La diversité biologique évoque le bonheur humain

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Les chercheurs ont constaté que davantage d'espèces d'oiseaux dans les environs augmentent la satisfaction des Européens au moins autant qu'une augmentation comparable de leurs revenus.

Merle noir ♂. Photo : Romano Da Costa (Cliquez pour agrandir)

Merle noir ♂. Photo : Romano Da Costa (Cliquez pour agrandir)

Dans les conditions actuelles de pandémie, les activités dans la nature sont un passe-temps populaire. Les effets bénéfiques de nature diverse sur la santé mentale des gens ont déjà été documentés par des études à plus petite échelle. Les scientifiques de la Senckenberg Gesellschaft für Naturforschung et de l'Université de Kiel ont examiné pour la première fois si une nature diversifiée augmente également le bien-être humain à l'échelle européenne.

À cette fin, les chercheurs ont utilisé les données de « l'enquête européenne sur la qualité de vie 2012 » pour étudier le lien entre la diversité des espèces dans leur environnement et la satisfaction à l'égard de la vie chez plus de 26 000 adultes de 26 pays européens. La diversité des espèces a été mesurée sur la base de la diversité des espèces aviaires, telle que documentée dans l'atlas européen des oiseaux nicheurs.

«Les Européens sont particulièrement satisfaits de leur vie si leur environnement immédiat héberge une grande diversité d'espèces», explique l'auteur principal de l'étude, Joel Methorst, du Centre de recherche sur la biodiversité et le climat de Senckenberg, l'iDiv et l'Université Goethe de Francfort, et il poursuit , «D'après nos résultats, les Européens les plus heureux sont ceux qui peuvent découvrir de nombreuses espèces d'oiseaux différentes dans leur vie quotidienne, ou qui vivent dans un environnement quasi naturel abritant de nombreuses espèces.»

Les oiseaux sont bien adaptés en tant qu'indicateurs de la diversité biologique, car ils font partie des éléments les plus visibles de la nature animée, en particulier dans les zones urbaines. De plus, leur chant peut souvent être entendu même si l'oiseau lui-même n'est pas visible, et la plupart des oiseaux sont populaires et les gens aiment les regarder. Mais il y a aussi un deuxième aspect qui affecte la satisfaction de vivre: l'environnement. Un nombre particulièrement élevé d'espèces d'oiseaux peut être trouvé dans les zones avec une forte proportion de paysages quasi naturels et diversifiés qui abritent de nombreux espaces verts et plans d'eau.

Chardonneret élégant. Photo : Romano Da Costa (Cliquez pour agrandir)

Chardonneret élégant. Photo : Romano Da Costa (Cliquez pour agrandir)

«Nous avons également examiné les données socio-économiques des personnes interrogées et, à notre grande surprise, nous avons constaté que la diversité aviaire est aussi importante pour leur satisfaction dans la vie que leur revenu», explique le professeur Katrin Böhning-Gaese, directeur du Centre de recherche sur la biodiversité et le climat de Senckenberg. Ce résultat devient particulièrement évident lorsque les deux valeurs augmentent de dix pour cent. Quatorze espèces d'oiseaux supplémentaires dans les environs augmentent le niveau de satisfaction à l'égard de la vie au moins jusqu'à 124 euros supplémentaires par mois dans le compte du ménage, sur la base d'un revenu moyen de 1 237 euros par mois en Europe.

Selon l'étude, une nature diversifiée joue donc un rôle important pour le bien-être humain dans toute l'Europe, même au-delà de ses services matériels. Dans le même temps, les chercheurs attirent l'attention sur les problèmes de santé imminents. « L'évaluation mondiale 2019 par le Conseil mondial de la biodiversité IPBES et l'étude des espèces aviaires dans les paysages agricoles en Europe montrent clairement que la diversité biologique connaît actuellement une baisse spectaculaire. Cela pose le risque que le bien-être humain souffre également d'une nature appauvrie. La conservation de la nature assure donc non seulement notre base matérielle de vie, mais elle constitue également un investissement dans le bien-être de nous tous », ajoute Methorst en conclusion.

Source : Birds on the Edge (11.12.2020)

Hirondelles rustiques. Photo : Mick Dryden (Cliquez pour agrandir)

Hirondelles rustiques. Photo : Mick Dryden (Cliquez pour agrandir)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Zoé 28/12/2020 21:30

Pfff! "Cela pose le risque que le bien-être humain souffre également d'une nature appauvrie. La conservation de la nature assure donc non seulement notre base matérielle de vie, mais elle constitue également un investissement dans le bien-être de nous tous » ben que voilà de belles portes ouvertes enfoncées!

Jpl 27/12/2020 09:33

Et voilà encore une belle preuve de notre addiction au fric, mesurer en euros le moral des gens n’aura d’intérêt que lorsque notre dépression nous sera remboursée par la sécu ? Peut-être mais sûrement pas!

Françoise 26/12/2020 21:04

Il vaudrait sans doute mieux comparer ce qui est comparable. Pourquoi inventer de telles questions alors qu'il y en a tant d'autres auxquelles personne n'a encore répondu ? !

Cléo 26/12/2020 16:45

Comme plusieurs, je crois qu'il n'y a pas besoin d'études pour en arriver à cette conclusion et cela s'applique partout! Par contre, certaines personnes sont indifférentes à ce qui les entoure... Bises et belle journée douce.

osswald pierre 26/12/2020 13:33

Contrairement à certains je considère que c'est une bonne idée de mettre le bonheur en équations. J'ai vérifié pas plus tard que ce matin, la conclusion est sans appel, j'ai quantité de mésanges autour de ma mangeoire et peu de zéros sur mon relevé de comptes. Indubitablement je suis heureux et bien content de faire partie des nantis. Avec quatorze espèces supplémentaires mon bonheur deviendrait insupportable.

Claire 26/12/2020 12:55

Voilà bien une lubie de chercheurs : faut-il donc absolument tout ramener à l'argent, source de tant de malheurs de très nombreux humains ?
En ce qui me concerne, lorsque j'entends des oiseaux, cela me rend heureuse, un point c'est tout ! Jamais je n'aurai imaginé qu'on puisse ''quantifier'' le bonheur en question...

JC 26/12/2020 12:21

Tout-à-fait d’accord avec Domi. Rapporter tout à l’argent n’a déjà pas grand sens mais le quantifier encore moins.

Jacky 26/12/2020 08:44

La remarque de Domi est très pertinente. L'être humain rapporte tout à l'argent, source de tous nos dérèglements.

Jean-Louis 26/12/2020 08:25

Voilà un sujet un tantinet plus léger pour ce 26 décembre (férié en Alsace-Moselle) !
Je ne suis pas aussi sûr que les les chercheurs de cette étude qu'un grand nombre de citoyens soient aussi heureux en entendant des oiseaux que s'ils percevaient une augmentation... Mais, bon, quelle importance ? Je sais que, personnellement, l'immersion dans la nature constitue une merveilleuse thérapie : quand j'en suis privé -comme c'est le cas actuellement- le moral chute sensiblement ! J'ai hâte d'y retourner pour inverser cette courbe... Vivement !

domi 26/12/2020 05:37

pour moi c'est vrai aussi pour les papillons, les plantes, mais je trouve que monnayer le niveau de satisfaction de façon précise est audacieux, voire dénué de sens