Elevage abandonné…

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Des dizaines de cochons ont été retrouvés morts pétrifiés dans une porcherie des Côtes-d’Armor près de Saint-Brieuc. Les équipements des salles de maternité ont été démontés, l’élevage a été fermé et les cochons abandonnés à leur sort

Les restes d’animaux morts quasiment momifiés… Photo : L214

Les cochons sont-ils morts de faim, de soif ou asphyxiés par manque de ventilation ? Une enquête devra le déterminer. En tout état de cause, ils sont morts par manque de soins, ce qui caractérise le délit d’abandon, passible de deux ans d’emprisonnement et de 30 000 euros d’amende.

L’éleveur possède une autre porcherie toujours en fonctionnement, sur la même commune que l’élevage abandonné. Il est adhérent au groupement Cooperl qui est censé accompagner les éleveurs « en cohérence avec les engagements du groupe visant à élever des animaux dans des conditions sanitaires optimales et garantir leur bien-être. »

Ni les services vétérinaires du département, ni la Cooperl n’ont été capables d’identifier les défaillances de l’éleveur et encore moins de pallier ses carences. Comment est-il possible de ne pas remarquer que l'éleveur ne livre plus de cochons à l’abattoir en provenance de cet élevage ? Comment le vétérinaire chargé du suivi de l’élevage au nom du groupement a-t-il pu passer à côté de la situation catastrophique de cet élevage ?

Ce mouroir, qui interroge la capacité de l’éleveur à gérer une exploitation, doit amener les autorités à intervenir d’urgence. (…) L214 porte plainte pour cruauté et abandon d’animaux auprès du procureur de Saint-Brieuc en s’appuyant sur l’article 521-1 du Code pénal : « Le fait, publiquement ou non, d'exercer des sévices graves, ou de nature sexuelle, ou de commettre un acte de cruauté envers un animal domestique, ou apprivoisé, ou tenu en captivité, est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30 000 euros d'amende. Est également puni des mêmes peines l'abandon d'un animal domestique, apprivoisé ou tenu en captivité, à l'exception des animaux destinés au repeuplement. »

L214 demande également à ce que l’éleveur ne puisse plus détenir d’animaux ni exercer cette activité professionnelle, comme le prévoient les peines applicables au délit d’abandon de l’article 521-1, afin qu’une telle situation ne puisse plus se reproduire. Une pétition en ligne a été ouverte pour appuyer cette demande.

 

Vidéo : Élevage laissé à l’abandon, tous les cochons sont retrouvés morts (1 :53)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Anne 29/01/2021 23:05

Et puisque j’ai cherché des citations je vous livre celle-ci :
"On peut juger de la grandeur d'une nation et ses progrès moraux par la façon dont elle traite les animaux. » Gandhi.

Anne 29/01/2021 22:36

Lamartine a dit : «  On n'a pas deux coeurs, un pour les animaux et un pour les humains. On a un coeur ou on n'en a pas. »

Françoise 29/01/2021 19:30

Horrible ! Immonde ! Comment un être dit humain peut-il ne pas se rendre compte de sa propre inhumanité ?! Il faut croire que son cerveau et son cœur sont déjà dans le même état que ces pauvres cochons. Ou alors il est dans le déni, il regarde ailleurs, il évite de regarder les drames qu'il génère. Il me fait penser à ces SS qui étaient soi-disant de bons catholiques et de bons pères de famille...

Nad 29/01/2021 19:29

C'est ignoble

dom 29/01/2021 18:51

une exception, mais sans doute parmi bien d'autres faute de savoir...
j'ai connu un élevage ovin mouroir près de chez moi. Les services vétérinaires sont bien venus une fois pour faire la leçon, mais rien n'a changé durant sept ans... animaux pourrissant vivants, cadavres partout à longueur d'années, onglons jamais taillés, agneaux se déplaçant avec les intestins traînant derrière au sol, animaux à l'agonie ici et là (d'autant que les éleveurs n'ont jamais posé de clôtures)... Il a fallu une crise du foin une année et l'approche de la retraite, pour que le cheptel (du moins ce qu'il restait) soit vendu, mettant fin au calvaire. Mais tout cela a duré sans de réelle intervention des services responsables du suivi des éleveurs... Donc le souci des animaux, au-delà du slogan "bien-être animal" affiché par le milieu agricole et ceux devant les suivre, je n'y crois pas réellement. Ce triste exemple de ces cochons ne fait que renforcer mon opinion.

Béa kimcat 29/01/2021 18:41

C'est ignoble !!!!!!!!

Mario 29/01/2021 17:17

Comme toujours en France les agriculteurs et les chasseurs c'est sacré ! Ils peuvent faire ce qu'ils veulent on leur trouve toujours des excuses et les services du gvt sont priés de s'occuper d'autre chose.

Anne 29/01/2021 16:33

Merci Jean-Louis de relayer cette pétition ( que j’ai déjà signée) . Que l’on soit végétarien ou non il faut soutenir L214 qui agit avec ténacité jusqu’à obtenir des résultats contre la maltraitante des animaux d’élevage.

Zoé 29/01/2021 15:29

Pas de mots! Et cela ne rentre pas dans la loi sur la maltraitance !
Merci à L 214.

danièle 29/01/2021 14:04

Les responsables ? à tous les niveaux ... QUE DU LOBBYING ... MERCI à L214 de continuer à alerter !
QUELLE HONTE la France pays des droits humains et animaux ? Je les plains.

Jean-Louis 29/01/2021 13:10

Il n’y a pas très longtemps (c’était en décembre dernier), L214 avait révélé des images d’un élevage de l’Allier produisant du porc pour Herta ! Très rapidement, la Préfecture de ce département avait réagi et dépêché des contrôleurs sur place ! Curieusement, ce contrôle a abouti à la conclusion suivante à savoir ‘’la bonne tenue de l’élevage et à l’absence de non-conformité majeure’’ ! Bref, L214 verrait le mal là où il n’est pas… Dans ce cas, l’association mentirait et pourrait être passible de poursuites pour diffamation ! Or des poursuites, il n’y en a pas eu : j’en déduis donc que les standards de conformité varient selon que l’on soit protecteur des animaux ou service de l’Etat !
Dans le cas de cette porcherie où les animaux sont de toute évidence morts de faim, de soif et de manque de soins, les services vétérinaires vont-ils aussi arguer ‘’la bonne tenue de l’élevage’’ ?

Dominique 29/01/2021 13:03

On touche le summum de l’immonde. Comment faire pour obliger le maire à interdire le nouvel «élevage »? Par L214 peut-être . Plus rapide : écrire au préfet ?

Michel 29/01/2021 12:44

Animaux abandonnés lâchement à leur sort, et pourtant l'éleveur exerce encore une activité d'élevage dans la même commune
Que fait la police ???!!!