Journal du Couvre-feu/J.11 ‘’Pan, pan, pan, pan…’’

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Décidemment les traditions se perdent : pas même une petite trêve de Noël du côté des chasseurs… Qu’ils s’agissent des ‘’nôtres’’ bien franchouillards pourtant réputés y tenir (aux traditions lorsqu’elles les arrangent) ou à ceux des pays voisins, ils sont incorrigibles et feraient n’importe quoi pour se faire remarquer quitte à donner dans la surenchère ! Illustration avec cette tuerie gigantesque que le gouvernement portugais a fermement condamnée mardi ! Il s’agissait d’une ‘’partie de chasse’’ survenue la semaine dernière dans la région de Lisbonne, qualifiée par le susnommé gouvernement de "crime inacceptable" et qui a suscité l’indignation des partis politiques, des associations et des internautes…

"540 animaux avec 16 chasseurs au Portugal, un record au cours d’une super vènerie" d’après Marisa Matias sur Facebook, publication supprimée depuis…

En cause, une chasse qui s’est déroulée près de la commune d’Azambuja, à une soixantaine de kilomètres au nord de la capitale portugaise, dans la propriété fortifiée de Torre Bela, une enceinte dépassant les 1 000 hectares et parmi les plus grandes d’Europe.

Selon la publication de l’une des chasseuses participantes sur le réseau social Facebook, depuis supprimée face à l’ire des internautes, plusieurs centaines d’animaux, des sangliers et des cerfs, ont été abattus.

540 animaux abattus

Accompagnée d’un cliché montrant des dizaines de cadavres d’animaux alignés sur le sol, elle présentait la légende suivante : "540 animaux avec 16 chasseurs au Portugal, un record au cours d’une super vènerie".

« C’est un crime inacceptable, un acte de haine qui n’a rien à voir avec la chasse. » Joao Pedro Matos Fernandes, ministre portugais de l'Environnement

"L’Institut pour la conservation de la nature et des forêts (ICNF) va immédiatement révoquer l’autorisation de chasse de cette propriété et avec le travail d’enquête fait sur place, déposera une plainte auprès du parquet, car les organisateurs et les chasseurs participants devront être sanctionnés", a précisé le ministre de l'Environnement.

"L’Institut n’a pas été préalablement informé de la tenue de cet événement", a indiqué l’ICNF dans un communiqué. D’après l’hebdomadaire Expresso, cet événement a été organisé par l’entreprise espagnole Hunting Spain Portugal Monteros de La Cabra, spécialisée dans les parties de chasse au sein de la péninsule ibérique, et rassemblait 16 chasseurs espagnols pour l’occasion…

AFP (22.12.2020)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
D
Moi aussi Françoise ai toujours mes Lagarde et Michard
Répondre
D
Pardon à Jean-Louis si son blog sert très brièvement de boîte de correspondance; je réponds à Françoise, j'essaie de faire court !
Oui La mort du Loup était au programme au lycée, partout, pas seulement en Charente, à preuve il figurait dans l'incontournable "Lagarde et Michard" . Le texte de Lamartine non, nous l'avons tous découvert tardivement je pense. La mort du Loup c'est très loin pour moi mais je me rappelle bien avoir été émue alors qu'en fait, comme vous le dites fort bien, il s'agissait plutôt de ramener par cette envolée lyrique à la condition de l' Homme face à la mort . Pas du tout un plaidoyer contre la barbarie qu'est la chasse comme chez Lamartine.
Répondre
F
Merci Dominique d'avoir répondu à ma question et confirmé mon impression sur la place réservée à ces textes dans l'enseignement. Ah... les Lagarde et Michard, je les ai tous gardés. Je n'ai pas pu m'en séparer.
J
Nous avons ici une évidence de loisir tueur, certainement pas pour manger et encore moins pour réguler ou même, car ils en sont capables, de se poser en protecteurs de la faune; destiné à assouvir leur rage de tuer, leur instinct meurtrier remontant du fin fond des âges et bien obsolète maintenant, leur soif de sang et de contemplation de cadavres avec la couverture de la tradition qui les pose en héros. Tristes héros, tristes sires et sinistres pauvres en neurones qui ne voient que la cartouche, le canon et le pinard dans leurs actions délétères.
Répondre
J
De plus, c’est en Espagne que des chasseurs dressent des chiens pour la chasse, chiens qu’ils attachent à un arbres lorsqu’ils sont devenus trop vieux et ne peuvent plus ramener de gibier. Alors ils les laissent crever de faim, de soif et de sévices physiques pour ne pas avoir à les nourrir … voilà les héros chasseurs, les hommes de pacotille qui ne peuvent évoluer autrement que dans la barbarie pour cacher leurs troubles mentaux!
F
Pas de souci, Dominique, merci encore. J'ai lu ce très beau texte de Lamartine et l'un de mes objectifs était aussi de vérifier s'il me rappelait des souvenirs de collège ou de lycée. Or je n'ai pas l'impression de l'avoir déjà lu ou étudié et si ce fut le cas, il n'a pas dû faire l'objet d'une longue étude. Par contre, je me souviens fort bien d'avoir souvent entendu parler, et longuement, de La Mort du Loup de Vigny, et même de l'avoir étudié en récitation, comme beaucoup d'élèves sans doute. Il me semble que la raison de ce choix par les enseignants et les concepteurs des programmes et des manuels scolaires est la suivante : il valait mieux commenter la haute valeur du stoïcisme devant la mort, le parallèle entre celle du loup et celle des humains : "Puis après, comme moi, souffre et meurs sans parler", écrivait Vigny, que présenter la mort de ce pauvre chevreuil à toute une classe d'adolescents. A moins, et c'est là aussi que je voulais en venir, qu'on nous ait rebattu les oreilles avec La Mort du Loup parce que Vigny était charentais et que tout cela se passait en Charente. D'où ma question : si vous habitez dans un autre département, avez-vous plus entendu parler de l'un ou de l'autre texte ?
Répondre
D
Plus la peine pardon; j'ai cherché et ai trouvé:
http://bibliodroitsanimaux.free.fr/lamartinejenaiplustue.html .
J'aurais dû y penser avant de vous imposer ma logorrhée plus ou moins revenue ; espérons plutôt moins ....
Répondre
D
Donc Jean-Louis tu sais de quelle oeuvre de Lamartine c'est extrait, merci de me l'indiquer ; bonne fin de jounée malgré tout...
Répondre
H
Un chasseur est un chasseur. Qu'il soit francais, espagnol ou anglais, son loisir c'est de tuer.
Il n'y a qu'une activité que l'on retrouve dans tous les pays du monde et à toutes les époques, c'est la chasse (avec peut-être la prostitution).
Répondre
Z
Quelle horreur! C'est une véritable scène de crime!
Répondre
D
Ca devient insupportable, on ne pleure plus on vomit ! On souffre avec eux.
Je remets ici ma réponse à Françoise concernant le texte de Lamartine, chasseur repenti, au cas où elle ne retournerait pas sur l apage où elle a posé la question: " Ma réponse à Françoise au sujet du texte de Lamartine. Je ne puis vous dire de quelle oeuvre il est extrait; en fait je l'ai découvert il y a qq années dans l'ouvrage de Gérard Charollois, très estimé sur ce blog, " Pour en finir avec la chasse ", paru en 2009 Editions Imho collection Radicaux libres; je ne vois pas comment vous le transcrire ou vous le faire parvenir mais cet ouvrage, moi je l'avais fait commander par mon petit libraire, est certainement encore disponible. Ouvrage complet sur la chasse, l'historique, les chiffres, les attentes comme "réconciliation de l 'espèce humaine avec le reste du vivant" (ouvrage de 2009 , l'auteur l'espère-t-il encore aujourd'hui?) ouvrage de haute volée, et dans son chapitre "L'esprit contre la chasse" il évoque de nombreux écrivains qui ont pris position contre ; c'est pages 126 127 qu'il nous livre ce texte poignant de Lamartine; pour le moment je ne vois pour vous comme moyen de le lire que vous procurer le livre mais je vais chercher sur internet...je vous livre ici quelques lignes" : "Le pauvre et charmant animal n'était pas mort . Il me regardait, la tête couchée sur l'herbe avec des yeux où nageaient des larmes. Je n'oublierai jamais ce regard auquel l'étonnement, la douleur, semblaient donner des profondeurs humaines au sentiment..." ; un peu plus loin: "qui es-tu je ne te connais pas , je ne t'ai jamais offensé, Je t'aurais aimé peut-être , pourquoi m'as-tu frappé à mort? Pourquoi m'as-tu ravi ma part de ciel, de lumière, d'air, de jeunesse, de joie, de vie". Petits passages mais tout est bouleversant....On pourrait reprocher à l'auteur, mais son époque n'avait pas encore assez évolué là-dessus je pense, de parler de "profondeurs humaines au sentiment " . Aujourd'hui à ceux qui ont lu, étudié et connaissent la côté sentient des animaux , cela pourrait paraître de l'anthropocentrisme....
Mais Lamartine a raccroché définitivement son fusil, a su écrire ces pages admirables et convaincantes et écrit clairement que la nature et la vie, l'air, le ciel ne sont pas l'apanage des humains, appartiennent de droit aussi aux animaux.
J'espère que les chasseurs qui s'expriment sur ce blog pour défendre leur point de vue auront à coeur de lire ce texte; rien de plus.... et s'ils se sentent émus, ils rejoindront peut-être Lamartine au firmament de ceux qui ayant un coeur sont capables de se remettre en question..! qu'ils se disent bien que nous qui ne comprenons pas la chasse, pas qu'on puisse tuer par plaisir, n'en faisons pas une idéologie, c'est évident pour nous, viscéral, c'est en nous: aimer, protéger, ne pas supporter qu'on fasse souffrir, autre humain ou animal ! que ce que nous apprenons sur la chasse nous fait mal très mal.
Répondre
J
J'ai, pour ma part, répondu à Françoise sur l'origine du texte en question...
Pour le "reste", je pense avoir tout dit et, si je ne vous épargne aucune horreur en ce jour de Noël qui devrait être "joie et amour" c'est que notre société m'est de plus en plus insupportable avec ces nombreux massacre que je ne pourrais même pas transcrire quotidiennement ici ! C'est l'horreur chaque jour...
C
Une horreur de plus qui s'ajoute à toutes les autres ! Ce n'est évidemment pas une "partie de chasse" mais une extermination en règle dans le cas présent...
Comme vous le soulignez : "ils" donnent dans la surenchère et c'est d'une tristesse absolue ! "Joyeux" Noël qu'ils disent après de tels crimes ? Mais c'est d'un incroyable cynisme...
Répondre
D
Que la Paix règne sur la Terre, que l'Amour pénètre tous les coeurs et, que la Lumière envahisse tous ces êtres qui sont dans l'ombre !
Répondre
F
C'est atroce ! Mais on note que le gouvernement portugais ne cautionne pas. A vrai dire, il n'avait sans doute pas le choix devant un tel massacre...
Répondre
C
Ce n'est pas du tout gai comme billet de Noël Jean-Louis : c'est même très triste! Où est-ce qu'on s'en va? Bises et belle journée à vous deux tout de même...
Répondre