185 grues cendrées, espèce protégée en Ukraine, sont mortes dans la réserve d'Askania Nova

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La police ukrainienne a annoncé le 11 janvier 2021 enquêter sur la mort mystérieuse de 185 grues cendrées, espèce protégée en Ukraine, dans une vaste réserve naturelle dans le sud du pays…

Selon une des thèses étudiées par les enquêteurs, les oiseaux auraient pu manger des graines empoisonnées éparpillées sur des champs avoisinant la réserve d'Askania Nova pour lutter contre les rongeurs, précise le communiqué… Photo : © Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)

Selon une des thèses étudiées par les enquêteurs, les oiseaux auraient pu manger des graines empoisonnées éparpillées sur des champs avoisinant la réserve d'Askania Nova pour lutter contre les rongeurs, précise le communiqué… Photo : © Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)

Un empoisonnement soupçonné

"Selon le directeur de la réserve, environ 185 grues cendrées y sont mortes en une semaine", a indiqué la police de la région de Kherson dans un communiqué. Selon une des thèses étudiées par les enquêteurs, les oiseaux auraient pu manger des graines empoisonnées éparpillées sur des champs avoisinant la réserve d'Askania Nova pour lutter contre les rongeurs, précise le communiqué. Des analyses sont effectuées pour établir la cause exacte de leur mort, selon la police qui a ouvert une enquête pour "pollution des terres". L'administration de la réserve a dans un premier temps soupçonné que les grues, dont certaines crachaient du sang, étaient malades de la grippe aviaire, mais les premiers tests ont infirmé cette hypothèse, selon des médias ukrainiens.

La plus vielle réserve steppique du monde

Située aux portes de la Crimée, péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014 et à quelques dizaines de kilomètres de la mer Noire et de la mer d'Azov, Askania Nova, qui s'étend sur 33.000 hectares, est la plus vielle réserve steppique du monde et conserve les dernières steppes vierges de l'Europe. Fondée à la fin du 19e siècle par un descendant de colons allemands, Friedrich Falz Fein, elle abrite plus de 500 espèces de plantes et plus de 3.000 espèces d'animaux.

Sciences et Avenir (12.01.2021)

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
Z
Quelle tristesse!
Répondre
C
Aïe ! Pas cool : les empoisonneurs de tous poils n'ont hélas pas dits leur dernier mot !
Le respect du vivant, quel qu'il soit, ce n'est pas pour demain avec de telles mentalités...
Répondre
C
C'est triste cet événement! Ouf!
Répondre
B
Quel désastre !
Cette mauvaise nouvelle me désole au plus haut point...
Répondre
D
L'homme vit dans l'EGO, il se croit indispensable et au-dessus de tout. L'utilisation de la Chimie dans les sols en est la triste conséquence. L'homme écologique est celui qui - au milieu et, non au-dessus du Vivant- respecte tous les règnes : minéral, végétal, animal, humain. Il ne pourra pas y avoir d'équilibre et d'harmonie tant que l'homme ne respectera pas les autres règnes venus sur terre tout comme lui !
Répondre
G
Bien d"accord avec vous ... la nature se régule sans le recours de l"homme TOUS les règnes sont å respecter pour trouver l"equilibre et l"harmonie ..... vive "la belle verte" de Coline Serreau ....
J
Triste mais évitons de conclure avant de connaître les résultats des enquêtes.
Répondre
G
Ce genre d'incident ne devrait plus se produise si on laissait la nature s'autoreguler. Les rapaces , renards et autres prédateurs ayant subits le feu des fusils, les cultivateurs ont recours à la chimie pour protéger les céréales avec toutes les dérives qui en résultent
Répondre