aiment pas montrer. Image extraite de la vidéo de Pierre Rigaux.

C'est une vidéo, située à Bambecque et Houtkerque, qui fait du clic. Celle d'un militant, Pierre Rigaux, qui se présente comme un défenseur de la cause animale. Dans cette publication, postée sur les réseaux sociaux lundi 25 janvier, il dénonce la pratique de la chasse à la hutte, assez populaire dans la région. Pour les chasseurs, cachés dans une cabane à moitié enterrée appelée "hutte", il s'agit d'attirer les canards et les oies sauvages, sur un plan d'eau pour leur tirer dessus. Souvent, la chasse se déroule le soir car les animaux sortent à ce moment-là. "Les canards et les oies sauvages qui passent en vol, attirés par leurs congénères, s'approchent, se posent sur l'eau et le chasseur leur tire dessus", affirme Pierre Rigaux dans sa vidéo.

Ce que souligne et dénonce "l'activiste naturaliste", comme il se nomme, au-delà de la chasse elle-même, c'est la manière dont sont attirés les oiseaux sauvages, méfiants de la nature. Pour appâter leurs congénères, les chasseurs placent d'autres canards, appelés "appelants", maintenus en captivité toute l'année, dans des cages "minuscules" selon l'activiste, ou des plateformes à laquelle ils sont enchaînés. Le matin, les appelants sont récupérés et les chasseurs les mettent dans des cages collectives. "Les chasseurs déplacent les oiseaux sans ménagement même s'ils n'en ont pas tous l'impression", estime Pierre Rigaux qui dénonce "cette vision utilitariste de l'animal" et demande l'interdiction de cette pratique.

"Une déformation de la réalité et des images choc" pour les chasseurs

Joël Deswarte était outré et remonté. Le président de la Fédération des chasseurs du Nord (FDC59), qui englobe 23 000 chasseurs, "commence à être habitué à ce genre d'attaques". Mais il les juge trop fréquentes. Lui dénonce à son tour la médiatisation de l'affaire. "C'est facile de déformer la réalité et c'est facile de choquer les gens par des coups médiatiques et des image choc", a-t-il affirmé par téléphone ce jeudi.

S'il s'inscrit en faux contre Pierre Rigaux, "qui s'autoproclame naturaliste alors qu'il n'a aucun diplôme dans le domaine", M. Deswarte n'a pas nié en bloc ce que dénonce l'activiste : il fait notamment un parallèle entre les canards en cage et les chiens et chats dans des boites. "Ces canards apportent aux chasseurs au même titre qu'un chien ou qu'un chat. On voit dans la vidéo que le canard panique quand M. Rigaux filme la cage." Il affirme qu'en plaçant ces oiseaux "appelants" au sol, "il ne restera que des plumes" après l'intervention de renards et autres espèces. Il argue également qu'il y a une limite de déplacement de 30 appelants répartis dans l'eau et les cages. Il avance enfin que la chasse a "toujours existé" et qu'il n'était pas question que cela change. Pour lui, la chasse à la hutte, comme d'autres pratiques, s'inscrit dans une démarche de gestion d'espèces. "On doit à la fois éviter la disparition d'espèces et contrôler la surabondance. Les chasseurs sont gestionnaires de ces prélèvements. Nous sommes en obligation de réguler ces espèces, c'est un équilibre à trouver dans la nature", explique le représentant des chasseurs du Nord. Il s'oppose totalement aux anti-chasseurs.

« C'est toujours la fête des chasseurs, ça nous pèse ! Quand il n'y a pas d'espèces, c'est de notre faute et quand il y en a trop, c'est aussi de notre faute ! Nous ne sommes pas dans une logique d'éradication de l'animal. » Joël Deswarte

Des menaces de mort contre Pierre Rigaux

Joël Deswarte souhaite qu'on laisse les chasseurs tranquilles. "C'est un loisir comme un autre. Les gens ont le droit d'être contre la chasse, c'est leur problème, leur liberté." Sous la publication de sa vidéo, Pierre Rigaux a fait l'objet de menaces, parfois de mort. "Qu'il vienne nous rendre visite, on va arriver à le faire rentrer dans une cage de chanteuse (celles où sont placés les canards)", peut-on lire sur Facebook, ou encore "Dommage qu'un alcoolique de chasseur ne lui ait pas encore mis une balle." M. Deswarte trouve ces mots "graves", mais peut les comprendre. "A force de ramener de l'intox et du mensonge, l'énervement peut arriver. Mais ce n'est pas à faire."

Pierre Rigaux, dont l'activisme est bien connu du milieu cynégétique, épingle régulièrement, sur ses réseaux sociaux, les sévices faits aux animaux. Il dit ne pas vouloir "s'attaquer aux personnes mais à la pratique de la chasse à la hutte", une institution dans la région. Les techniques pour attirer les oiseaux se transmettent de génération en génération. "Les huttes et les marais se louent parfois très chers", explique-t-il, persuadé que la population rurale n'est pas forcément favorable à ce type de chasse. "Mon but, c'est d'essayer d'alerter les hommes et femmes politiques et d'informer sur les pratiques des chasseurs." En ce moment, une loi sur le bien-être animal est discutée à l'Assemblée nationale. La question de la chasse et de certaines pratiques décriées n'y est pas abordée car les rapporteurs de la loi ne sont pas arrivés à s'entendre sur le texte à proposer. Seules des propositions concernant les animaux domestiques et ceux du cirque seront débattues.

France3 Hauts-de6france (28/01/2021)

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

Publié dans Chasse, Animaux, Biodiversité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Michelle Petit 03/02/2021 17:14

Cela me fait bondir lorsque j'entends "la chasse, un loisir comme un autre"! Comme ils doivent être mal dans leurs peaux! Comment peuvent-ils trouver encore des mots pour se donner les bonnes raisons de TUER. Quel déni! Et la souffrance qu'ils nous infligent à nous qui respectons tout simplement, comme il se doit, la VIE, toute vie!

Anne 02/02/2021 18:03

Je suis contente que Jean nous donne son point de vue qui semble soutenir les chasseurs : en effet ce n'est pas en discutant entre personnes du même avis que la réflexion avance. Merci donc Jean, d’intervenir sur ce blog.Cependant, Jean, ergoter pour relever comme faux uniquement le fait que les canards sauvages ne peuvent pas être maintenus en captivité dans des cages minuscules à l'année revient à admettre que tout le reste est vrai. Moi je vois sur une photo (qui n'est pas contestée par les chasseurs) un canard dans une cage minuscule qui est fixée au bout d'une perche : ceci interroge sur le bien être animal. Si la chasse était le plaisir de traquer des animaux sauvages, alors pourquoi n'a-t-on pas depuis longtemps des fusils qui au lieu de tuer l'animal le prenait en photo. C'est techniquement très possible maintenant. Mais voilà, il semble que le plaisir de la chasse réside plutôt dans le plaisir de tuer. Tuer pour se venger de la vie, du voisin bruyant, du patron acariâtre ou des employés désagréables etc... et oublier que d'autres aimeraient pouvoir se promener tranquillement sans risque.

Jean-Louis 02/02/2021 21:19

Petite précision Anne : les appelants ne sont nullement des oiseaux sauvages mais bel et bien d'élevage ! Cela, bien évidemment, ne change rien aux questions relatives au ''bien-être'' animal en l'occurrence totalement baffoué ! Mais, depuis quand "chasse" remerait avec "respect des bêtes" ?

Marina Vuagniaux 02/02/2021 05:27

Joël Deswarte est un exploiteur d'animaux, éleveur d'animaux appelés "gibier" qu'il revend aux chasseurs, des animaux élevés en cage, vendus, envoyés sous les coups de fusils pour assouvir ce loisir d'assassins des campagnes ... Joel Deswarte n'est qu'un agri-tueur de plus parmi les chasseurs....

Dominique 01/02/2021 19:45

Justement non ce n’est pas un loisir comme un autre! Les appelants ici nous connaissons, sommes indignés encore et encore quand nous les voyons sur les étangs de la Somme qui s’étendent jusque dans la ville . Un copain m’a dit un jour «  ah les salauds ils cancanent pour attirer leurs congénères qui seront tirés facilement! » Je lui ai dit que c’est attribuer aux animaux des comportements propres aux humains... il y a chez les animaux de la solidarité intra et inter espèces . Ils ont d’autres raisons de cancaner: ils sont prisonniers cage ou fil et appellent au secours ou tout simplement manifestent leur souffrance .

Jean-Louis 02/02/2021 12:24

En résumé Jean, si je suis votre raisonnement, ces canards où oies -les appelants- devraient être considérés comme des veinards ! Il est vrai que la manière de les manipuler est assez révélatrice ! Enfin, il y a ces minuscules cages dans lesquelles les oiseaux sont (délicatement !) placés : ça doit être un vrai bonheur d'y séjourner ! Mais, pour s'adonner à ce genre de passe-temps, il est plutôt recommandé de ne pas faire de sentiments et d'être dépourvu de toute empathie à l'égard de ces bestioles stupides* qui, même encagées, appelent leurs congénères sauvages pour qu'ils se posent à portée de fusil !

* Personnellement, je n'en pense évidement pas un mot : pour moi, une vie est une vie et toutes méritent le respect...

jean 01/02/2021 20:47

. Ils ont d’autres raisons de cancaner: ils sont prisonniers cage ou fil et appellent au secours ou tout simplement manifestent leur souffrance .,et vous pensez que les canards sauvages en entendant les chants d'alerte vont venir se poser sur la mare ,en général un chant d'alerte sert a éloigner leurs congénères,vivement la prochaine lecture, votre connaissance de la nature me permet de sortir un peu de la lie de la société.

Claire 01/02/2021 18:41

On ne peut pas dire que ces canards appelants aient une vie bien enviable ! Les chasseurs qui les utilisent ne voient pas où est le problème : de toute manière, pour eux, ces vies n'ont aucune importance ! Seul compte pour eux leur sacro-saint loisir auquel il ne fait pas bon toucher...
Heureusement que tout le monde nr craint pas de dénoncer ces procédés choquants !
Merci à Pierre Rigaux et à Nature d'ici et d'ailleurs de nous informer.

Jean-Louis 01/02/2021 18:32

En sa qualité de lanceur d’alerte, Pierre Rigaux nous informe sur une de ces réalités peu avouables de la chasse ! Cette fois, il est question du traitement infligé à ces oiseaux chargés d’attirer leurs congénères sauvages sur les plans d’eau afin que les ‘’protecteurs’’ qui les attendent de pieds fermes, puissent les cribler de plomb : ces ‘’appelants’’, collabos bien malgré eux, n’ont pas pour autant une existence très enviable : voyez comment ils sont trimballés et confinés ! Question ‘’bien-être animal’’ on peut assurément mieux faire…
Les arguments du président de la Fédération des chasseurs locaux sont d’une consternante pauvreté : comme toujours, ces pauvres pratiquants d’une activité pourtant ‘’ancestrale’’ hurlent au loup (pardon mes bons frères Lupus…) arguant que ces vilains défenseurs des bêtes et autres antichasse chroniques, ‘’déforment’’ la réalité ! Non seulement, je n’en crois rien mais, au contraire, je suis persuadé que si nous savions tout sur les nombreuses faces cachées de ces pratiques, nous aurions bien davantage encore de grains à moudre pour les dénoncer !

Béa kimcat 01/02/2021 18:23

Ben voyons !!!!!!!!

Dominique 01/02/2021 17:42

Mais pourquoi donne-t-on encore la parole à ces gens, la lie de la société !!! Intellectuellement et éthiquement c’est nous les opposants qui avons forcément raison étant du côté du respect de la vie et eux tort puisqu’ils prennent plaisir à tuer! Ça nous dépasse d’ailleurs! S’il ne restait qu’un animal dans la nature ils trouveraient encore moyen de se battre pour être celui qui le tuera ! Mais ce sont eux qui tiennent le fusil et apparemment l’argent via leur lobby très écouté en haut lieu! Et si l’intelligence et la morale menaient le monde ça se saurait !

Jean-Louis 02/02/2021 12:10

Votre commentaire, Jean, est plutôt confus et incompréhensible : qui désignez-vous implicitement ?

jean 01/02/2021 19:39

Mais pourquoi donne-t-on encore la parole à ces gens, la lie de la société !!! .Idée d'un certain parti politique en 1933.

jean 01/02/2021 17:28

les chasseurs placent d'autres canards, appelés "appelants", maintenus en captivité toute l'année, dans des cages "minuscules" selon l'activiste.Faux,en temps que naturaliste,très connaisseur des canards, il devrait savoir que les canards ont besoin d'eau pour tester imperméabilité de leur plumage,sinon ils se noient, ils sont dans des parcs avec partie eau et partie terre,et certainement pas dans des cages a longueur d’année,déformation de la vérité.Quant aux menaces ,les chasseurs en subissent aussi, voir celles du président national.

Anne 02/02/2021 18:12

D'ailleurs, Jean, regarder la vidéo : les canards sont bien maintenus dans des cages minuscules mais ... sur l'eau ce qui leur permet de 'tester l'imperméabilité de leur plumage". Ben oui, il ne faudrait pas qu'ils meurent, on ne pourraient plus en tuer !

Anne 02/02/2021 18:05

Vous pourrez noter, Jean, que tous les commentaires à votre propos restent corrects, ce qui est loin d'être le cas quand un chasseur discute avec un non-chasseur qui lui demande pourquoi il aime tant tuer.

Françoise 01/02/2021 14:43

Rien ne change. Les arguments en faveur de la chasse sont toujours aussi effroyables. Et le président voit des "attaques", donc des arguments injustifiés, là où nous ne voyons que des informations utiles au rétablissement d'un équilibre détruit depuis longtemps.

Anne 01/02/2021 13:52

Pouvoir des lobbies : curieux il y a quelques jours juste avant le vote de la loi interdisant la vente de Chiens et chats dans les jardineries, TF1 diffusait dans son journal un reportage montrant l’implication des vendeurs pour expliquer comment s’occuper de l’animal. Ce midi on nous montre comment ces braves chasseurs luttent pour protéger les vignes. Pas un mot sur le nourrissage des sangliers et les lâchers de cochons-sangliers ( plus au goût des chasseurs) et d’ailleurs le vigneron explique qu’il a dû mettre des clotures électriques pour protéger ses vignes....