Journal du Couvre-feu/J.39 ‘’Accident de chasse’’ (Suite)

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Histoire de me contredire sans doute (voir publication précédente) le procureur de la République du Lot durcit le ton en matière d’accident de chasse : "Ma politique pénale en matière de chasse sera une politique de tolérance zéro" a annoncé le procureur de la République du Lot, Frédéric Almendros, au cours d’une réunion ce lundi 11 janvier. Suite aux nombreux accidents de chasse "on ne peut se contenter d’alternatives aux poursuites".

Ce lundi 11 janvier, dans le Lot, le procureur de la République, Frédéric Almendros, a réuni la Direction départementale de la sécurité publique(DDSP), l’Office française de biodiversité et la Fédération de chasse du Lot. Le nombre d’accidents de chasse a doublé en un an et face aux comportements de certains chasseurs, le procureur a fait part de sa politique pénale "tolérance zéro"en la matière. Bien sûr, le drame de Calvignac où Morgan Keane a été tué accidentellement par un chasseur est dans tous les esprits. Mais cette affaire ne constitue pas le seul élément déclencheur de cette "politique pénale tolérance zéro", a précisé le procureur.

"Certains chasseurs n’ont pas réellement conscience qu’ils ont entre les mains une arme de portée létale à plusieurs centaines de mètres. Je ne veux pas faire de généralité mais à plusieurs reprises les forces de gendarmerie m’ont rapporté tout au long de l’année des comportements dangereux de certains chasseurs. On ne peut plus se contenter aujourd’hui d’alternatives judiciaires aux poursuites en cas d’accidents de chasse".

"Tolérance zéro"

Le procureur de la République, Frédéric Almendros, a expliqué à ses interlocuteurs qu’en cas d’infraction il y aura des réponses pénales systématiques avec renvoi devant la juridiction de jugement. Avec notamment "des réquisitions de suspension de permis de chasse ou d’annulation de permis et éventuellement une confiscation des armes et de saisie conservatoire de véhicules".

Accidents de chasse : des chiffres qui inquiètent

Les accidents de chasse mortels restent relativement rares mais les entorses aux règles de sécurité sont en très forte hausse. Les gendarmes sont intervenus dans une quarantaine d’affaires l’an dernier, c’est deux fois plus qu’en 2019.

"Ces chiffres nous inquiètent", explique le procureur de la République. Et la réponse judiciaire se durcit : "aujourd’hui, j’ai demandé à ce que les enquêtes soient encore plus approfondies. Il faut que nous ayons dans la procédure, un compte rendu du comportement de la personne lorsqu’elle est interpellée et comment elle a réagi au contrôle. Mais il faut également vérifier, les carnets de battues, les instructions données, analyser la responsabilité des chefs de lignes, des piqueurs, des directeurs de battues et nous monterons en grade en fonction des responsabilités. Nous verrons si seul le chasseur doit être poursuivi ou si sa responsabilité pénale n’est pas forcément mise en cause lors d’un accident et chercher d’autres responsabilités".

Respect des règles de sécurité

"Une arme ce n’est pas quelque chose de neutre". Le procureur de la République insiste sur le fait que ces chasseurs doivent toujours l'avoir à l’esprit "sans en avoir peur, il faut qu'ils sachent que la loi veille et que l’on doit rendre des comptes à la loi si l’on n’a pas respecté la règlementation". Pour le procureur la Fédération de chasse peut être un bon relais de cette politique pénale.

Formations

Le président de la Fédération de chasse du Lot, André Manié, reconnait que certains chasseurs ont des comportements dangereux et s’engage à mettre un frein à ces infractions. "1 à 2% des chasseurs devraient faire des choses qu’ils ne font pas mais ce n’est pas pour autant qu’il faut mettre tous les chasseurs dans le même panier. Aujourd’hui, tous ces anti-chasses, tous ces bobos qui arrivent dès qu’ils voient un gilet jaune ça les excite et ils leurs courent après".

La Fédération de la chasse va mettre en place des formations qui visent à rappeler des mesures de sécurité et à s’assurer aux capacités du porteur de permis à les appliquer. Les manquements sont le plus souvent relevés chez les jeunes chasseurs et chez les plus âgés. "Ce mois de janvier, la Fédération va mettre en place la formation des 7 000 chasseurs sur les 10 ans à venir, Tous les chasseurs seront obligé de passer au moins une journée en formation. Si dans les 10 ans, ils n’ont effectué cette formation on ne leur délivrera plus le permis de chasse", rajoute le président de la Fédération de la chasse du Lot. Cette formation portera essentiellement sur les mesures de sécurité…

France3 Occitanie (12.01.2021)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
M
Un procureur qui a pris de bonnes résolutions espérons qu'elles seront suivies d'effet sur le terrain et qu'elles feront école. Mais il faut se rappeler que beaucoup de magistrats sont eux même chasseurs d'où leur indulgence pour les nombreuses infractions de chasse. Il faudrait déjà pour commencer que le permis de chasse comporte une épreuve de pratique sur le terrain éliminatoire en cas de non respect des règles et pas qu'un peu de théorie. Ensuite tous les chasseurs devraient repasser ces épreuves toutes les x années.

En Allemagne ou en Suisse la formation d'un jeune chasseur dure 2 à 3 ans sanctionnée par un examen très difficile avec épreuve de tir et maniement d'arme, 90 % des chasseurs français seraient incapables d'en réussir les épreuves. C'est la différence entre un chasseur formé et les tartarins de nos campagnes. Je précise que j'ai mon permis de chasse bien que je ne chasse pas.
Répondre
H
Je ne supporte plus le terme "anti-chasse" qui veut faire croire que si on est contre, c'est parce qu'on ne connait pas la chasse et qu'on est un bobo-écolo des villes ignorant et idéaliste.
Je propose de ne plus utiliser cette expression et de parler plutôt de '"respectueux de la vie".
Etre "respectueux de la vie" (sous toutes ses formes), c'est être contre le fait de tuer pour le plaisir.
Répondre
Z
Oui, merci à monsieur Almendros . Et basta la Chasse: interdiction!
Répondre
A
Entre les jeunes "excités" qui tirent et regardent après et les vieux qui n'ont plus de réflexes, effectivement si il faut attendre 10 ans pour que tout ce petit monde fasse cette formation... De plus cette formation sera sans doute dispensée par des chasseurs... qui expliqueront peut être davantage comment se justifier en cas d'accident plutôt que comment éviter l'accident. Il est loin le temps où mon vieil oncle chasseur ne tirait guère plus de quelques cartouches par an, avec un fusil sans ces lunettes qui les font ressembler à des armes de guerre. Il était plutôt dans le genre de la chanson de Delpeche (vous savez : par dessus les toits - soudain j'ai vu - passer les oies sauva-ages). De plus son chien n'était pas enfermé dans un chenil et mal nourri pendant la saison sans chasse mais était le chien de compagnie de la maison. Les temps changent... Souhaitons qu'ils continuent de changer mais pour aller vers l'arrêt de la chasse.
Répondre
A
Oui, comme le dit Jean Louis, "merci et bon courage" à Monsieur Frédéric Almendros.
Et qu'il fasse des émules auprès de ses collègues de la justice !
Répondre
F
Tant qu'on parlera de former des chasseurs, on incitera à tuer, on formera des tueurs et tous les efforts faits par les anti-chasse seront vains. La seule solution doit être plus radicale : interdire le loisir qu'on appelle la chasse.
Répondre
D
Aussi longtemps que des hommes (et femmes) auront des armes dans la main, ils se prendront pour des êtres dominants. L'évolution humaine est en cours !
Répondre
J
Comme je le soulignais en préambule, cette information contredit la complaisance de certains magistrats qui seraient davantage portés à la clémence et à laisser les chasseurs continuer à exercer leur "loisir" pervers envers et contre tout ! Frédéric Almendros, le procureur du Lot prévient quant à lui que ce sera "tolérance zéro" pour ce qui est des bavures et autres "accidents" de chasse ! On applaudit et on se remet à espérer qu'un "autre monde" est possible !
La réponse de la fédération des chasseurs est, en revanche, ridicule : une journée de formation tous les dix ans ! A ce rythme, les fusillots du coin ont encore de beaux jours devant eux pour assouvir leur soif de tirer sur tout ce qui bouge... Voilà qui devrait promettre encore quelques "belles" erreurs de jugement de leur part !
En attendant "Merci" et surtout "bon courage" à Monsieur Frédéric Almendros !
Répondre
C
Tu as tout dit et tu as parfaitement raison! Bises et belle fin de semaine à vous deux.
D
une journée de formation tous les dix ans, voilà le grand remède aux problèmes de sécurité...
Répondre