Sept idées reçues sur le loup

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Dangereux, cruel ou encore réintroduit par les écolos, les préjugés sur le loup sont coriaces. Décryptage dans la Minute Nature de Julien Perrot…

Image extraite de la Minute Nature n°224 (Cliquez pour agrandir)

Image extraite de la Minute Nature n°224 (Cliquez pour agrandir)

Rendez-vous en montagne, au cœur du territoire de la première meute de loup du Jura suisse. Objectif de l'affût : entendre les loups hurler. Finalement, seule la mystérieuse chouette de Tengmalm a chanté cette nuit. Profitons de ce moment de calme en pleine nature pour déconstruire quelques prénotions trop souvent attribuées au canidé sauvage.

1. Le loup est dangereux pour les humains

Faux ! Le mythe du chaperon rouge est encore vivace. A notre époque, il n'y a aucune preuve d'attaque de loup sur l'homme. Cette image vient sans doute d'anciens charniers issus de batailles qui ont pu donner goût pour la chair humaine à certains loups. La rage rendant les animaux agressifs a aussi pu participer à ce mythe. En vérité, la plupart des histoires de loups attaquant des enfants, comme la fameuse bête du Gévaudan sont à attribuer à des chiens ou même parfois à des criminels.

2. Le loup a été réintroduit par l'Homme

Faux ! Les premiers loups qui sont arrivés en France en 1992 sont venus naturellement d'Italie pour recoloniser leurs anciens territoires. Ils sont petit à petit revenus dans toutes les Alpes et sont arrivés en 1995 en Suisse. Tout cela est prouvé génétiquement. Ces loups italiens ont rejoint une autre souche de loup de Pologne et d'Allemagne de l'est et ces deux populations ont fait jonction.

3. Le loup a besoin de grands espaces sauvages

Faux ! Ce mammifère est extrêmement adaptable. Cela fait par exemple longtemps qu'on en trouve dans la banlieue de Rome. Tant qu'il trouve gîte et couvert dans un secteur, le prédateur peut s'y établir. On a associé le canidé à la montagne car elle a été son dernier refuge quand il était pourchassé. Pour preuve, le loup colonise de grandes plaines en France et est même arrivé en Normandie.

4. Le loup est incompatible avec les troupeaux

Faux ! L'arrivée du canidé présente un gros défi pour les bergers et les agriculteurs. Ils ont besoin de soutien pour mettre en place des mesures de protection dont l'efficacité a fait ses preuves. La meilleure chose à faire et d'apprendre au loup à fuir les troupeaux. Cela prend du temps, mais c'est possible. Dans beaucoup de pays où ce savoir-faire n'a pas été perdu, la cohabitation avec le loup est possible.

5. Le loup est cruel

Faux ! Un animal n'est ni méchant ni gentil, il fait sa vie. Il arrive que des loups attaquent un troupeau de moutons et tuent cinq à vingt bêtes à la chaîne. Les éthologues appellent cela ‘’overkilling’’. Ce comportement extrême n'a lieu que devant des rassemblements de proies, les grands troupeaux, qui ne sont pas naturels.

6. Le loup extermine les ongulés sauvages

Faux ! Le loup s'en nourrit, mais ne va jamais les faire disparaitre. L'arrivée du canidé change simplement l'équilibre proies-prédateurs. Les chevreuils, cerfs et autres chamois fuient le loup et se dispersent mais ne disparaissent pas. C'est le nombre de proies qui détermine le nombre de prédateurs, et pas l'inverse !

7. Le problème posé par le loup se résout avec le fusil

Faux ! Beaucoup d'études montrent que les tirs de loup désorganisent les meutes et les dispersent, augmentant ainsi les dégâts faits aux troupeaux. Il vaut mieux les effaroucher pour leur apprendre à éviter les troupeaux, un comportement qui se transmettra à la meute dans le temps.

Continuez la lecture avec le dossier complet de la Salamandre sur le loup.

Julien Perrot

Vidéo : 7 idées reçues sur le loup (La Minute Nature n°224) 7 :17

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
S
Le LOUP mon animal fétiche !! j'en ai même fait éditer un album ! Quelle souffrance chaque fois qu'on en abat un..Et combien de temps leur faudra t-il encore pour le comprendre au lieu de vouloir l'éradiquer ?? La cohabitation marche très bien dans les pays de l'Est et ailleurs, j'ai honte pour mon pays !
Répondre
B
Super !
Répondre
C
C'est vraiment intéressant! Bises et bonne veille de Noël à vous deux!
Répondre
F
Merci pour cette mise au point claire et argumentée.
Répondre
Z
Voilà un argumentaire clair mais comme tu dis , les anti loups sont au pouvoir et comme ils sont aussi pro chasse , pauvre loup est loin d'être sorti de cette volonté de le zigouiller!
Répondre
C
Brave loup qui, malgré tout ce qu'on lui fait subir, continue sa (re)conquête de l'espace ! J'ignore comment tout cela finira mais j'ai comme un mauvais pressentiment pour le carnivore !<br /> J'espère bien sûr me tromper car, outre tous ceux qui veulent la peau du loup, il y a aussi ceux qui se battent pour le protéger et pour éduquer leurs semblables ! Julien le fait avec brio ainsi que ce blog qui évoque souvent Canis Lupus ...
Répondre
D
Une mise au point juste claire et nette ; il faudrait la placarder dans toutes les communes !
Répondre
J
Je suis fan de "minute nature". Merci du partage et de cette excellente ouverture vers la nature.
Répondre
J
Concis ! <br /> Pédagogique !<br /> Une petite leçon de sciences naturelles parfaite...<br /> Quand on cessera de raconter des histoires aux enfants où le loup est la plupart du temps représenté comme le "grand méchant", ça commencera à évoluer ! <br /> En revanche pour, convaincre les anti-loups -dont les responsables politiques- de baisser les armes, ce sera nettement plus compliqué...
Répondre