Journal du couvre-feu/J.09-Ne mégottons pas sur les bonnes initiatives

Publié le par Jean-Louis Schmitt

Voilà ce qui s’appelle ‘’surfer sur la vague’’ : produire un appareil fort demandé en ce moment –un distributeur de gel hydroalcoolique- à partir de mégots collectés ! Il fallait y penser et, surtout, le réaliser…

La société MéGo recycle les déchets de cigarettes collectés en distributeurs de gel hydro alcoolique. Photo : Bastien Lucas/DR

Mégots et pollution vont de pair ! Mais la société bretonne MéGo a décidé de les revaloriser en les recyclant en distributeurs de gel hydroalcoolique.

Et si on offrait une autre utilité aux mégots de cigarette ? C'est l'innovation proposée par la société MéGo, basée à Bourg-Blanc, dans le Finistère, qui conçoit des distributeurs de gel hydroalcoolique fabriqués à partir de mégots recyclés. L’entreprise commercialise depuis cet été ce matériel qui est devenu incontournable depuis l’avènement de la crise liée au Covid-19. L’objectif de cette démarche est de redonner vie à ces déchets en les réutilisant de façon écologique et économique à des fins sanitaires.

La jeune société bretonne est l’une des rares en France à proposer la revalorisation des déchets de cigarettes. Ce sont 15 tonnes de mégots qui sont traités annuellement, précise le directeur. Leur taux de valorisation avoisine 100 % de la collecte. Au-delà de leur recyclage pour le mobilier urbain, l’entreprise a reçu une commande du Centre hospitalier universitaire (CHU) de Brest pour une livraison spéciale de distributeurs de gel hydroalcoolique en février 2020. MéGo s’est ainsi lancée dans la réalisation d’un premier prototype en mars qui a abouti avec succès à la production d’un distributeur à pédale. Au-delà du tube réalisé en PVC de récupération, le reste des composants du distributeur incluant le socle, la pédale, et la languette sont 100 % issus de ces déchets recyclés.

"Avec la crise sanitaire, nous avons eu différents clients qui nous ont sollicités et notamment le CHU de Brest qui souhaitait avoir un distributeur de gel en matière recyclée, qui est devenu un produit nécessaire pendant cette période", explique le directeur Bastien Lucas. Depuis, 600 unités ont été vendues en quelques mois et la commercialisation se poursuivra jusqu’en 2021 à un prix dégressif de 90 euros selon la commande.

Un déchet responsable de pollution marine

Pourquoi spécifiquement le mégot ? Selon un rapport du ministère de la Transition écologique, environ 20 000 à 25 000 tonnes de mégots seraient jetés chaque année en France. Pour l’entreprise, ces déchets de cigarette sont source d’une pollution marine qui touche la faune et la flore. "La nicotine est produite naturellement, mais c’est un écotoxique pour la vie animale et la flore, surtout qu’il est fortement présent dans les cigarettes jetées dans les rues par exemple. Ces déchets se diluent au contact de l’eau et contaminent ce qui se trouve autour", alerte Bastien Lucas.

Il se caractérise également par une durée de vie assez importante, ce qui lui confère une meilleure capacité au réemploi. "Nous avons réalisé une analyse de son cycle de vie et nous avons constaté que 100 % des flux entrants dans notre usine sont réutilisés. De plus, chaque déchet possède 10 % de biomasse issue de la nicotine. Pour la neutraliser dans nos produits, cette biomasse est dégradée naturellement grâce à des champignons", explique Bastien Lucas. Une technique de valorisation qui sera brevetée par la société.

Par ailleurs, l’entreprise créée en 2017 a l’ambition d’ouvrir une nouvelle usine pour soutenir la progression de récolte et de recyclage. La société lancera également en 2021 des composteurs d’extérieurs en mégots recyclés pour les biodéchets.

D’après un article de l’Info Durable (21.12.2020)

Vidéo : France 3, reportage sur le recyclage des mégots de cigarette (7 :18)

 

 

 

 

 

 

Si vous avez apprécié cette publication,

partagez-là avec vos amis et connaissances !

Si vous souhaitez être informé dès la parution d’un nouvel article,

Abonnez-vous !

C’est simple et, naturellement, gratuit !

 

 

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Béa kimcat 23/12/2020 22:24

Il fallait y penser !!

Zoé 23/12/2020 21:13

Bonne initiative puisque mégots il y a et gel il faut!

danièle 23/12/2020 19:26

L'idéal c'est pas de mégots et pas de gel !

Mario 23/12/2020 15:49

Tout l'art de transformer un mal en bien ...
Reste le problème de la récupération de la matière première puisque beaucoup de fumeurs se contentent de jeter leurs mégots par terre.

dominique 23/12/2020 15:48

De plus en plus de bonnes initiatives viennent "d'en bas" ; les dirigeants de tous les pays comprendront-ils et suivront-ils pour sauver la Planète ? J'en doute hélas ...

Cléo 23/12/2020 15:39

Je suis non fumeuse aussi, mais puisque ça existe, c'est une bonne initiative. Par contre, je dois avouer que j'ai de la difficulté à le concevoir : j'ai comme un haut le coeur, surtout en ce temps de ce vilain virus...C'est certain que rien ne doit survivre au traitement en usine... Bonne journée.

Michel 23/12/2020 15:28

En tant que non fumeur n'ayant jamais fumé, je suis écoeuré rien qu'en voyant des mégots par terre !
De là à les ramasser, non merci
Je laisse cete joie aux fumeurs...