Reconfinement Acte 2/J 41-Les Grues du Bischwald

Publié le par Jean-Louis Schmitt

La Plaine du Bischwald est située au centre du département de la Moselle entre les communes de Saint-Avold et de Morhange, dans le bassin versant de la Nied du Bischwald. Le site est constitué d'un ensemble de milieux naturels remarquables protégés et gérés par le Conservatoire d’espaces naturels de Lorraine. Gérard Hequet, dont j’ai déjà eu le plaisir de vous présenter certaines de ses photos (voir ICI), souhaite aujourd’hui nous faire découvrir ce site exceptionnel ainsi que cet oiseau mythique qu’est la Grue cendrée et qui, depuis quelques années, passe la période hivernale dans le Bischwald…

L’étang du Bischwald. Photo : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)

L’étang du Bischwald. Photo : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)

C’est chaque année, pour moi, un ‘’grand’’ moment d’émotion : le passage de vols de Grues qui rejoignent leurs lieux d’hivernage ! 150 000 de ces beaux oiseaux passent la mauvaise saison en France dont environ un millier dans la plaine du Bischwald. Pour Gérard c’est également une période importante car, lui aussi est fasciné par la Grue cendrée : comment ne pas l’être d’ailleurs ? Le cri de l’oiseau, un ‘’krooh, krooh’’ particulièrement puissant puisqu’il peut porter jusqu’à 4 kilomètres, évoque à lui seul quantité d’images : en ce qui me concerne, c’est un passage du ‘’Peuple migrateur’’, magnifique film-documentaire de Jacques Perrin et Jacques Cluzaud…

Cris de la Grue cendrée

Une des caractéristiques de la Grue cendrée est son vol en formation, qui, en période migratoire, rassemble de grands groupes… Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)Une des caractéristiques de la Grue cendrée est son vol en formation, qui, en période migratoire, rassemble de grands groupes… Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)
Une des caractéristiques de la Grue cendrée est son vol en formation, qui, en période migratoire, rassemble de grands groupes… Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)

Une des caractéristiques de la Grue cendrée est son vol en formation, qui, en période migratoire, rassemble de grands groupes… Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)

Selon la mythologie grecque, la Grue cendrée aurait dévoilé plusieurs caractères de l’alphabet à Palamède : ‘’ Ce serait, dit-on en examinant les invariables dispositions du vol des grues, que ce judicieux observateur aurait imaginé les lettres V et Y’’ (Source : Oiseaux.net). En Grèce la Grue se nomme d’ailleurs ‘’l’Oiseau de Palamède’’ !

« Pendant cette période hivernale, quelques centaines de Grues viennent chaque soir au dortoir puis regagnent les champs au lever du soleil… » Gérard Hequet

La Moselle a le privilège d’accueillir environ 2 000 Grues chaque années dont environ 1000 sur la Plaine du Bischwald. En journée, les échassiers fréquentent différentes zones d’alimentation avant de revenir à leur dortoir dès la nuit tombée. Au Bischwald ce dortoir est souvent situé sur les prairies au sud de l’étang. Particulièrement farouches et sensibles au dérangement, il est donc essentiel de ne pas s’approcher des Grues pendant cette période.

Principalement végétarienne, les Grues cendrées glanent leur nourriture dans les champs et les prairies. Elles se nourrissent essentiellement de graines de graminées sauvages et de céréales, telles que le blé, l'avoine, l'orge et le maïs, ainsi que de pousses tendres en pleine germination comme les légumineuses et les crucifères… Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)
Principalement végétarienne, les Grues cendrées glanent leur nourriture dans les champs et les prairies. Elles se nourrissent essentiellement de graines de graminées sauvages et de céréales, telles que le blé, l'avoine, l'orge et le maïs, ainsi que de pousses tendres en pleine germination comme les légumineuses et les crucifères… Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)Principalement végétarienne, les Grues cendrées glanent leur nourriture dans les champs et les prairies. Elles se nourrissent essentiellement de graines de graminées sauvages et de céréales, telles que le blé, l'avoine, l'orge et le maïs, ainsi que de pousses tendres en pleine germination comme les légumineuses et les crucifères… Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)
Principalement végétarienne, les Grues cendrées glanent leur nourriture dans les champs et les prairies. Elles se nourrissent essentiellement de graines de graminées sauvages et de céréales, telles que le blé, l'avoine, l'orge et le maïs, ainsi que de pousses tendres en pleine germination comme les légumineuses et les crucifères… Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)Principalement végétarienne, les Grues cendrées glanent leur nourriture dans les champs et les prairies. Elles se nourrissent essentiellement de graines de graminées sauvages et de céréales, telles que le blé, l'avoine, l'orge et le maïs, ainsi que de pousses tendres en pleine germination comme les légumineuses et les crucifères… Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)

Principalement végétarienne, les Grues cendrées glanent leur nourriture dans les champs et les prairies. Elles se nourrissent essentiellement de graines de graminées sauvages et de céréales, telles que le blé, l'avoine, l'orge et le maïs, ainsi que de pousses tendres en pleine germination comme les légumineuses et les crucifères… Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)

Le saviez-vous ?

Il y a 35 ans, la nuit du 15 au 16 novembre 1985 exactement, des dizaines de Grues cendrées en migration, sont prises dans un épais brouillard et se sont écrasées –pour certaines-, posées en catastrophes pour le plus grand nombre entre Ottange et Rumelange, de part et d’autre de la frontière franco-allemande ! L’ancien maire, passionné d’ornithologie, Georges Oblet raconte : « Il y en avait partout : sur le terrain de foot rue de Rumelange, sur la route… Un gars en avait dans son jardin. À Nondkeil, il y en avait pas mal aussi. Beaucoup s’étaient pris dans les câbles électriques ». Surpris par le brouillard, désorientés, des centaines d’oiseaux se sont crashés. D’autres se sont posés en catastrophe, en attendant d’y voir plus clair le matin venu. « Elles accrochaient les toitures, les antennes de télévision. À Volmerange, un oiseau est même passé par une fenêtre » (Source : Le Républicain Lorrain).

‘’Sur les sites d'hivernage, les principales menaces sur la Grue cendrée sont la modification des habitats, la chasse et les collisions contre les lignes électriques. L’extension des cultures, l'assèchement des zones humides et l'emploi massif de pesticides, contribuent pour une part non négligeable à la réduction des effectifs.’’ (Source : Futura-Sciences). Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)‘’Sur les sites d'hivernage, les principales menaces sur la Grue cendrée sont la modification des habitats, la chasse et les collisions contre les lignes électriques. L’extension des cultures, l'assèchement des zones humides et l'emploi massif de pesticides, contribuent pour une part non négligeable à la réduction des effectifs.’’ (Source : Futura-Sciences). Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)
‘’Sur les sites d'hivernage, les principales menaces sur la Grue cendrée sont la modification des habitats, la chasse et les collisions contre les lignes électriques. L’extension des cultures, l'assèchement des zones humides et l'emploi massif de pesticides, contribuent pour une part non négligeable à la réduction des effectifs.’’ (Source : Futura-Sciences). Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)

‘’Sur les sites d'hivernage, les principales menaces sur la Grue cendrée sont la modification des habitats, la chasse et les collisions contre les lignes électriques. L’extension des cultures, l'assèchement des zones humides et l'emploi massif de pesticides, contribuent pour une part non négligeable à la réduction des effectifs.’’ (Source : Futura-Sciences). Photos : Gérard Hequet (Cliquez pour agrandir)

Vidéo : Les grues cendrées de Pierre Schmitt - notre belle Nature (2.02)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

jazzy57 12/12/2020 15:17

Un tres bel article consacré à ces grues . Je n'avais pas entendu parler de ce crash particulier en 1985, je ne devais pas être encore abonnée au Républicain Lorrain.
Des que j'entends ce cri si caractéristique, je ne manque jamais de lever les yeux vers le ciel et de les voir passer lors de leurs migrations. Un régal quand elle passe à basse altitude de pouvoir les photographier .
Je viens aussi par le blog de Béa
Bonne journée

Jean-Louis 12/12/2020 18:36

Merci à vous et revenez également nous voir !

Santounette 11/12/2020 18:55

Je viens du blog de Béa qui a mis un lien vers votre article que je découvre. J'ai beaucoup aimé la vidéo qu'elle a partagé alors intriguée j'ai voulu en savoir plus.
C'est bien triste ce qui s'est passé il y a 35 ans.
Je ne pense pas avoir vu cet oiseau dans le Midi.
Bonne soirée

Jean-Louis 11/12/2020 19:28

Eh bien merci d'être passée Santounette et merci à Béatrice pour la "pub" : tout cela est très sympathique ! Au plaisir donc...

Claire 11/12/2020 10:12

J'adore cette page : c'est court mais l'essentiel -je pense- est dit !
Bravo pour les photos de Gérard : c'est super que vos amis partagent ainsi leurs clichés avec vous et, à vous de nous en faire profiter !

Jean-Louis 11/12/2020 10:16

Oui, je ne les en remercierai jamais assez alors, c'est chouette que vous me secondiez !
Merci pour votre fidélité !

marine D 11/12/2020 09:34

J'ai trouvé un des sites de la Réserve d'Arjuzanx que nous avions visités à l'époque.
http://www.reserve-arjuzanx.fr/fr/bienvenue.html

marine D 11/12/2020 09:28

Quel beau reportage ! Il leur en faut de la force pour affronter le froid, le brouillard, l'espace, l'inconnu
Merci. Dans les Landes il y a de grands rassemblements au lac d'Arjuzanx, aussi

Jean-Louis 11/12/2020 10:02

Merci à vous Marine : je vais aller voir ce site -grâce à votre lien- avec grand plaisir...
Et merci d'être passé ici ! Au plaisir de vous y retrouver !

Cléo 10/12/2020 02:12

C'est un superbe oiseau! Beau billet! Bises et belle journée à vous deux!

Cléo 11/12/2020 15:34

Ouï, il a neigé un peu er elle est restée au sol. Et chez vous?

Claire 11/12/2020 10:15

Merci à toi Cléo : l'hiver est-il arrivé au Québec ?

Jacky 09/12/2020 22:14

Article très intéressant. Les photos sont superbes.

Claire 11/12/2020 10:14

C'est un peu "redondant" mais, ô combien, encourageant pour le photographe : alors, ne l'en privons pas !

Coco de Schalk' 09/12/2020 20:01

C'est énorme et magnifique !!!!!!!

Jean-Louis 11/12/2020 10:10

Merci Coco : les Grues cendrées, tout un mythe... Magnifiques en effet !

Béa kimcat 09/12/2020 18:41

Je ne savais pas pour les lettes V et Y ! Et pour ce qui s'est passé il y a 35 ans, non plus...

Jean-Louis 11/12/2020 10:09

C'est le côté sympathique de mes nombreuses recherches quotidiennes : trouver des petites anecdotes ce rapporter au sujet du jour !

Béa kimcat 09/12/2020 18:39

Merci Jean-Louis pour ce magnifique article que je vais partager !
C'est du bonheur de les voir passer dans le ciel !
Je suis émerveillée à chaque fois. Elles sont passées au-dessus de Guéret le mois dernier.

Jean-Louis 11/12/2020 10:08

C'est toujours un plaisir aussi d'avoir de tes nouvelles Béatrice !

Paulette Lalande 09/12/2020 18:38

Je n'en ai jamais vues " en vrai' et je le regrette . Merci pour cet article .

Jean-Louis 11/12/2020 10:07

Ah oui, Paulette : en voir en "vrai" est un moment assez exaltant ! Je connais un site pas trop loin -mais tout de même hors du périmètre actuellement autorisé- : j'aimerai beaucoup y aller mais... mon état actuel ne me le permet pas :-(

Gerard 09/12/2020 18:21

Merci Jean-Louis pour ce bel article.Hier soir, juste avant notre réunion téléphonique LPO ,une trentaine de grues est passée au dessus de ma maison en direction du Sud-ouest. Quel plaisir de les entendre avant de les découvrir. L'étang du Bischwald étant en vidange actuellement, les grues y trouvent un magnifique refuge pour la nuit

Jean-Louis 11/12/2020 10:04

Encore merci à toi Gérard : j'espère d'autres suggestions de sujets de ta part en fonction des photos dont tu disposes bien sûr !

osswald pierre 09/12/2020 13:45

J'aime les grues quand elles nous survolent tard dans la saison au son de leurs cris mélancoliques, aussi quand elles se promènent désabusées en bas de soie et hauts talons sur les trottoirs mouillés.

Jean-Louis 11/12/2020 10:03

Sacré Pierre mais, au fond tu dis tout haut ce que nous sommes quelques-uns à penser tout bas !
Continues, on aime !

Zoé 09/12/2020 18:33

Lol!

Jean-Louis 09/12/2020 12:46

Photos superbes : merci beaucoup pour ce nouveau partage Gérard !
J'espère, de mon côté, pouvoir aller voir bientôt si les Grues cendrées sont également de retour du côté de l’Étang du Lindre...