Cadavres de sangliers, trophées, chiens qui dévorent le gibier... ces battues qui choquent !

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Dans un village de l'Aude où la chasse est une tradition locale, des voix dissidentes dénoncent des pratiques "médiévales". L'élu de la commune, lui-même chasseur, défend quant à lui une "chasse dans les règles"…

Après une battue aux sangliers à Saint-Martin-des-Puits, dans l’Aude. Photo : capture Facebook.

 

"Ah, la chasse ! C’est sensible ici…" A Saint-Martin-des-Puits, micro village de chasseurs de 33 âmes, à 30 km au sud de Lézignan-Corbières, dans l’Aude, on ne cache pas son malaise.

La chasse, c’est trois fois par semaine, mercredi, samedi et dimanche. Mais loin de condamner ouvertement la pratique, certains riverains pointent des désagréments quotidiens, aboiements de chiens tôt le matin notamment, sans toutefois oser s’indigner ouvertement contre la chasse aux sangliers, véritable tradition locale fortement ancrée dans les Corbières.

Ici, 11 des 33 habitants de Saint-Martin-des-Puits sont de ‘’vrais’’ chasseurs. Élu maire en 2020, Henri Rivière, 37 ans, est lui-même issu d’une longue lignée de traqueurs de gibiers. Il est également président de l’association communale et intercommunale de chasse (ACCA et AICA), regroupant Saint-Martin-des-Puits, Caunettes-en-Val et Saint-Pierre-des-Champs.

"Je ne savais pas encore marcher que l’on m’emmenait déjà sur des battues", se souvient l’élu qui a succédé à sa mère après six mandats passés à la tête de cette paisible commune. Une passion transmise de génération à génération. Et un village sous la houlette des Rivière depuis plusieurs décennies. Trois membres de la famille font aujourd’hui partie du conseil...

Frédéric Abéla/La Dépêche du Midi (24.01.2021)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
Honteux !!!!!!!
Répondre
M
C'est tellement dégue... Innommable, quelle honte !
Répondre
H
Je me suis empressé de regarder sur Google Map oú se situe ce charmant petit village de Saint-Martin-des-Puits pour .... ne jamais y mettre les pieds.
Répondre
C
Des petits village de ce genre, je présume qu'il y en a beaucoup et que, comme pour Saint-Martin-des-Puits, il ne fait pas forcément bon y vivre quand on ne partage ni les opinions, ni les "traditions" de ce que je nommerais quant à moi la "clique Rivière"... Dommage que ces gens ne savent pas passer le temps autrement qu'en "s'amusant" à détruire des animaux : comme quoi, l'évolution n'est pas la même partout et, en l'occurrence, les "chasseurs (mais pas) cueilleurs" sont loin d'être une espèce disparue ! Hier, mon café était un de ces petits bonheurs chers et fort appréciés avec la belle vidéo de Guillaume François. Ce matin, en revanche, il a un goût amer...
Répondre
J
Mafia familiale !
Répondre
F
Je confirme que les alentours de certains villages de l'Aude sont de vrais terrains de chasse. C'est du moins ce que nous avons découvert au printemps 2018. L'une de nos randonnées m'a inspiré un poème dans lequel j'évoque les magnifiques paysages de l'Aude. Mais comme il fallait s'y attendre, le poème se termine mal :
"Mais sous le ciel trop bleu, l'œil épie et s'inquiète
(.../...)
De l'invasion plastique de cartouches vidées,
Rouges comme le sang des oiseaux que l'on tue,
Jaunes comme poisons qu'on a trop respirés,
Vertes aussi, et bleues... Epouvantable vue ! "

J'aurais préféré que la dernière strophe soit un peu plus optimiste, mais il faut croire que ce n'était pas possible. Et l'article ci-dessus me confirme que cela ne s'est pas amélioré depuis.
Répondre
J
C'est joli Françoise malgré la "chute"...
J'ai toujours rêvé d'un tout petit village où tous les habitants seraient amis, proches, solidaires et naturellement respectueux du vivant : il faut croire que c'est encore une de mes "utopies" et que cela n'existe définitivement pas !
Z
Monstrueux!
Répondre
D
« Ici, 11 des 33 habitants de Saint-Martin-des-Puits sont de ‘’vrais’’ chasseurs. »
- vision optimiste: cela représente quand-même 2 habitants sur 3 qui ne chassent pas ...
- vision pessimiste: ce sont aussi des chasseurs mais pas des "vrais" ...
Quel sens faut-il alors attribuer à l'expression "vrai chasseur", moi qui pensais que l'on était chasseur ou qu'on ne l'était pas je découvre une fois de plus rien n'est jamais simple !

« Henri Rivière, 37 ans, est lui-même issu d’une longue lignée de traqueurs de gibiers. » me voilà rassuré, cet élu n'a pas été élu par hasard !
« "Je ne savais pas encore marcher que l’on m’emmenait déjà sur des battues", se souvient l’élu… »
Combien parmi-vous se souviennent de l’époque de leur vie où ils ne savaient pas encore marcher ?
Que les menteurs lèvent le doigt !

« Élu qui a succédé à sa mère après six mandats passés à la tête de cette paisible commune.
Un village sous la houlette des Rivière depuis plusieurs décennies. »
Après 6 mandats on n'administre plus une Mairie mais on fait tourner un club familial... la RIVIÈRE HUNTING CORPORATION
Puis pour changer un peu on reprend du "Rivière" (Henri n'a que 37 ans) pour un bon demi-siècle.
Je connais des sangliers à qui le temps va paraitre long à moins que dans leur grande mansuétude
les "vrais chasseurs" dans le seul but d'abréger leur ennui ne les achèvent sans tarder.

Vive la chasse, vive la tradition, vive le changement dans la continuité !
Répondre
J
Merci Denis pour cette analyse pertinente ! Bien vu aussi pour la "Rivière Hunting Corporation"... J'imagine qu'à Saint-Martin-des-Puits, si tu n'es pas du côté du maire, tu es fatalement contre lui et, de ce fait, mis au ban de la communauté ! Ambiance...
J
Pardi, je crois que j'aurais au moins onze ennemis si j'habitais dans ce village ! Au moins car, s’ils sont onze à chasser, il y a aussi leurs familles complices... Au final, il ne doit pas rester pas grand-monde et on peut comprendre que ceux qui souhaiteraient dénoncer les tueries en questions aient peur de le faire à visage découvert... C‘est humain, cependant, comme tout le monde se connaît dans le petit village, le ou les récalcitrants doivent être aisément identifiables... De là à ce qu’on les confondent avec un sanglier…
Répondre